fbpx

Le marché du véhicule d’occasion en recherche d’équilibre

Autosphere » Concessionnaires » Le marché du véhicule d’occasion en recherche d’équilibre
Steeve De Marchi, directeur général de l’AMVOQ
. Photo AMVOQ

La reprise graduelle des livraisons de véhicules neufs annonce un possible retour à une situation plus normale du côté des voitures d’occasion.

Pour Steeve De Marchi, directeur général de l’Association des marchands de véhicules d’occasion du Québec (AMVOQ), autant au niveau des inventaires que des prix le marché semble avoir atteint un certain plateau. « L’augmentation des taux d’intérêt, qui affichent une moyenne de 8 % pour un véhicule d’occasion et les signes positifs de livraison de véhicules neufs, un élément clé dans la cascade d’approvisionnement, semblent avoir une influence de stabilisation sur le marché. »

Ceci étant dit, M. De Marchi n’ose parler de stabilisation alors que trois indicateurs importants sont encore déstabilisés. « Il y a d’abord le prix moyen accepté par le marché qui bouge encore même s’il est erroné de penser que les prix ont augmenté de l’ordre de 30 ou 40 % dans tous les segments. Ensuite, les prix demandés à l’encan qui ont été gonflés par la demande, venant notamment des acheteurs hors Québec. Cela a fait monter les prix pour ces véhicules qui sont traditionnellement une source importante d’approvisionnement pour nos marchands, à tel point qu’ils surpassaient le prix moyen accepté par le marché, ne laissant aucune marge pour la revente.

Finalement, le prix demandé par les particuliers qui veulent se départir de leur véhicule était aussi supérieur à ce que le marché était en mesure d’accepter. Nous sommes encore dans une période de turbulences qui risque de durer sur les 8 à 12 prochains mois. »

Ventes en ligne

Le site autousagées.ca a été particulièrement achalandé durant la pandémie. Cette plateforme qui consolide l’offre de véhicules d’occasion est encore une référence pour ceux qui cherchent un véhicule et des pointes de visites suivent les campagnes de publicité qui en moussent les avantages.

Le module d’auto-évaluation du véhicule d’échange a aussi contribué à la popularité du site. Ceci étant dit, les transactions finales se font en grande partie chez le marchand, dans l’ordre de 95 %. « Tout d’abord la Loi sur la protection du consommateur ne permet pas encore de compléter la vente en ligne et aussi, les clients trouvent rassurant de s’adresser à une place d’affaires établie », précise M. De Marqui.

 

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X