fbpx

Selon J.D. Power, le sentiment sur les futures technologies de mobilité décline

Autosphere » Parc » Communiqué de presse » Selon J.D. Power, le sentiment sur les futures technologies de mobilité décline
Les experts prévoient que les besoins des consommateurs en matière de mobilité pourraient changer même lorsque la vie aura repris son cours normal. (Photo : Shutterstock)

Les défaillances technologiques, le manque de connaissances et d’expérience créent des obstacles à l’acceptation. 

La confiance des consommateurs dans les futures technologies de mobilité est loin d’être à la hauteur des plans des constructeurs automobiles de mettre sur le marché des véhicules électriques à batterie et à conduite autonome, selon l’étude de l’indice de confiance dans la mobilité J.D. Power 2020 Q1, alimentée par SurveyMonkey Audience,SM, publiée aujourd’hui.

L’indice de confiance dans la mobilité pour les véhicules à conduite autonome diminue pour la première fois, passant de 36 à 35 sur une échelle de 100 points pour les consommateurs américains et de 39 à 36 pour les consommateurs canadiens. Pour les véhicules électriques à batterie, l’indice reste à 55 aux États-Unis pour le quatrième trimestre consécutif, tandis qu’il passe de 59 à 57 au Canada.

« Franchement, nous sommes inquiets pour les constructeurs automobiles. Ils font avancer des technologies qui semblent peu intéresser les consommateurs. Ils ne font pas non plus les progrès nécessaires pour faire changer les gens d’avis. En particulier maintenant, les constructeurs automobiles doivent réévaluer où ils dépensent leur argent. Ils investissent des milliards dans ces technologies, mais ils doivent également investir dans l’éducation des consommateurs. Le manque de connaissances est un énorme obstacle à l’adoption future de ces technologies », a déclaré Kristin Kolodge, directrice exécutive de la recherche sur l’interaction entre le conducteur et la machine chez J.D. Power.

L’étude trimestrielle donne le pouls de l’état de préparation et de l’acceptation du marché pour les véhicules électriques à batterie et à conduite autonome, du point de vue des consommateurs et des experts de l’industrie.

L’étude du premier trimestre 2020 comprend des informations provenant des États-Unis et du Canada. J.D. Power a été rejoint par l’entreprise mondiale de logiciels de sondage SurveyMonkey pour mener l’étude dans laquelle plus de 8 500 consommateurs et experts de l’industrie ont donné leur avis sur les véhicules à moteur et plus de 8 000 sur les véhicules électriques à batterie. L’enquête a été réalisée en mars 2020, avant que la plupart des commandes de véhicules à usage domestique n’entrent en vigueur.

Voici les principales conclusions concernant les véhicules à conducteur autonome :
  • Les consommateurs ne croient pas que la technologie soit prête – ou que la société soit prête : L’échec ou l’erreur technologique reste la principale préoccupation concernant la technologie de l’auto-conduite dans les deux pays, les Canadiens étant encore plus inquiets à ce sujet (75 % contre 67 % aux États-Unis). Le climat et le relief montagneux du Canada représentent un défi important, comme l’a dit un consommateur à propos de la technologie de l’auto-conduite : « Ce n’est pas pratique au Canada où il y a de la neige et des routes en désordre. Les caméras requises ne peuvent pas voir clairement à tout moment comme il le faudrait pour qu’elles fonctionnent correctement et en toute sécurité dans ce climat. Je me base sur l’automatisation de notre propre voiture qui ne fonctionne qu’occasionnellement lorsque les routes sont sales à cause de la saleté des caméras ». Les consommateurs américains et canadiens s’inquiètent également de la loi des conséquences involontaires qui découleront de la conduite de véhicules en solo. La crainte de créer une société paresseuse, dépendante de la technologie et ayant des compétences de conduite réduites, est une préoccupation accrue.
  • L’incertitude quant au délai de mise à disposition du public : Les experts prévoient que les services de livraison par auto-conduite seront disponibles au cours des quatre prochaines années. Toutefois, leurs prévisions concernant les véhicules à conduite autonome disponibles à l’achat pour les consommateurs ont fait un bond en avant, passant à 18 ans, soit cinq ans plus tard que ce qui avait été prévu dans l’étude du quatrième trimestre de 2019.
  • Évolution des besoins après la COVID-19 : Les experts prévoient que les besoins des consommateurs en matière de mobilité pourraient changer même lorsque la vie sera plus proche de la normale. Selon l’un d’entre eux, « l’épidémie de coronavirus pourrait détourner certaines personnes du transport partagé vers la possession de véhicules privés, et certains de ces véhicules privés pourraient passer d’un système d’aide à la conduite sophistiqué à des niveaux d’automatisation plus élevés ». En outre, les services de livraison en auto-conduite peuvent arriver à un moment optimal où les consommateurs cherchent à minimiser les contacts sociaux.

