fbpx

Futuriste en herbe par Brian Murphy

« Il y aura moins de voitures d’occasion disponibles sur le marché, pour les années modèles 2020 à 2023, en raison de la baisse des ventes de véhicules neufs ». PHOTO Brian Murphy, vice-président, recherche et analyse, Canadian Black Book

Les six derniers mois ont été parmi les plus difficiles pour nous tous.

Cela ne concerne certainement pas seulement l’industrie automobile, mais pour nous tous dans le monde entier. Chaque jour, je me rappelle à moi-même et aux autres autour de moi qu’il s’agit d’une crise temporaire, que nous allons surmonter. COVID-19 nous met à l’épreuve chez nous et au travail de toutes les manières imaginables.

La résolution des problèmes liés à cette pandémie est notre nouvelle routine quotidienne. Être ouvert au changement et à de nouvelles façons de faire innovantes, voilà comment nous allons en tirer le meilleur parti.

Avez-vous déjà rencontré un futuriste ? Je pense qu’ils ont les meilleurs emplois du moment. C’est un grand défi d’essayer de comprendre à quoi ressemblera le monde dans 10, 20 ou 50 ans. J’ai entendu beaucoup d’entre eux parler et partager des idées et des concepts perspicaces auxquels leur public ne souscrira tout simplement pas (par exemple, où sont toutes les voitures volantes ?).

Prévisions possibles

Les clients interrogent fréquemment le Canadian Black Book sur ce que nous pensons qu’il se passera à l’avenir, en ce qui concerne le marché, les ventes, les valeurs de gros et les valeurs résiduelles. Après tout, il s’agit de ce que nous faisons et de ce qui nous passionne.

Permettez-moi de faire preuve d’audace et d’essayer de voir à quoi ressemblera l’avenir, dans 36 mois à peine. Pas en tant que prévisionniste automobile, mais peut-être un peu plus comme un futuriste, du moins pour aujourd’hui. Je tiens à préciser qu’en faisant cela, je suppose que nous disposerons d’un vaccin efficace d’ici un an environ, sinon tous les paris sont ouverts !

Tout d’abord, je voudrais présenter certains des chiffres clés qui sont au cœur de nos perspectives. Dans trois ans, l’équipe du CBB s’attend à ce que les ventes de nouveaux véhicules au Canada soient presque revenues au niveau d’avant le COVID, soit environ 1,9 million d’unités. Pour 2020, nos perspectives restent inchangées depuis le printemps de cette année, nous prévoyons une baisse des ventes de 25 %. Dans trente-six mois, les ventes de voitures d’occasion (par les concessionnaires de voitures d’occasion) reviendront à environ un milliard de dollars par mois au Canada. En fait, selon des données récentes de Statistique Canada, cette activité a déjà repris presque exactement là où elle se situait avant l’enquête COVID.

Valeurs des véhicules

La valeur des véhicules est une autre histoire à l’horizon 2023. Nous prévoyons que les valeurs, au prix de gros, seront toujours inférieures de 2 à 3 % à ce qu’elles seraient en l’absence de pandémie. Dans cette perspective, nous prévoyons également que les valeurs résiduelles seront inférieures d’environ 1 % (en moyenne, d’après notre première évaluation du printemps 2020). Cette baisse des valeurs résiduelles rendra les véhicules plus chers à louer pour les consommateurs. Ces valeurs plus basses sont le résultat du fait que le Canada reste en récession et que la demande de véhicules est légèrement plus faible. Il se peut également que les sociétés de location soient plus réticentes à prendre des risques, compte tenu de la volatilité récente, et qu’elles exigent une « prime de risque » pour protéger leurs intérêts, ce qui se traduirait par un paiement mensuel plus élevé pour les consommateurs. En conséquence, je m’attends à ce que le montant du crédit-bail au Canada diminue légèrement.

Il y aura moins de voitures d’occasion disponibles sur le marché, pour les années modèles 2020 à 2023. Pourquoi ? Eh bien, il n’y aura pas autant de voitures fabriquées au cours des trois prochaines années, en raison de la baisse des ventes de véhicules neufs. Cette année déjà, on a construit bien plus de 300 000 voitures de moins. Nous prévoyons que d’ici la fin de l’année, il y aura 475 000 voitures de moins vendues et fabriquées au Canada. Cela limitera l’offre de voitures d’occasion pour les années à venir et contribuera en fait à renforcer les prix, à long terme. Ils seraient plus faibles si cette réduction de l’offre n’existait pas.

Flottes en déclin

Une partie de cette baisse des ventes sera attribuée à la diminution de la demande des consommateurs, mais aussi à la diminution des parcs de véhicules et à la dégradation du secteur de la location à la journée. Les locations journalières représentent plus de 200 000 ventes de voitures neuves chaque année. Ce secteur restera en déclin jusqu’à la reprise des voyages. Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), les voyages aériens ne devraient pas se redresser complètement avant 2024. Les ventes de flottes, qui représentent plus de 250 000 ventes de véhicules neufs au Canada, devraient être en bonne voie de rétablissement d’ici 2023. Toutefois, l’appétit des entreprises pour l’investissement ne devrait pas revenir à son niveau antérieur, selon moi, tant que l’économie ne sera pas complètement rétablie. La somme de ces deux chiffres montre clairement que l’industrie aura une lente remontée jusqu’à ce que les ventes de parcs automobiles et de voitures de location soient relancées.

