fbpx

Démystifier les bornes de recharge pour VÉ

Autosphere » Mécanique » Démystifier les bornes de recharge pour VÉ
Hugo Carrière et Benoit Charrette ont démystifié les bornes de recharge électrique. PHOTO Pièces d’auto Super

L’électrification des véhicules est une réalité et de plus en plus de consommateurs et d’ateliers envisagent l’installation de bornes de recharge.

C’est pour cette raison que Hugo Carrière, représentant technique chez Pièces d’auto Super, discutait récemment avec le spécialiste automobile Benoît Charrette des bornes de recharge.

Une partie grandissante de votre clientèle qui n’est pas encore convertie aux véhicules électriques ou hybrides songe le faire sous peu. Comme spécialistes de l’entretien automobile, ils vous demanderont souvent conseil en prévision d’un achat. Et vous, comme entreprise, surtout si vous êtes dans le processus de formation technique pour vous ouvrir ce marché prometteur, serez certainement intéressés par l’installation d’une ou de plusieurs bornes de recharge pour vos clients ou même vos employés.

Trois familles

Comme nous l’expliquait nos deux confrères, il existe trois familles de bornes de recharge. La première, catégorie 1, s’alimente sur une prise de courant électrique de 110 volts. C’est une option, mais avec cette solution le temps de recharge tristement long.

La borne de type 2 est la plus commune dans les utilisations résidentielles et commerciales légères. Des produits comme ceux offerts par Flo ou EV ONE demandent 220 volts et une capacité minimale de 30 ampères. Plus l’ampérage est élevé et plus la recharge sera rapide. Ainsi, on verra bientôt des bornes de type 2 de 48 ampères pour des recharges plus rapides.

Il faut toutefois s’assurer que la capacité du panneau électrique est suffisante pour supporter cette demande. C’est certainement le cas dans votre atelier, mais conseiller à votre client de vérifier cet élément important avant de faire son choix d’une borne de cette catégorie.

L’atelier pourrait aussi très pratique la borne portative EV ONE qui s’ajuste de 8 à 40 ampères et qui se branche simplement dans les prises NEMA 6-50 et NEMA 14-50 qui se trouvent habituellement dans vos ateliers.

L’électricien

Si elles ne sont pas portables, l’installation de cette famille de bornes demande l’intervention d’un électricien. Il reste les bornes de catégorie 3, à usage commercial. Ces bornes rapides sont dans une catégorie à part, permettant le partage de charge et la facturation des utilisateurs. On les retrouve dans les stations de recharge commerciales le long des autoroutes, par exemple.

Éviter les problèmes

Il arrive à l’occasion que le branchement de recharge sur le véhicule, exposé aux intempéries, permette la formation de glace ou même l’infiltration d’eau. C’est surtout le cas l’hiver avec ses grands écarts de température.

On trouve sur le marché des gaines de protection, qui se glissent sur le pistolet de recharge, et qui se collent à la carrosserie grâce à des aimants.

L’essentiel pour moi à la lumière de cette discussion, c’est que nos ateliers doivent embrasser ces nouvelles technologies. S’équiper des outils spécifiques au travail sur les véhicules électriques et se former pour être en mesure de le faire en satisfaisant cette nouvelle clientèle tout en protégeant la sécurité de vos techniciens. Et placer une borne de recharge devant votre entreprise affiche clairement que vos portes sont ouvertes pour accueillir ces véhicules de haute technologie.


André Gamelin est propriétaire du magasin Pièces d’auto Super sur le chemin Chambly, à Saint-Hubert. Questions et commentaires : [email protected].

 

Catégories : Chronique, Mécanique
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X