fbpx

Régler le problème de la maintenance programmée

Vos chauffeurs sont-ils trop occupés pour une maintenance programmée ? PHOTO Shutterstock

L’amélioration de la conformité des PM peut nécessiter des discussions difficiles.

Grâce à la technologie et aux communications, le respect de la maintenance préventive par les conducteurs de parc automobile s’est amélioré lentement, mais régulièrement au fil des ans.

Cependant, il y a encore des progrès à faire. « Je commence toujours par m’informer sur la politique des conducteurs », explique Christopher Foster, responsable des services de gestion du parc automobile, ARI. « Les parcs automobiles qui le font le mieux disposent d’instructions spécifiques dans leur manuel de politique des conducteurs. Elles indiquent très clairement aux conducteurs qu’ils doivent respecter les programmes d’entretien préventif. Dans certains cas, les conducteurs sont incités à effectuer les MP dans les délais impartis ou pénalisés s’ils n’entretiennent pas correctement leur véhicule. »

L’ARI fournit également aux gestionnaires de parc automobile et aux exploitants de parc automobile d’entreprise de plus amples informations sur l’intérêt de la maintenance préventive. « Nous identifions l’importance de respecter des calendriers de PM cohérents, souvent mesurés en termes de variabilité de la PM, et son impact sur les coûts d’exploitation globaux », explique M. Foster. « Allonger arbitrairement les intervalles de maintenance ou sauter des services peut réduire les coûts de maintenance aujourd’hui, mais il est certain que vos dépenses d’exploitation augmenteront avec le temps et que ces coûts croissants dépassent de loin les économies perçues ».

Application pour les conducteurs

L’application de l’entreprise fournit aux conducteurs des informations sur l’endroit où ils peuvent amener leur véhicule pour le faire réviser à l’échéance. « Nous essayons de faciliter la tâche des conducteurs et nous travaillons également avec nos fournisseurs pour minimiser les temps d’arrêt et remettre les conducteurs sur la route le plus rapidement possible », explique M. Foster.

La conformité peut varier entre les parcs automobiles de vente et de service, selon David Thornton, vice-président des ventes et des services aux clients de Foss National Leasing. « Avec les ventes, c’est plus un outil personnel, alors qu’avec le conducteur de service, c’est tout à fait professionnel ».

Il recommande de mettre en place un programme de carte d’entretien du carburant FMC, qui permet de suivre régulièrement les travaux effectués. « Il a également des systèmes de rappel de la maintenance, où nous pouvons envoyer des alertes et des courriels aux conducteurs », explique M. Thornton. « Sur l’application mobile, lorsqu’ils se connectent, en particulier les conducteurs qui doivent déclarer leur kilométrage chaque mois, ils reçoivent une alerte leur indiquant qu’ils sont en retard pour l’entretien préventif ».

Une politique devrait souligner que la maintenance préventive est nécessaire, et si elle n’est pas effectuée, elle est transmise à la direction. « Certains conducteurs l’ignoreront parce que la FMC n’est pas leur employeur », explique M. Thornton. « À un moment donné, nous pouvons avoir besoin de l’implication de la direction, alors ils commencent à le voir en interne ».

Système de récompense

Il constate également des améliorations en matière de conformité lorsque les clients offrent des récompenses du côté des accidents. « Il n’y a aucune raison de ne pas le faire du côté du premier ministre », explique M. Thornton. « Si vous effectuez toutes vos visites de contrôle de manière cohérente, cela pourrait vous valoir une récompense monétaire ou une reconnaissance en tant que conducteur qui respecte la politique. Vous ne voulez pas être sur la liste des méchants ».

Par exemple, Thornton propose à un client qui fait un rapport chaque dimanche matin qui montre les conducteurs les mieux classés aux conducteurs les moins bien classés. « Vous voyez certains conducteurs bouger, ils sont gênés d’être en bas de l’échelle et ils font ce qu’ils peuvent pour arriver en haut », dit-il. « Il n’y a pas de récompense, c’est juste un jeu. Mais ils veulent faire mieux que leurs pairs ».

Il peut aussi y avoir des mesures punitives, mais M. Thornton recommande de commencer par un système de récompenses. « À la fin de la journée, le chauffeur travaille et on peut facilement accepter l’argument selon lequel il est occupé à vendre ou à faire du service, donc il n’a pas de temps à perdre. Vous ne voulez pas dire que la vidange d’huile est plus importante que l’entretien de notre client. Ce n’est pas la question ».

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes :

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

octobre

28oct9:00 am10:15 amWebinaire NAFADe l'Everest au Sahara

novembre

02novToute la journée06SEMA360Virtual

02nov(nov 2)8:00 am06(nov 6)8:00 amDrivingSales Executive SummitVirtual Edition!

03novToute la journée052020 AAPEX

Nos partenaires

Menu
X