Je prévois également que le prix des voitures neuves (MSRP) augmentera au cours des prochaines années. Le coût de l’adaptation des usines d’assemblage et de pièces détachées de véhicules au niveau mondial, ainsi que des services logistiques (y compris les concessionnaires), devra être répercuté sur le consommateur. Si ce n’est pas par le biais de PDSF plus élevés que ceux financés par des niveaux d’incitation plus faibles. Des changements de produits directement liés à COVID-19 sont également à prévoir. Les intérieurs traités avec des produits antimicrobiens et des systèmes de filtration CVC plus robustes devraient constituer des arguments de vente. Les systèmes de filtration par ions de plasma en grappes et les pièces intérieures traitées en permanence à l’usine avec des produits comme le Microban de Proctor and Gamble vont devenir plus populaires. Ces nouvelles offres ne seront évidemment pas fournies gratuitement, ce qui entraînera une augmentation sensible des prix.

Plus de VE

Il y aura davantage de véhicules électriques à batterie (BEV) et de véhicules électriques à batterie rechargeable (PHEV) dans trois ans. Ils sont tous en cours de développement, beaucoup sont retardés de plusieurs mois à cause de COVID-19, mais ils continuent d’arriver. Les consommateurs peuvent résister à l’idée de payer une prime, mais ces véhicules sont exigés pour des raisons de conformité réglementaire dans le monde entier et seront donc construits, et probablement vendus avec les incitations des équipementiers… à vous de voir !

D’ici 2023, nous serons beaucoup plus dépendants de la distribution automobile numérique. Les détaillants seront beaucoup plus engagés dans la vente au détail numérique, encouragés par le succès remporté lors de COVID-19, et seront plus disposés à investir pour que tout cela fonctionne.

On peut en dire autant de l’environnement de gros, les ventes aux enchères. Les ventes aux enchères seront beaucoup plus engagées dans le commerce de gros numérique à tous égards. Elles ont connu un grand succès pendant la crise et il est peu probable qu’elles redeviennent pleinement ce qu’elles étaient auparavant. Je m’attends à ce qu’en 2023, il y ait des véhicules qui circuleront dans les voies, mais pas autant et moins fréquemment. Y assisterons-nous par le biais de la réalité virtuelle ? Peut-être est-ce au-delà de 2023.

J’ai lu récemment que General Motors a fait savoir à ses employés qu’ils travailleront à domicile jusqu’en juillet 2021. Les médias ont rapporté que de nombreux employeurs ont des projets similaires. Avec une telle activité de travail à domicile, le nombre de kilomètres collectifs parcourus par les Canadiens va diminuer. Selon Statistique Canada, le Canadien moyen conduit environ 9 km par jour pour se rendre au travail, ce qui représente environ 28 milliards de km de trajet domicile-travail par an. Même si un Canadien sur dix seulement continue à travailler à domicile, cela représente une diminution considérable du nombre de kilomètres parcourus. Cela aura pour effet secondaire d’améliorer la qualité des stocks de voitures d’occasion. Avec autant de personnes travaillant à domicile, et certaines de manière permanente, il est prévisible que les familles réduiront leur propre parc automobile ou conserveront les véhicules plus longtemps, car ils dureront plus longtemps.

Un changement de cap par rapport au transit

En compensant la réduction du parc automobile pour ceux qui ont choisi de travailler à la maison, je m’attends à ce que certains consommateurs abandonnent les services de covoiturage et de transport en commun, pour se tourner vers l’automobile pour des raisons de santé. Cette option ne fonctionne pas pour tout le monde, mais elle le fera pour certains. Une fois que nous aurons un vaccin, il est tout à fait possible que certaines des mêmes personnes reviennent au covoiturage et au transport en commun.

En conclusion, je voudrais partager une citation que j’aime beaucoup, de Bill Gates qui connaît une chose ou deux sur le changement. Bill dit : « Nous surestimons toujours le changement qui se produira dans les deux prochaines années et nous sous-estimons le changement qui se produira dans les dix prochaines. Ne vous laissez pas bercer par l’inaction ». Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour prendre part au changement de manière positive ; comment préparer au mieux votre entreprise pour 2023 ?


Brian Murphy est vice-président de la recherche et de l’analyse du Canadian Black Book. Vous pouvez le contacter à l’adresse suivante : bmurphy@canadianblackbook.com

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

octobre

22octToute la journée24Salon du Véhicule Électrique de Saint-Hyacinthe

23oct12:00 pm5:00 pmPourquoi s'inscrire au programme Compétences VÉ ?Webinaire

23oct4:00 pm7:00 pmPourquoi s'inscrire au programme Compétences VÉ ?Webinaire

novembre

02novToute la journée06SEMA360Virtual

02nov(nov 2)8:00 am06(nov 6)8:00 amDrivingSales Executive SummitVirtual Edition!

03novToute la journée052020 AAPEX

Nos partenaires

Menu
X