fbpx

L’offre et la demande avec Brian Murphy

Autosphere » Concessionnaires » L’offre et la demande avec Brian Murphy
Brian murphy
Brian Murphy, vice-président de la recherche et de l'analyse, Canadian Black Book. PHOTO Canadian Black Book

Une augmentation de l’offre de véhicules d’occasion et une pénurie de véhicules neufs pourraient avoir des conséquences importantes au cours des prochains mois. 

Le 9 juin, le Canadian Black Book (CBB) a publié sa dernière mise à jour du marché automobile COVID-19. Depuis que toute l’économie a été bouleversée en mars, le secteur automobile a connu des bouleversements importants.

Les prix de gros des véhicules ont plongé en avril, tandis que les ventes au détail ont également connu une forte baisse, les entreprises ayant fermé leurs portes en raison des mesures de verrouillage provinciales visant à contenir la propagation de COVID-19.

Bien que le mois de mai ait été marqué par une reprise des ventes de véhicules, celle-ci a été attribuée en grande partie à la demande refoulée de la fin mars et du mois d’avril, tandis qu’en mai, l’indice des prix de la CCB, qui suit les véhicules de 2 à 6 ans, a continué à baisser, avec une chute de 3,20 points (par comparaison, l’indice avait chuté de 3,58 points en avril).

Bien que les ventes aient continué à se redresser en juin, alors que l’économie se redresse lentement, des vents contraires se profilent à l’horizon.

Afin de mieux comprendre comment ces défis potentiels pourraient affecter les ventes de véhicules pour le reste de l’année et jusqu’en 2021, et ce que cela signifie pour les concessionnaires, Canadian Auto Journal s’est entretenu avec Brian Murphy, vice-président de la recherche et des analyses chez Canadian Black Book.

Canadian Auto Journal : Sur la base des données d’avril et de mai, comment voyez-vous le volume des ventes de véhicules, neufs et d’occasion, au cours des prochains mois ?

 Brian Murphy : Pour l’ensemble de l’année, nous prévoyons une baisse de 25 % des ventes de voitures neuves. Nous ne jetons pas ce chiffre à la légère car cela représente 500 000 véhicules, ce qui est franchement un chiffre stupéfiant.

Cela dit, nous sommes heureux (comme beaucoup de vos lecteurs, j’en suis sûr) de constater une baisse de « seulement » 44 % en mai.

Dans l’ensemble, cette année, les ventes de véhicules neufs ont diminué de 39 % et nous nous attendons à ce que les ventes de juin soient supérieures à celles d’avril ou de mai, dans le cadre d’une poursuite de la baisse de la demande.

Toutefois, ce n’est qu’une fois que cette demande sera satisfaite que nous aurons une vision claire de l’état naturel de la demande sur le marché et je pense que la façon dont les choses se dérouleront dépend largement du nombre de personnes qui retourneront au travail et du niveau de confiance des consommateurs.

Étant donné que les renouvellements imminents des contrats de location sont prévus pour l’été et l’automne, comment pensez-vous que cela va continuer à jouer sur la pression à la baisse que nous avons constatée sur les prix de gros et de détail sur le marché des voitures d’occasion ?

Le renouvellement des contrats de location est un aspect que nous surveillons de très près, même avant la COVID-19. Nous avons vu le nombre de retours de location augmenter depuis 2017 et pour 2020 et 2021, ils devraient continuer à augmenter.

Par rapport à 2017, où nous avons eu environ 340 000 retours de location, cette année, les prévisions étaient sur la bonne voie pour 430 000, soit une augmentation de 90 000 véhicules sur le marché, ce qui devait déjà exercer une pression à la baisse sur les prix.

Bien que les sociétés de leasing aient travaillé avec leurs clients pour faciliter la prolongation des baux pendant 60 à 90 jours, nous devrions encore constater une augmentation significative des retours de location en été et en automne de cette année.

En 2021, les prévisions de retours de location (avant la COVID-19) étaient de 450 000 unités pour l’année. Si l’on combine cela avec le niveau d’incertitude du marché, ainsi qu’avec d’autres facteurs tels que la réduction de la taille du parc automobile et les retours de location et les reprises de possession, on constate une forte pression à la baisse sur les valeurs de gros et de détail du marché des véhicules d’occasion.

Comment voyez-vous l’impact de la faillite de Hertz, des autres sociétés de location et des parcs automobiles qui envisagent de réduire leurs stocks sur les prix et la demande de véhicules d’occasion ?

