fbpx

Étude : De bonnes années pour les concessionnaires

Autosphere » Concessionnaires » Éditorial » Étude : De bonnes années pour les concessionnaires
Baris Akyurek de TRADER Canada avait de bonnes nouvelles à partager avec les concessionnaires canadiens. PHOTO Auto Dealers

Lors d’une présentation vidéo dans le cadre d’Auto Dealers Innovation Series, Baris Akyurek de TRADER Canada n’avait que de bonnes nouvelles à partager avec les concessionnaires canadiens.

Ce conférencier, passionné par l’économie et le secteur automobile, est directeur analyste chez TRADER Corporation, qui englobe la plateforme populaire Auto Hebdo au Québec.

À ce titre, il côtoie à la fois les constructeurs automobiles et les concessionnaires en plus de compter des liens solides avec les institutions financières qui établissent constamment leurs prédictions économiques.

Combinant son expérience à l’information obtenue de ses nombreuses sources, M. Akyurek a expliqué que le contexte économique actuel est favorable aux concessionnaires et que ce climat favorable devrait se prolonger sur les prochaines années.

Les 18 derniers mois ont été teintés d’incertitudes, constate le conférencier, notamment dans le secteur automobile où les turbulences provoquées par la pandémie de COVID ont été aggravées par la pénurie de micropuces et les entraves logistiques.

« Ceci étant dit, la pandémie a aussi vu les gens travailler en grand nombre de la maison et engranger des économies à un niveau étonnant. Certaines familles ont pu économiser près du tiers de leur salaire.

« Ils en ont profité pour rembourser les dettes à haut taux d’intérêt et pour investir dans la rénovation de leur résidence. Ce pourcentage d’épargne devrait graduellement retrouver des niveaux normaux, autour de 4 %, alors que notre économie reprend de la vigueur et que les consommateurs dépensent davantage. »

La volonté d’acheter

Il n’en demeure pas moins que les familles ont en général un bas de laine bien garni.

Un sondage effectué par TRADER Canada, la firme où travaille M. Akyurek, illustre un facteur particulièrement intéressant pour nos lecteurs.

Près de la moitié des répondants confirment que la pandémie leur a permis de mettre davantage d’argent de côté. Et 64 % de ce total planifient utiliser ces liquidités pour acheter un nouveau véhicule prochainement.

Quelque 42 % des répondants qui ont dit ainsi envisager un achat n’y pensaient pas avant la pandémie. Et le sondage indique également que parmi les consommateurs qui souhaitent maintenant faire l’acquisition d’un nouveau véhicule, 34 % veulent acheter un véhicule plus dispendieux que leur dernière acquisition.

« Les gens ne veulent plus prendre l’autobus, analyse M. Akyurek. De plus, leur intention d’aller chercher un plus gros véhicule ou un modèle plus luxueux se traduit par une performance de vente supérieure chez les constructeurs de voitures haut de gamme comparativement aux véhicules de moyenne gamme. »

Déséquilibre du marché

On assiste en ce moment, et ce depuis plusieurs mois, à un déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché de l’automobile.

Les problèmes d’approvisionnement, d’un côté, et la forte demande des consommateurs de l’autre font grimper les prix des véhicules neufs comme ceux d’occasion.

« Selon nos données, le prix moyen d’un véhicule neuf est de près de 7 % supérieur à celui demandé pour le même véhicule l’an dernier pour s’établir, au Canada, à 48 534 $, explique l’analyste. La situation est encore plus remarquable du côté des occasions alors que le prix moyen canadien est de 30 967 $, une hausse comparative de 22.8 %. »

Une recherche d’AutoTrader.CA indique aussi que 30 % des automobilistes souhaitent remplacer leur véhicule par un modèle plus gros. Dans cette tranche de consommateurs, 48 % veulent le faire en transitant vers un VUS et 32 % en montant à bord d’une camionnette.

« Cela illustre bien la poussée des camions légers sur notre marché au détriment de la voiture de tourisme, constate l’expert. Cela explique d’ailleurs la considérable pression sur ces modèles alors qu’on enregistre une hausse de 25 % du prix de vente des VUS comparativement à la même période l’année passée, qu’il s’agisse de véhicules neufs ou d’occasion. »

Selon lui, une hausse de 30 % serait le seuil psychologique où un consommateur va reporter son achat ou opter pour un modèle moins en demande.

Des habitudes qui changent

M. Akyurek constate que les consommateurs ont de l’argent en poche et ont changé leur approche en matière de mobilité.

« Ce sont d’excellentes nouvelles pour nos concessionnaires automobiles, affirme-t-il. Et nous considérons que cette tendance va se maintenir même après la pandémie alors qu’il faudra une bonne période de temps pour que les constructeurs arrivent à rééquilibrer la balance de l’offre et de la demande et stabiliser les prix. Cela pourrait perdurer jusqu’en 2025. »

Selon lui, les constructeurs ne devraient pas offrir de rabais sur leurs véhicules avant que la demande et l’offre se stabilisent, d’autant que le consommateur en ce moment est peu sensible au prix.

Les gens intéressés par l’acquisition d’un véhicule neuf ou d’occasion, qu’il s’agisse de nouveaux acheteurs ou de gens étant déjà propriétaires d’un véhicule, ont aussi changé leur approche de magasinage.

Peu de surprise lorsqu’on constate que la pandémie les a poussés vers les plateformes numériques où ils vont chercher toute l’information avant de conclure la transaction et où ils peuvent comparer les offres.

Les concessionnaires canadiens enregistrent toutefois une hausse de 13 % des visites de consommateurs comparativement à l’année dernière dans leurs commerces.

Ce qui est vraiment surprenant d’apprendre, c’est que le tiers des gens qui cherchent un véhicule sont prêts à parcourir plus de 400 kilomètres pour dénicher le modèle de leur choix.

« Le marché numérique est en plein essor, les gens s’informent comme jamais et la distance n’a plus d’importance », conclut M. Akyurek.

Catégories : Concessionnaires, Éditorial
Étiquettes : , ,

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

janvier, 2022

Nos partenaires

Menu
X