fbpx

QI COVID

David Thornton, Vice-président des ventes et des services à la clientèle, LeasePlan Canada PHOTO LeasePlan Canada

Les conducteurs de votre flotte ont-ils la note de passage en matière de prévention des pandémies ?

L’un des principaux défis auxquels sont confrontées les flottes durant cette pandémie est de protéger les conducteurs et les personnes avec lesquelles ils entrent en contact contre le COVID-19. Alors que nous nous sommes tous habitués au rituel quotidien du lavage des mains, des masques et de la distanciation sociale, les gestionnaires de flotte ne peuvent pas tenir pour acquis que leurs conducteurs savent ce qu’ils doivent faire et sont prêts à se conformer aux meilleures pratiques. C’est pourquoi la formation est une étape clé dans la prévention des infections par COVID-19.

« Elle commence par une formation initiale des conducteurs, suivie d’une formation continue de mise à jour », explique Rich Radi, directeur de la gestion des produits de l’ARI. « De plus, il faut une communication continue et permanente pour que chacun comprenne ce que nous devons faire pour assurer notre propre sécurité et celle des autres — aussi bien ceux qui travaillent avec nous dans la flotte que ceux avec qui nous interagissons ».

Rich Radi, Directeur, Gestion des produits, ARI PHOTO ARI

« Le leadership est un aspect important du tableau d’ensemble de la prévention des risques COVID-19 », ajoute M. Radi. « La direction doit joindre le geste à la parole et la sécurité doit être un principe fondamental de l’entreprise. Elle doit faire partie de votre culture d’entreprise. »

Formation initiale

Avec COVID, il est déconseillé de faire entrer tout le monde dans une salle de classe pour cette importante formation initiale. Mais il existe d’autres options. « Nous croyons beaucoup à la formation en ligne », explique M. Radi. « C’est un outil merveilleux et très pratique. C’est même plus facile que de réunir tout le monde pour une session Zoom. Les gens peuvent suivre la formation en ligne à leur propre rythme et sur leur temps libre, à condition d’avoir une sorte de date limite pour eux. La formation virtuelle via Zoom pourrait également être efficace, même s’il fallait davantage de planification pour réunir tout le monde en même temps ».

Selon M. Radi, l’ARI propose une formation en ligne pour la prévention de la transmission des maladies infectieuses, où les conducteurs apprennent comment assurer leur propre sécurité et celle des autres. « La formation couvre tous les aspects, de la façon de se laver correctement les mains, à la façon de s’assurer que vous essuyez le véhicule après l’avoir conduit, en passant par la façon de s’assurer que vous avez les bonnes fournitures dans le véhicule et que vous évitez tout contact avec les autres. Et lorsque vous devez entrer en contact avec des clients, que vous maintenez votre distance sociale, que vous ne serrez pas la main, etc. »

La clé pour s’assurer que les conducteurs ne se contentent pas de regarder la formation, mais qu’ils la comprennent et la conservent, est de les maintenir engagés. « Pour toute formation, surtout si elle est en ligne, nous pensons qu’il est très important de la rendre interactive », ajoute M. Radi. « Vous ne voulez pas que vos conducteurs se contentent de regarder une vidéo et de passer un test à la fin. Il faut plutôt faire participer les apprenants afin qu’ils s’impliquent et qu’ils réfléchissent. Vous pouvez rendre le cours interactif en y intégrant des exercices et des activités tout au long de la formation. Posez-leur des questions, faites-leur répondre et donnez-leur un retour d’information ».

Politiques de la flotte

L’ARI encourage ses clients à revoir leurs politiques pour s’assurer que la prévention des maladies infectieuses, comme le COVID, est clairement définie. « En général, je pense que les organisations et leurs conducteurs prennent le COVID au sérieux », déclare M. Radi. « Pour rendre la prévention aussi efficace que possible, il faut commencer par une politique que l’organisation soutient. Il ne peut s’agir d’une simple politique du département des parcs automobiles. Il faut que l’ensemble de l’organisation y adhère. Vous devez également vous assurer que vos conducteurs connaissent votre politique, qu’ils l’ont lue et qu’ils la comprennent. »

« Nous allons jusqu’à proposer à nos clients un module en ligne personnalisé que le conducteur doit suivre, puis nous les testons sur les détails de la politique. Vous savez alors vraiment qu’ils l’ont lue et qu’ils la comprennent. Vous savez également qui n’a pas lu la politique ou ne la comprend pas, ce qui vous permet d’être proactif avec ces personnes ».

Rappels

David Thornton, vice-président des ventes et des services à la clientèle chez LeasePlan Canada, estime que les rappels sont essentiels, ajoutant qu’il faut un peu de temps à la plupart d’entre nous pour s’habituer à une nouvelle routine.

« Si je regarde ma propre expérience », dit-il, « il m’a probablement fallu cinq ou six jours avant de me souvenir que chaque fois que je sortais de la maison, j’avais non seulement besoin de mon portefeuille, de mon téléphone et de mes clés de voiture, mais aussi de mon masque. Ma famille a donc dû me rappeler à plusieurs reprises que je ne devais pas seulement avoir un masque dans ma poche, mais aussi dans la voiture, au cas où j’oublierais ».

Selon M. Thornton, chaque parc automobile devrait faire en sorte que ses conducteurs reconnaissent qu’ils comprennent la politique du parc, au moins une fois par an, tandis que les parcs de services et de livraison devraient le faire plus fréquemment, surtout maintenant avec le COVID. En outre, des rappels devraient être envoyés dans les bulletins d’information mensuels, si votre flotte en publie un, et ils devraient faire partie des mises à jour régulières de l’entreprise.

« La prévention du COVID devrait faire partie de la promenade de chaque conducteur et de la vérification des rapports d’état », ajoute M. Thornton. « Lorsqu’un conducteur se prépare pour son quart de travail, il devrait tout essuyer. Lorsqu’il a terminé son quart de travail, il devrait tout essuyer à nouveau. Cela comprend tous les points de contact — le volant, le levier de vitesse, le frein à main, les poignées de porte (intérieures et extérieures), les clés de voiture, les ceintures de sécurité, et même les commandes de la radio et de la climatisation. »

Et voici quelque chose que la plupart des flottes ne considèrent même pas comme un impératif — les gants. M. Thornton dit qu’il a parlé avec un associé qui lui a recommandé des gants dans le cadre du programme de prévention COVID. ‘Au début, je me suis dit que les gants étaient peut-être un peu trop dans la voiture’, se souvient-il. « Mais il a dit : ‘Non, je suis plus inquiet pour la pompe à essence’. Je pense donc que c’est une idée brillante, et depuis qu’il m’en a parlé. Je dis aux clients de rappeler à leurs conducteurs de porter des gants lorsqu’ils font le plein ».

Thornton rappelle également à ses clients de planifier l’entretien de leurs véhicules. « Nous rappelons constamment aux conducteurs d’appeler avant de partir, car les heures d’ouverture des ateliers peuvent être différentes de ce qu’elles étaient avant COVID. De plus, quels sont leurs protocoles ? Dans certains endroits, il s’agit de déposer uniquement le véhicule, dans d’autres, de rester dans la voiture uniquement. Vous devez faire attention à ce que vous soyez à l’aise où que vous preniez le véhicule, et que vous connaissiez leurs protocoles et que vous les respectiez ».

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X