Les véhicules de location sont une autre de ces catégories où nous sommes également confrontés à une offre supplémentaire cette année. Bien que je n’aie pas encore pu accéder à des données spécifiques au Canada concernant la situation de Hertz, si nous l’examinons en termes généraux, un dixième des 300 000 unités que Hertz prévoit de liquider aux États-Unis.

correspond toujours à 30 000 véhicules ici au Canada. En même temps, il est important de considérer que non seulement Hertz, mais aussi tous les locataires de voitures ont été touchés par la forte baisse des voyages en avion (plus de 90 %).

Dans ces circonstances, les sociétés de location de voitures peuvent faire l’une des deux choses suivantes : elles peuvent reporter les futures livraisons de véhicules ou essayer de se débarrasser des véhicules qu’elles possèdent actuellement, ce qui devrait se produire, de sorte qu’il est probable que davantage de véhicules ne seront plus loués dans un avenir prévisible.

Au Canada, environ 225 000 véhicules de location sont vendus chaque année, ce qui représente plus d’un dixième du marché, donc toute offre supplémentaire en plus de la quantité habituelle est susceptible d’exercer une pression supplémentaire à la baisse sur les prix des véhicules d’occasion.

Cela dit, nous pourrions voir certains véhicules revenir de flottes de location plus tôt que d’habitude et si ces véhicules sont disponibles, des exemples de véhicules à faible kilométrage (seulement 10 ou 15 000 km) pourraient également représenter des achats intéressants pour les concessionnaires et les consommateurs.

On a beaucoup parlé dans certains médias de la façon dont différents facteurs tels que les retours de location, ainsi que les expirations de paiements différés, les arriérés et les reprises de possession pourraient avoir un impact sur le marché en même temps. Avez-vous des idées à ce sujet, d’autant plus que certains signes montrent que les prêteurs travaillent avec les consommateurs pour essayer de réduire les retards de paiement ?

 À ce stade, je pense que tout ce que les prêteurs peuvent faire pour que quelqu’un continue à conduire un véhicule, même si le prêt est en souffrance, sera préférable, car les reprises de possession sont une source importante pour le marché de gros et un afflux de véhicules de moindre valeur sur le marché de gros pourrait faire chuter les prix.

Toutefois, à un moment donné, nous assisterons à une nouvelle augmentation des reprises de possession, ce qui augmentera encore l’offre à un moment où la demande de véhicules est déjà faible. Pour l’instant, cependant, cela ne s’est pas encore produit.

En outre, parallèlement aux reprises de possession, nous pourrions voir de nombreux parcs automobiles réduire leurs stocks, car les entreprises continuent à revoir leur situation et, dans de nombreux cas, fonctionnent à capacité réduite.

Ces décisions sont prises dans tout le pays et il est probable que nous continuerons à voir de plus en plus de parcs de véhicules être liquidés, ce qui augmentera encore l’offre sur le marché de l’occasion.

Le stock de véhicules neufs devrait diminuer sensiblement au cours du second semestre de cette année et jusqu’en 2021. Quel sera, selon vous, l’impact sur la demande de véhicules neufs ?

Il est probable qu’il y aura des répercussions à court et à long terme. À court terme, certains consommateurs ne pourront peut-être pas obtenir le véhicule neuf exact qu’ils souhaitent en raison de la pénurie de stocks, et ils devront peut-être changer de couleur, de garniture, voire de modèle ou de marque pour trouver un véhicule qui réponde à leurs besoins.

Cela aura probablement un impact significatif sur la fidélité à la marque, car si un consommateur ne peut pas obtenir le type de véhicule qu’il souhaite de sa marque préférée, mais qu’une alternative lui propose un véhicule comparable, il optera probablement pour cette solution.

À plus long terme (3-4 ans), nous verrons moins de véhicules des années-modèles 2020 et 2021, ce qui pourrait potentiellement aider les valeurs d’occasion.

Nous avons mené une enquête auprès des détaillants il n’y a pas si longtemps, plus d’un quart des concessionnaires interrogés ont déclaré qu’ils étaient préoccupés par l’obtention d’un stock de véhicules neufs.

Aujourd’hui, je pense que ces inquiétudes n’ont fait que croître et bien que les équipementiers aient relancé la production de véhicules, il faudra un certain temps pour que cette offre se reconstitue.

De plus, le passage des véhicules de l’année modèle 2020 à 2021 sera plus délicat que d’habitude en raison de la pandémie COVID-19 et des différents protocoles requis en plus des fermetures d’usines pendant deux mois ou plus au printemps.

Il n’est pas toujours juste de faire des comparaisons entre les marchés canadien et américain, mais d’après les données de la CBB, voyez-vous des similitudes et des différences notables se dessiner en termes de perspectives économiques ainsi que de performance des ventes au détail de véhicules automobiles et de projections attendues ?

Dans le cas des États-Unis et du Canada, il existe à la fois des similitudes et des différences et la tendance actuelle de la valeur des véhicules neufs et d’occasion ne fait pas exception.

