fbpx

Focus 2020 : Un marché éclaté

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir de la photo supérieure gauche : Avanash Rugoobur de Arrival ; l’animatrice Erin Sunde de Wards Intelligence ; Dave Davis de Nikola Motor et Stephan Gudmundsson, de Karma Automotive. PHOTO Wards Intelligence

L’électrification lente, mais graduelle des transports entraîne dans son sillage une pléthore de petites entreprises innovantes visant à offrir des solutions sur mesure à des marchés niches.

Trois représentants de PME de haute technologie ont constitué un panel très intéressant lors du forum virtuel Focus 2020 sur l’électrification qui s’est déroulé du 17 au 20 novembre. Arrival, Karma Automotive et Nikola ont parlé des véhicules sans émissions qu’ils construisent ou adaptent pour divers marchés à travers le monde.

Lors de la discussion, Avanash Rugoohur de Arrival a expliqué que la pandémie de COVID-19 a eu un impact positif sur la demande de véhicules de livraison. Les technologies développées par cette jeune entreprise lui ont permis de décrocher, entre autres, une commande de 10 000 camions de livraison électriques de 2e génération pour la compagnie UPS en Angleterre.

Mesurer les besoins

« Nous vivons une période de transition, explique M. Rugoohur. Les gestionnaires de parcs commerciaux sont plus ouverts aux nouvelles solutions. Nous les accompagnons dans leur analyse de leurs besoins de livraison et des installations nécessaires pour passer en partie ou entièrement à l’électrique. En ce qui concerne les livraisons locales, il est possible aujourd’hui d’accéder à beaucoup de données qui permettent de prendre des décisions rentables. Il faut que nos solutions électriques rivalisent positivement avec le diésel et que nos clients comprennent les économies qui en découlent au chapitre du carburant et de l’entretien. »

Le constructeur Arrival a reçu une commande de 10 000 camions de livraison électrique de UPS. PHOTO Arrival

Dave Davis de Nikola Motor Company, entreprise spécialisée dans la conversion de camions lourds électriques ou à hydrogène, constate pour sa part que la pandémie a mis de la pression sur l’approvisionnement de certaines composantes fabriquées par des sous-traitants. Les échanges technologiques, essentiels pour faire avancer ce secteur de pointe, ont aussi été ralentis par le confinement des équipes. Toutefois, il constate aussi que le mouvement vers la réduction des émissions dans les parcs commerciaux n’a pas souffert durant cette période trouble.

L’enjeu des bornes

Le constructeur Karma Automotive, qui fabrique des voitures électriques de performance abonde dans le même sens. « Dans notre créneau de marché, les consommateurs boudent les transports en commun et l’avion pour des raisons de santé, explique Stefan Gudmundsson. La demande est forte, mais nous sommes limités par la disponibilité de bornes de recharge. Pour aller au travail, ça va. Mais pour les déplacements sur de longues distances, il faut plus de points de recharge rapides. »

M. Gudmundsson estime que 60 % des consommateurs sont encore inquiets face à l’autonomie des véhicules 100 % électriques et que les voitures hybrides vont représenter la solution la plus intéressante pour au moins les cinq prochaines années, le temps qu’on trouve autant de bornes de recharge que de stations-service conventionnelles.

Plus d’autonomie

C’est une des raisons pour lesquelles l’entreprise Nikola mise également sur l’hydrogène, qui offre aux poids lourds une autonomie de 500 à 750 miles ( 800 à 1200 kilomètres) pour un remplissage en moins de 20 minutes, selon la compagnie. L’entreprise travaille étroitement avec les constructeurs de camions lourds pour intégrer ses technologies. Elle a aussi tissé des liens avec des fournisseurs d’importance, notamment l’européenne Bosch, pour la mise au point de moteurs électriques plus puissants.

Une communauté du savoir

Tous ces développements ne se font pas en vase clos et la collaboration technologique est le fer de lance de cette industrie en émergence. « Toute l’industrie automobile profite de notre mise en commun des savoirs », résume M. Davis.

Les trois panellistes s’entendent sur le fait que l’électrification des transports est la voie de l’avenir. « Le changement des habitudes de déplacement, la sensibilité envers l’environnement, la réglementation qui se resserre au profit des énergies propres vont complètement changer le paysage de la mobilité d’ici dix ans. Nous avons franchi le point de non-retour », prédit Stephan Gudmundsson de Karma Automotive.

Pour Avanash Rugoobur, la diminution progressive du prix des batteries combinée à l’offre de véhicules personnalisables va offrir aux gestionnaires de parcs commerciaux des solutions qui vont répondre plus étroitement à leurs besoins spécifiques. Si les grands constructeurs automobiles de ce monde vont continuer à bonifier leur offre, les constructeurs de petite taille sont plus flexibles et en mesure de rentabiliser le développement et la production de véhicules spécialisés à plus petits volumes.

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X