fbpx

CES 2021 : Électrique; de l’anxiété à la joie

Une discussion avec deux experts qui expliquent leurs efforts pour faire fondre les craintes reliées à l’adoption des véhicules électriques. PHOTO CES 2021

Dans le cadre de l’événement CES 2021, deux experts ont expliqué comment leurs entreprises travaillent à lever les barrières à l’adoption des VÉ.

Carolin Reichert, vice-président des solutions mobiles connectées chez Bosch et Knuth Sexauer, vice-président des ventes chez HERE Technologies ont présenté les technologies dont le développement pourrait rassurer plusieurs utilisateurs potentiels de véhicules électriques.

Selon Mme Reichert, une des principales barrières à l’adoption de cette technologie gravite encore autour de la question de l’autonomie. « Les gens ont peur de tomber en panne ou de devoir n’effectuer que des déplacements de proximité, » souligne l’experte en se basant sur des études. « Le tableau de bord peut indiquer une autonomie restant de 200 kilomètres, mais si le conducteur affronte une longue période de congestion ou des conditions climatiques particulières, cette autonomie risque de fondre rapidement. » Elle souligne aussi que tant qu’il sera plus facile de trouver une station d’essence qu’une borne de recharge fonctionnelle et disponible, les automobilistes risquent de rester tièdes face aux VÉ.

Partager l’information

La solution, selon M. Sexauer, est un partage plus efficace des informations déjà disponibles que la voiture pourrait prendre en compte pour aider l’utilisateur à tracer des itinéraires optimisés. « Il faut changer les façons de planifier un déplacement et la télématique peut jouer un grand rôle en ce sens, soutient-il. Si le système de navigation peut nous aider à trouver des stationnements disponibles, il faut qu’il indique aussi l’emplacement de bornes de recharges. Le même système pourrait aussi tenir compte des conditions routières et de la topographie du parcours pour établir avec plus de précision la véritable autonomie du véhicule. Cela donnerait le meilleur parcours et réduirait le nombre d’arrêts nécessaires aux recharges. »

Carolin Reichert comprend que pour les gestionnaires de parcs, des outils doivent nécessairement être mis en place pour leur faciliter l’introduction de VÉ. Par exemple, les bornes de recharge doivent faire partie de l’itinéraire, au besoin, mais doivent surtout être en mesure d’accepter les paiements préautorisés ou en ligne.

Valeur ajoutée

M. Sexauer soulignait que son entreprise travaille avec le constructeur KIA pour ajouter de la valeur à l’expérience VÉ. Il s’agit d’une approche intégrée à même le véhicule afin que son utilisateur puisse savoir où se trouvent les bornes disponibles sur son parcours, s’il a besoin de recharge, mais aussi les restaurants ou autres commerces qu’il pourra fréquenter pendant que son véhicule refait le plein d’énergie. « On pourrait voir le développement de pôles de services liés au VÉ qui rendraient l’expérience plus agréable et efficace. »

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X