Les deux pays ont adopté des stratégies différentes en ce qui concerne les restrictions d’exploitation de la norme COVID-19 et aux États-Unis, nous avons constaté que la valeur des véhicules d’occasion rebondit plus rapidement qu’au Canada. En ce qui concerne le commerce de gros, nous avons également constaté que les États-Unis se redressent plus rapidement.

Il y a eu un moment où aucune vente aux enchères ne montait en flèche dans les deux pays parce que les acheteurs et les vendeurs avaient des idées complètement différentes en ce qui concerne le prix des véhicules.

Aux États-Unis, les choses se sont quelque peu normalisées, tandis qu’au Canada, nous constatons que certaines ventes aux enchères ont des taux de vente assez normaux et d’autres où les gens n’achètent tout simplement pas.

L’évolution à long terme dépendra probablement des performances de l’économie. Les deux pays sont confrontés à un chômage persistant dans un avenir prévisible et cela déterminera probablement le résultat, tout comme le risque d’une deuxième vague de COVID-19 et le temps nécessaire pour développer un vaccin.

Ce sont des facteurs qui pourraient ralentir l’activité économique, c’est pourquoi je pense qu’il est important de considérer qu’il y a de nombreuses variables dans le mélange actuel.

Où voyez-vous peut-être les plus grands gains et pertes dans les différents segments de véhicules, tels que les voitures particulières et les camions légers, à l’approche de l’été et de l’automne ?

Je ne pense pas qu’il y aura trop de gains, mais il est probable que l’activité se situera de l’autre côté de l’équation. Au Canada, nous avons vu les valeurs de l’ensemble de l’industrie augmenter presque d’un mois sur l’autre au cours des dix dernières années.

Puis, à partir de la mi-mars, nous les avons vues décliner. Dans l’ensemble, nous avons vu la valeur des camions dans tous les segments baisser d’environ 6 %, tandis que celle des voitures particulières a diminué un peu moins (environ 5,6 %).

Dans tous les segments, nous avons constaté des différences notables et des baisses de valeur significatives dans les segments des crossovers compacts et sous-compacts. Un segment sur lequel nous n’avons pas constaté de baisse importante est celui des fourgonnettes de grande taille, mais celles-ci sont souvent achetées pour un usage professionnel, de sorte que la façon dont les entreprises progressent aura un impact important sur ce segment.

En ce qui concerne les voitures particulières, nous avons constaté une baisse de 8,4 % pour les berlines de taille moyenne, et de 7,4 % pour les voitures compactes.

En revanche, les voitures sous-compactes se sont plutôt bien comportées, peut-être en raison de l’incertitude actuelle du marché et du fait que les Canadiens cherchent à économiser et à dépenser moins en général, y compris pour leurs besoins en matière de transport.

En gardant cela à l’esprit, nous pensons que les véhicules à bas prix pourraient être assez performants à court et moyen terme, mais nous devons encore voir comment cela se passe dans l’ensemble.

Quels conseils donneriez-vous aux concessionnaires pour les aider à gérer leurs stocks jusqu’en 2020 et 2021 ?

C’est une très bonne question. C’est un peu un cliché, mais les ventes de véhicules sont comme des montagnes russes et pour l’instant nous allons vers le bas.

Comme la baisse devrait se poursuivre jusqu’en novembre et décembre, les concessionnaires doivent examiner comment ils gèrent leurs stocks, car si les prix baissent chaque mois et que plus un véhicule reste longtemps en stock, plus sa valeur a tendance à diminuer.

La capacité à écouler les stocks rapidement et efficacement devient donc essentielle. Si vous vous retrouvez avec un véhicule pendant deux mois ou plus, sa valeur peut diminuer de quatre ou cinq pour cent, donc plus vite vous pourrez le retourner sur un marché comme celui-ci, mieux ce sera.

Autre chose que vous aimeriez mentionner ?

Je pense qu’il est important pour nous tous de garder à l’esprit que la situation actuelle est temporaire. C’est horrible, mais si nous voyons les prix rebondir à la toute fin de l’année, il pourrait y avoir de bonnes opportunités.

Nous assisterons probablement à des changements dans le comportement d’achat des consommateurs, qui pourraient acheter une voiture neuve avec un véhicule d’occasion, soit parce que l’offre de véhicules neufs est limitée, soit parce qu’ils ne peuvent pas bénéficier d’un financement pour un véhicule neuf.

En gardant cela à l’esprit, il est probable que le marché des véhicules d’occasion pourrait s’en sortir beaucoup mieux que le marché des voitures neuves à la fin de 2020 et en 2021.

 

Catégories : Concessionnaires, Éditorial
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

novembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X