fbpx

Transformation de la livraison urbaine

Autosphere » Parc » Éditorial » Transformation de la livraison urbaine
Un panel d’experts de la livraison a évoqué les nouvelles solutions pour les livraisons de proximité. PHOTO Impulsion MTL

Dans le cadre de la rencontre Impulsion MTL du 16 mars dernier, un panel d’experts a présenté plusieurs scénarios innovants pour la livraison sur le dernier mile.

La livraison urbaine représente tout un défi pour les entreprises qui veulent que les marchandises se rendent à leurs clients rapidement.

Avec l’explosion de la demande provoquée par la pandémie, ces entreprises multiplient les solutions innovantes pour livrer dans les délais.

Chez Purolator, Khelil Khelil, chargé de recherche et développement, souligne que la proportion de livraisons de commerce à commerce (B2B) qui représentait 80 % des volumes avant la pandémie était maintenant partagée à 50 % entre les entreprises et les consommateurs.

« Pour nous les changements imposés par la COVID ont été positifs, a-t-il témoigné. Nous avons pu travailler avec de nouveaux partenaires de transport. Par exemple, il y a un an nous n’aurions jamais pensé à la solution du vélo-cargo que nous avons été obligés d’essayer au cours des derniers mois. »

Sortir les camions de la ville

M. Khelil affirme aujourd’hui que ce mode transport en zone urbaine fait le même travail qu’un camion, autant au chapitre des volumes livrés que des délais.  « En plus nos clients sont agréablement surpris de nous voir adopter une solution électrique. »

Qui plus est, certains de ces clients commencent à demander des livraisons vertes. Selon lui il faut que les autorités publiques facilitent l’implantation de ces solutions dans les villes.

Le chargé de recherche souligne aussi la mise à l’essai de robots suiveurs qui accompagnent les livreurs sur la dernière tranche de la livraison chez les clients.

Baptiste Gaertner de Decathlon Canada, un détaillant européen d’équipement de sport qui compte sept magasins dans l’est du Canada, dont un à Montréal, expliquait pour sa part que ce magasin était devenu un mini-entrepôt d’où partent les livraisons vers les clients qui ont fait les achats en ligne.

« Les clients de la zone urbaine de Montréal peuvent opter pour une livraison verte, effectuée à vélo à partir de cet entrepôt. Mais si le client craint les délais, l’option de livraison par camion est toujours disponible. »
Il sera même possible d’indiquer les quantités de GES épargnées par le choix vert aux clients.

Des solutions en croissance

Pour les gestionnaires de parcs de véhicules de livraison, plusieurs solutions se développent en ce moment. C’est le cas chez Courant Plus par exemple, une firme montréalaise qui offre uniquement des solutions de livraison vertes, à vélo ou par l’entremise de camions tout électriques.

« Il faut revoir la logistique de livraison sur le dernier mile, souligne M. Khelil. Il faut repenser les réseaux mais aussi les véhicules utilisés. Le vélo électrique, par exemple, capable de porter 400 livres, a fait ses preuves douze mois par année. Et même en pleine tempête ne neige, nous avons vu que le vélo est beaucoup plus agile. »

En ce qui concerne les réseaux, M. Khelil indique que des camions pourraient approvisionner des points de dépôt en ville où viendraient chercher les colis les livreurs à vélos.

Autonomie

La question de l’autonomie des véhicules électriques, qu’il s’agisse de vélos-cargos, de petits camions ou de leur équivalent pleine grandeur, a aussi été soulevée. De l’avis de tous, les constructeurs proposent constamment des améliorations à ce chapitre.

L’entreprise CAPSolar, représentée par son cofondateur Samy Benhamza lors de cette discussion, a expliqué la technologie de panneaux solaires qu’elle a mis au point pour augmenter l’autonomie des petits véhicules électriques.

Réinventer la logistique de livraison c’est aussi sortir des sentiers battus. Pour l’illustrer, M. Khelil a expliqué un projet mis en place à Toronto où le train régional reliant l’aéroport au centre-ville servirait au transport des colis en dehors des heures de pointe.
Cette formule inspirée d’expériences réussies en Europe pourrait aussi être proposée pour le REM montréalais, qui reliera aussi le centre-ville à l’aéroport.

Tout cela pour réduire le nombre de camions qui encombre les centres urbains.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

septembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X