fbpx

Attirer la prochaine génération

Autosphere » Mécanique » Attirer la prochaine génération
Jean-François Champagne est le président de l'Association des industries de l'automobile (AIA) du Canada, qui représente les intérêts du secteur de l'entretien automobile dans tout le pays.

La collaboration, l’éducation et les ressources sont les clés d’un recrutement et d’une rétention réussis.

Une question qui se pose souvent dans l’industrie du marché secondaire de l’automobile est de savoir comment attirer et retenir la prochaine génération de talents. La réponse présente de multiples facettes. La combinaison de l’évolution des attentes des clients, des compétences, de la dynamique du marché, des avancées technologiques et d’autres facteurs signifie qu’il n’existe pas de solution unique pour résoudre ce problème.

On dit souvent que pour agir, il faut avoir le bon état d’esprit. Et dans le marché secondaire (comme dans de nombreux autres secteurs), cela commence par la création d’une culture et d’un environnement appropriés. Cela signifie chercher des moyens d’améliorer les pratiques d’embauche, éliminer les mauvaises habitudes et s’assurer que les personnes que nous embauchons sont bien accueillies, encouragées, ainsi que correctement encadrées et formées pour atteindre leur plein potentiel.

Engagement actif

Trop souvent, nous voyons des apprentis embauchés, mais qui se découragent ensuite parce qu’on ne leur offre pas de plan de carrière ou de développement.

Un autre facteur dont le marché secondaire doit tenir compte est la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, non seulement dans notre industrie, mais aussi dans d’innombrables autres industries à travers le pays. C’est pourquoi il est si important de s’engager activement auprès de la population et de mettre en valeur notre industrie et les incroyables possibilités qui s’offrent à elle. L’AIA Canada s’y emploie par le biais de programmes de sensibilisation et de partenariats avec des établissements de formation technique.

Un bon exemple est le programme Jeunes professionnels du marché secondaire (JPMS), en partenariat avec l’Automotive Business School of Canada du Georgian College. Ce programme a pris de l’ampleur, avec un engagement plus actif et un taux de participation plus élevé. Il nous donne l’occasion d’établir des liens avec les étudiants et de leur présenter les cheminements de carrière et les possibilités qui s’offrent à eux, afin de les aider à prendre une décision quant à une future carrière dans le marché secondaire. Ce type d’engagement actif s’avère très fructueux, et l’AIA Canada a maintenant lancé un programme similaire avec le Southern Alberta Institute of Technology (SAIT).

Le programme Ambassadeur de l’AIA Canada est une autre initiative lancée récemment. Grâce à ce programme, des professionnels retraités du marché secondaire, qui sont d’ardents défenseurs de l’industrie et de l’AIA Canada, ont la possibilité d’entrer en contact avec les écoles qui offrent des programmes de métiers techniques et de fournir un lien direct avec notre industrie. Cela permet de fournir des outils, de l’information et des ressources pour aider à construire une banque de futurs talents pour le marché secondaire.

Collaboration gouvernementale

De plus, pour aider à résoudre les pénuries de main-d’œuvre auxquelles notre industrie et d’autres sont confrontées, nous travaillons activement avec le gouvernement, tant au niveau fédéral que provincial, pour promouvoir les métiers spécialisés. Il y a aussi la question de la perception de notre industrie par le public et il y a souvent un grand écart entre cette perception et la réalité. C’est pourquoi il est si important que nous nous présentions au monde avec exactitude et que nous racontions notre histoire.

Un bon exemple de cela est la façon dont le marché secondaire s’adapte à l’évolution de la technologie, comme l’électrification. Pour y parvenir, l’AIA Canada s’est associée au gouvernement de l’Ontario dans le cadre du Fonds pour le développement des compétences. Grâce à un partenariat avec le St. Lawrence College de Cornwall, en Ontario, un programme sur les véhicules électriques (VÉ) qui permet aux gens d’acquérir les compétences nécessaires pour entretenir et réparer les VÉ a été développé. La première moitié du premier cycle de financement de cette initiative a déjà été atteint et nous nous efforçons d’obtenir des fonds supplémentaires. Ce n’est qu’un exemple de la façon dont la collaboration peut vraiment faire la différence.

En tirant parti de partenariats avec le gouvernement comme celui-ci, nous pouvons nous assurer que le financement est disponible pour fournir aux gens les compétences, les outils et l’équipement dont ils ont besoin pour non seulement s’enthousiasmer pour cette industrie dynamique et en constante évolution, mais aussi pour poursuivre une carrière vraiment enrichissante. Comme l’a déclaré un récent diplômé du programme VÉ de St. Lawrence : « Nous disposons [maintenant] des outils et des véhicules qui nous permettent de nous familiariser de manière concrète avec une nouvelle industrie. Ces connaissances sont essentielles pour le futur. »

 

EMPLOIS

 
Hamel Hyundai
Commis aux pièces
 
  SAINT-EUSTACHE
  Temps plein
 
 
Groupe Touchette Inc. Détail
Directeur.rice de succursale
 
  LONGUEUIL
  Permanent
 
 
Montréal Mitsubishi
Commis comptable
 
  LASALLE
  Temps plein
 
 
Noble Motors
Courtier.ère en véhicules
 
  ST-LAMBERT
  Temps plein
 
 
Office d'Habitation du Nunavik
Mécanicien.ne
 
  KUUJJUAQ
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES