fbpx

Messe Frankfurt élargit la série Energy4Mobility

La modératrice Silke Frank discute avec les panélistes Thomas Korn, Elena Hof, Dr. Michael Haid et Matthias Braun. PHOTO Messe Frankfurt

Point tournant ou rock star de la scène des énergies alternatives ?

L’hydrogène est un sujet qui occupe les décideurs politiques, l’industrie et les chercheurs. C’est une raison suffisante pour que Messe Frankfurt invite des experts de l’hydrogène à prendre part à une table ronde numérique.

Un changement pour l’avenir

Le 24 juin, des représentants de diverses entreprises et instituts de recherche ont profité de cette occasion pour discuter de la possibilité que l’hydrogène change la donne pour notre mobilité future.

Les experts ont convenu que l’hydrogène vert jouera un rôle important dans le mélange d’énergies alternatives nécessaire pour rendre possible une mobilité sans émissions et atteindre les objectifs climatiques de l’UE.

Michael Johannes, vice-président de Mobility & Logistics à Messe Frankfurt, a expliqué pourquoi lors d’un entretien avec la modératrice, Silke Frank, qui est également PDG de Mission Hydrogen.

« Nous avons lancé cette série de conférences d’experts car sans énergies alternatives, il n’y aura pas de transition de la mobilité. C’est pourquoi nous voulons offrir une plateforme sur ce sujet où les principales parties prenantes peuvent partager leurs points de vue. »

« Nous souhaitons également renforcer la visibilité de ce sujet lors d’Automechanika et d’Hypermotion, deux de nos salons professionnels qui se tiendront à Francfort du 14 au 16 septembre 2021. J’aimerais déjà inviter la communauté à nous rejoindre sur le parc des expositions de Francfort à l’occasion de ces événements.»

Énergie verte

L’hydrogène créé à partir d’énergies renouvelables L’hydrogène vert prend de plus en plus d’importance en tant que carburant neutre sur le plan climatique. En effet, les dernières recherches l’identifient comme l’une des solutions les plus importantes pour parvenir à un avenir neutre en CO2.

L’hydrogène peut permettre de réduire considérablement les émissions de CO2 dans un large éventail d’applications, notamment dans le domaine de la mobilité.

C’est l’une des raisons pour lesquelles le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a qualifié l’hydrogène de « rock star de la transition énergétique » l’année dernière.

Lors de sa présentation pour la table ronde, le professeur Thomas Willner, directeur du groupe de recherche en génie des procédés à l’université des sciences appliquées de Hambourg (HAW), a estimé qu’il ne nous reste que sept ans pour restreindre les émissions de CO2 si nous voulons atteindre notre objectif de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C.

Malheureusement, nous savons déjà qu’il faudra entre cinq et quinze ans avant de parvenir à une réduction nette des émissions de CO2 grâce à l’électromobilité, car nous devons d’abord compenser l’augmentation des émissions générées par la fabrication des batteries.

La seule façon de satisfaire au critère de l’absence de retard est d’utiliser des carburants de substitution, qu’ils soient liquides ou gazeux, et l’un de ces carburants est l’hydrogène.

C’est ce que pense le Dr Thorsten Jänisch, un scientifique travaillant à l’Institut des technologies de la combustion du Centre aérospatial allemand (DLR) : En raison de la longueur de leurs cycles de développement, les piles à combustible et le vol électrique n’auront probablement pas d’impact substantiel avant 2050. Nous pourrions constater un impact des carburants à faible teneur en carbone d’ici 2030, mais il ne nous reste plus beaucoup de temps et nous devons agir maintenant.

C’est pourquoi nous nous intéressons tant aux carburants « drop-in » issus de la biomasse ou de l’hydrogène vert, car ils peuvent être mis en œuvre dès maintenant et réduire immédiatement les émissions de CO2.

Développer les infrastructures

Malgré tout, ici en Allemagne, l’infrastructure de l’hydrogène doit être développée, ce qui a été mentionné par plusieurs panélistes.

Kristoffer Lorentsson, responsable des appels d’offres chez MAN Energy Solutions, était de ceux-là : « L’infrastructure en Europe est encore limitée ».

« Aujourd’hui, la seule alternative est de prendre directement l’hydrogène liquide dans l’usine de production et de le transporter vers les clients finaux avec des remorques. »

« En Norvège, le gouvernement a imposé le développement de l’infrastructure de l’hydrogène, et je pense qu’ils auront leurs premières stations de stockage d’hydrogène liquide dans moins de trois ans. »

« La conversion des navires à l’hydrogène permet de se rapprocher dangereusement d’un navire à émissions nulles. Le GNL a permis de réduire considérablement les émissions de soufre et d’oxyde d’azote et d’oxyde d’azote, mais avec l’hydrogène, nous avons la possibilité de réduire également les émissions de CO2 de 100 %. C’est notre objectif », a ajouté M. Lorentsson.

Michael Gensicke, directeur général de Robert Bosch Elektronik GmbH, a également des projets ambitieux, notamment pour Hydrogen Campus Salzgitter, où Bosch et d’autres organisations (dont l’Institut Fraunhofer, MAN Energy Solutions et Alstom) sont représentées.

« Mon usine parviendra à réduire l’empreinte CO2 de quelque 40 % en l’espace d’un an. Naturellement, cela ne se fait pas seulement avec l’hydrogène, mais aussi en intégrant intelligemment d’autres technologies impliquant l’hydrogène. »

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X