fbpx

Prévention et contrôle

Autosphere » Parc » Prévention et contrôle
Le cellulaire au volant reste un fléau en matière de sécurité routière. PHOTO Omar Al Ghosson / Unsplash

Le temps froid, comme à chaque année, nous a amené notre lot de collisions qui pourrait être atténué par de meilleures stratégies de sécurité au volant.

C’est notre rôle, à titre de gestionnaires de parcs, de nous assurer de la disponibilité des véhicules dont nous avons besoin pour accomplir nos diverses missions. Dans un contexte de rareté des véhicules commerciaux et des pièces de remplacement, éviter les accidents est au sommet de nos préoccupations.

Pas besoin de revenir sur l’importance de l’entretien préventif de nos parcs, afin de nous assurer d’éviter les pannes inopportunes et possibles accidents. Les utilisateurs doivent aussi être sensibilisés à l’importance de compléter une inspection de leur outil de travail avant de prendre la route.

La distraction au volant demeure malheureusement une source alarmante d’incidents routiers. Un programme clair à ce sujet doit être mis en place et suivi par les membres de votre équipe. Il faut faire une grille des paramètres de sécurité qui doivent être observés par les conducteurs et les suivre grâce à la télématique. Cette mesure de performance concernant par exemple les excès de vitesse, les freinages et virages brusques doivent être communiqués régulièrement à tous ceux qui prennent le volant de vos équipements routiers.

Des outils technologiques

La technologie vient en renfort dans l’application de nos pratiques de sécurité au volant. Il existe par exemple des solutions qui permettent de bloquer le texto au volant ou qui limitent les applications utilisables sur le téléphone cellulaire dès que le moteur est en marche.

L’industrie automobile multiplie aussi les innovations en matière de sécurité avancée, notamment les systèmes de déviation de voie ou encore d’avertissement de collision frontale imminente. Ces options, quand elles ne sont pas offertes de série, sont à considérer lors de l’achat de vos prochains véhicules.

Évidemment, on peut faire confiance aux chauffeurs de nos véhicules, mais cela ne signifie pas pour autant de laisser traîner des situations qui peuvent avoir des conséquences dramatiques. Il faut penser à la sécurité de nos employés, à la disponibilité des véhicules dont nous avons besoin, mais aussi à la sécurité des autres utilisateurs de la route.

Mesurer la performance

Je crois qu’il est important d’avoir en main les outils de mesure nous permettant d’identifier les comportements de négligence. Un conducteur qui ne suit pas les consignes d’utilisation du cellulaire au volant ou qui dépasse régulièrement les limites de vitesse sera certainement négligent dans l’ensemble de ses tâches.

Gérer les attitudes est un défi. Préparer une politique de sécurité au volant, la partager en toute transparence et suivre attentivement, avec des indicateurs clés, son application sur le terrain est la marche à suivre.

Il ne faut pas omettre l’importance de la sensibilisation et de la formation des chauffeurs de vos véhicules. Parfois, des conseils simples, comme de préparer et comprendre les itinéraires avant de reprendre la route s’avèrent utile. Le gestionnaire doit aussi être sensible à la réalité de l’impact des conditions hivernales sur la performance des conducteurs et ajuster leurs attentes en conséquence.


Simon Therrien est gestionnaire principal du parc automobile chez Bell et président de la NAFA Québec.

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X