fbpx

Impulsion MTL : Une filière de batterie pour le Québec

Un panel a expliqué comment le Québec avait tout en main pour devenir un pôle de production de batteries pour véhicules électriques. PHOTO Impulsion MTL

Le Québec a toutes les ressources en main pour créer une filière de batteries pour le parc automobile nord-américain.

C’est ce qui ressort d’une discussion d’experts qui s’est déroulée dans le cadre de la rencontre virtuelle Impulsion MTL le 26 janvier dernier. Le thème de cet évènement était la recharge et les batteries.

Des conférenciers venus de plusieurs grandes villes nord-américaines et d’Europe ont abordé les enjeux de l’électrification des transports dans leurs juridictions.

Un panel composé de représentants québécois de l’écosystème électrique a aussi expliqué comment cette province était particulièrement bien positionnée pour devenir un fournisseur de batteries vertes pour tout le continent. Hubert Bolduc et Éric Rondeau, respectivement président et conseiller stratégique senior, initiatives Batteries et Électrification pour Investissement Québec International, ont expliqué que le Québec possède dans ses mines les minéraux stratégiques nécessaires à la fabrication de batteries destinées au transport.

Hubert Bolduc d’Investissement Québec International a souligné les efforts de son organisation pour attirer des investisseurs dans le secteur de la batterie lithium-ion. PHOTO Impulsion MTL

« Nous profitons d’un engagement politique clair en matière d’électrification des transports, soulignait M. Bolduc. Nous avons accès à une énergie propre pour la fabrication et possédons ici une solide base d’expertise et de recherche appuyant le développement de cette filière. Nous avons aussi les technologies nécessaires au recyclage des batteries en fin de vie. Notre objectif est d’attirer ici des joueurs internationaux qui profiteront de tous nos avantages pour produire ici, les batteries dont la demande va croissante. »

Un manque de batteries

En fait, selon Éric Rondeau, il y a présentement un danger de rupture d’approvisionnement. « Une compagnie comme Tesla s’est déjà positionnée pour avoir accès aux batteries nécessaires pour ses véhicules. Mais les autres constructeurs nord-américains, qui annoncent constamment de nouveaux véhicules électriques, sont en rattrapage. Nous avons le grand avantage, au Québec, d’être proche des usines de construction automobiles, que ce soit en Ontario ou aux États-Unis. »

Investissement Québec international serait ainsi en pourparlers avec plusieurs fabricants de batteries pour les faire investir ici, et leur permettre de se rapprocher d’un marché en pleine croissance.

Benoît Couture, de Recyclage Lithion, a ensuite pris la parole pour parler de l’usine pilote qui permet de récupérer 95 % des composantes des batteries au lithium-ion. « En plus de pouvoir valoriser les batteries en fin de vie, nous pourrions travailler de concert avec un fabricant puisque dans le processus de fabrication de batteries, il peut y avoir jusqu’à 10 % de rejets. »

Bref, une filière de batteries made in Québec, pourrait en effet porter l’étiquette verte. L’accès du Québec à de l’électricité propre, abondante et accessible, le positionnerait aussi de façon stratégique pour occuper un créneau important dans une autre industrie d’avenir, celle des cellules à hydrogène.

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X