fbpx

Med Express : Une croissance ordonnée

Autosphere » Parc » Med Express : Une croissance ordonnée
Le Cube 55 de Med Express (Photo : Jean-Pierre Bouchard)

Fondée en 1982, Med Express offre des services de messagerie dans les régions de Québec, de Trois-Rivières et de Montréal.

L’entreprise fait partie des joueurs les plus importants du domaine de la livraison médicale : produits biologiques, produits alimentaires et buanderie, principalement. Chaque année, elle effectue plus d’un million de livraisons. Gilles Lapointe, vice-président logistique Santé à Med Express, assure la gestion du parc utilisé pour ces livraisons.

C’est en 2003 que M. Lapointe intègre l’entreprise qui, aujourd’hui, emploie 45 personnes, en plus des messagers sous-traitants, qui constituent 95% des messagers.

Composition du parc

Med Express possède un parc de 46 véhicules, dont 30 véhicules lourds, des camions cubes de 12 à 20 pieds, ou des camions porteurs de 24 à 30 pieds. Les autres sont des fourgonnettes (GMC Savana ou Ford Transit) et des voitures économiques.

Les véhicules sont achetés neufs ou à très faible kilométrage. Ils sont conservés jusqu’à leur fin de vie. Pour leur acquisition, M. Lapointe travaille avec différents fournisseurs. « Nous privilégions une croissance ordonnée de notre parc », explique le gestionnaire. Nous achetons les véhicules en fonction des contrats ou des besoins plus spécifiques de nos clients. »

Durée de vie

Le temps de conservation des véhicules varie selon le type et leur utilisation. Le véhicule le plus âgé date de 2011, et le plus récent, de 2020. Les véhicules lourds peuvent atteindre de 300 000 à 400 000 km avant d’être remplacés, tandis que les véhicules conventionnels peuvent avoir parcouru de 225 000 km à 250 000 km avant de prendre leur retraite. « Lorsqu’un véhicule nécessite des réparations de plus en plus fréquentes, c’est un signe qu’il est temps de le remplacer », explique M. Lapointe. Pour l’entretien, Med Express fait appel à des ateliers indépendants.

L’entreprise compte sur la collaboration étroite des chauffeurs pour le suivi des véhicules. Ils doivent remplir une fiche d’inspection journalière et effectuer des rondes de sécurité. Pour la gestion des véhicules lourds, M. Lapointe utilise un logiciel informatique. Chaque fois qu’un bris potentiel ou une anomalie est décelé, le véhicule est réparé. « Pour gérer efficacement un parc, il faut de la rigueur, de la discipline et de l’organisation. Car on peut vite perdre le contrôle », dit-il.

Et les véhicules hybrides ou électriques? « Pas encore, dit M. Lapointe. C’est un volet que nous avons commencé à évaluer. Pour le moment, les véhicules ne correspondent pas à nos besoins. Mais il s’agit d’une orientation qu’on doit prendre. » Pour l’heure, certains véhicules fonctionnent au propane.

Défis

L’entreprise doit s’assurer de tenir ses chauffeurs formés et informés, notamment en ce qui concerne la règlementation spécifique aux propriétaires et exploitants de véhicules lourds (PEVL), ainsi que sur le transport de matières dangereuses et la chaîne de froid. « C’est un grand défi d’obtenir la collaboration des opérateurs pour maintenir un parc en santé », souligne M. Lapointe. « Du côté du transport lourd surtout, l’un des défis est de recruter du personnel intéressé, qui accepte de faire le travail et qui est polyvalent. » Car les chauffeurs ne font pas juste conduire. Comme ils sont en contact direct avec la clientèle, ils doivent lui offrir un service à la hauteur de ses attentes.

Catégories : Parc
Nouveau dirigeant chez American Honda
Concessionnaires : Évènements reportés ou annulés

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X