La National Highway Transportation Safety Administration a récemment autorisé Nuro à tester ses véhicules de livraison sans conducteur sur les routes publiques de Californie, ce qui accélère la mise sur le marché des services de livraison avec chauffeur.

— Kristin Kolodge, Directrice exécutive de la recherche sur l’interaction entre le conducteur et la machine, J.D. Power

« Cependant, les constructeurs automobiles continuent de rencontrer des obstacles techniques dans leur quête pour obtenir des véhicules personnels fiables à conduite autonome. Si l’on ajoute à cela le sentiment des consommateurs à l’égard de la technologie, la route est encore longue », a-t-elle ajouté.

Voici les principales conclusions concernant les véhicules électriques à batterie :
  • Peu de consommateurs ont une expérience des véhicules électriques à batterie : La majorité (70 %) des Américains interrogés n’ont jamais été dans un véhicule électrique à batterie, et 30 % disent ne rien savoir à ce sujet. Les Canadiens n’ont qu’une expérience légèrement supérieure des véhicules électriques à batterie (67 % n’en ont jamais pris), mais ils en savent plus, 19 % d’entre eux déclarant ne rien savoir à leur sujet. Un consommateur a déclaré : « J’aime l’idée d’un véhicule électrique, mais à quel prix ? Une fois que les batteries doivent être remplacées, combien coûtent-elles ? Comment les vieilles batteries des voitures électriques affectent-elles l’environnement ? Peuvent-elles être recyclées, ou vont-elles rendre les décharges encore plus toxiques ? Aurais-je une voiture électrique à énergie solaire ? Oui. Mais n’auraient-ils pas aussi besoin de batteries et ne se retrouveraient-ils pas dans la même situation ?
  • La possession antérieure ne garantit pas les achats futurs : Alors que 29 % des consommateurs américains et 31 % des consommateurs canadiens expriment une certaine probabilité d’acheter un VE au cours des quatre prochaines années, presque autant n’ont pas l’intention d’en acheter un. Certains qui ont déjà possédé un véhicule électrique à batterie n’en achèteront pas à nouveau en raison des coûts d’entretien élevés, du prix d’achat, de l’autonomie limitée et des performances dans des conditions climatiques extrêmes. Un consommateur a fait remarquer : « Un canular absolu, ne fournit pas assez de chaleur pour dégager les fenêtres par temps froid. La voiture est froide pour rouler en hiver ».
  • Des obstacles perpétuels subsistent : la disponibilité des stations de recharge, l’autonomie et le prix d’achat sont les trois principaux obstacles aux véhicules électriques à batterie tels qu’ils sont perçus par les consommateurs américains et canadiens aujourd’hui. Ce sont également les trois principaux obstacles en 1997, lorsque J.D. Power a étudié l’intérêt des consommateurs pour les véhicules électriques lors du lancement de la GM EV1. La technologie des véhicules et la disponibilité des infrastructures ont progressé de façon spectaculaire en 23 ans, mais les consommateurs n’ont pas changé d’avis. Même ceux qui ont déjà possédé un véhicule électrique à batterie ont fait de ces éléments leurs trois principaux obstacles.

« Les changements marginaux à court terme dans le sentiment des consommateurs à l’égard des véhicules à propulsion autonome montrent seulement que nous n’avons pas encore vu les implications durables de la crise actuelle sur les préférences des consommateurs. Mais nous savons que de grands changements sont à venir, car l’éloignement physique va ébranler pratiquement tous les grands secteurs, y compris celui de l’automobile et de la façon dont nous nous déplaçons. Ces enquêtes nous donneront un aperçu de cet avenir alors que de nouvelles préférences des consommateurs se forment et se maintiennent « , a déclaré Jon Cohen, directeur de la recherche chez SurveyMonkey.

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X