fbpx

FOCUS 2020 : Le point sur la situation

L’arrivée de nouvelles camionnettes électriques va mousser l’intérêt pour cette solution présentement limitée aux voitures de tourisme. PHOTO Wards Intelligence

Dans le cadre du forum virtuel Focus Electrification 2020, des analystes ont fait le point sur le marché mondial du véhicule électrique, notamment à la lumière de la pandémie de COVID-19.

L’analyste Christie Schweinsberg de Wards Intelligence, a ouvert la conversation en expliquant que nous en étions à la dixième année de l’avènement du véhicule électrique (VÉ) sur le marché nord-américain. 2011 soulignait en effet l’apparition des Chevrolet Volt hybrides rechargeables et de la Nissan Leaf entièrement électrique. Si la part de marché mondial des VÉ sur l’ensemble des parcs à travers le monde n’atteint en ce moment qu’environ 3 %, ce pourcentage est appelé à changer radicalement au cours des cinq à dix prochaines années.

Enrichir l’offre

Elle argumente que les constructeurs, concentrant au départ leur offre sur les voitures de tourisme, migrent graduellement vers la proposition de camions légers et de VUS, plus attirants pour le grand public et les gestionnaires de parc. Cette pauvreté de l’offre expliquerait la faible pénétration de la solution électrique. Mais elle indique que les choses sont sur le point de changer puisque les constructeurs automobiles vont offrir une gamme d’environ 500 modèles différents de VÉ dès l’année de production 2025. « Les constructeurs annoncent déjà des véhicules électriques dans la catégorie des camionnettes pleine grandeur, des voitures de haute performance et de véhicules utilitaires.

Elle en veut pour exemple le Hummer de GM, le Ford F-150 et le Riviran R1T, tous électriques. Du côté des sportives, mentionnons l’arrivée des versions électriques de la Porsches Taycan, de la Volkswagen ID.4 ou encore de la Tesla Model Y.

Le constructeur Tesla se positionne d’ailleurs nettement en tête du palmarès mondial des ventes de VÉ. Seulement aux États-Unis, Tesla a écoulé 119 000 unités sur un total de 154 000 véhicules uniquement électriques de janvier à septembre 2020. Sur la scène mondiale, le constructeur américain vend deux fois plus de voitures que sa plus proche rivale, l’allemande VW et trois fois plus que le constructeur chinois BYD.

La réglementation

Un autre élément important dans l’essor du VÉ est l’application dans plusieurs juridictions de réglementation en poussant l’adoption. La Californie prend les devants aux États-Unis en imposant, à partir de 2035, la vente uniquement de véhicules tout électriques. Cela exclurait même les voitures hybrides et hybrides rechargeables.

La Chine a aussi effectué un virage radical, comme elle seule en connaît la recette, pour porter à 50% l’électrification du parc automobile alors que la moitié restante devra être du mode hybride. L’Empire du Milieu veut que d’ici 2025, 20 % du parc automobile roule à l’électricité. Cela fait prévoir par Mme Schweinsberg qu’en 2030 les véhicules entièrement électriques vont représenter 15 % du marché mondial des véhicules légers. Pour leur part, les véhicules hybrides devraient occuper 20 % du marché en 2030.

Sur un autre plan, les entreprises asiatiques comme occidentales rivalisent avec une intensité renouvelée pour mettre au point des batteries moins dispendieuse et à autonomie prolongée. En ce moment la Chine, la Corée et le Japon détiennent presque la totalité du marché, mais un constructeur comme Tesla veut un meilleur contrôle de son approvisionnement en ouvrant, entre autres, une usine en Allemagne en 2022. Même phénomène en matière de récupération et de recyclage de batteries en fin de vie alors que la Chine domine présentement le marché. Mais Tesla, Volkswagen et Audi travaillent de leur côté pour prendre une part du marché en Europe et aux États-Unis.

L’évolution des technologies liées aux batteries et l’amélioration de l’autonomie des VÉ font parmi des plus importants facteurs d’adoption.

Plus de bornes

Puisqu’une partie importante du parc électrique est en ce moment constituée de véhicules rechargeables, la disponibilité des bornes reste un enjeu. Si on combine le Canada et les États-Unis on compte 32 000 bornes de recharges publiques de niveaux 2 et 3 en ce moment. De ce total seulement 5000 sont de niveau 3 à recharge rapide.

« En Chine, l’implantation est nettement plus rapide alors qu’on en compte entre 500 000 et un million, selon la source consultée, explique l’analyste. Ce pays en ajoutera 600 000 de plus d’ici la fin de l’année dont une bonne partie le long des autoroutes. Les Américains doivent mettre en place un plan vert pour accélérer l’installation de bornes, surtout dans les marchés où le VÉ est déjà populaire. »

L’impact COVID-19

Les experts du domaine constatent que la diminution des ventes de voitures électriques a été moins importante que celle des voitures munies d’un moteur à combustion. Selon l’analyste Haig Stoddard de Wards Intelligence, durant la deuxième partie de 2020 les ventes de VÉ ont reculé de 25 % globalement. Mais la fin de l’année devrait afficher un résultat équivalent à 90 % des ventes pré-COVID.

Mais selon lui, le niveau normal des ventes de ce type de véhicule ne pourrait retrouver son niveau normal que dans deux ans.

Articles populaires

Bottin 2020

Bottin 2020 Button

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X