fbpx

Les concessionnaires prêts pour la reprise

Autosphere » Concessionnaires » Les concessionnaires prêts pour la reprise
Les façons traditionnelles d’interagir avec les clients sera complètement revue. (Photo : Shutterstock)

Les concessionnaires du Québec sont prêts à la reprise des activités de vente, encouragés par l’ouverture récente de leurs services d’entretien.

Le printemps est la période de pointe de la vente de voitures neuves et les quelque 900 concessionnaires du Québec sont durement touchés par la présente situation. Heureusement, la reprise, la semaine dernière, des activités de service a fait bouger les choses et a fait souffler un vent de positivisme dans les concessions.

« Nous avons été prudents et intelligents dans cette reprise graduelle de nos activités, souligne Martin Taillandier de BMW Canbec. Pas de navette ni de voiture de courtoisie ne sont offertes à nos clients qui doivent nous laisser la clef de la voiture dans un sac de plastique. Toutes les communications et le paiement sont faits électroniquement. » Malgré ces contraintes et une réduction volontaire du nombre de rendez-vous, la clientèle apprécie grandement la qualité du service et les mesures sanitaires.

Ce que nous voulons maintenant, c’est la reprise des ventes. Nous avons un protocole validé par tous les partenaires du secteur et n’attendons que le feu vert du gouvernement.

— Martin Taillandier, BMW Canbec

C’est d’ailleurs ce sur quoi travaille la CCAQ. Au nom des concessionnaires du Québec, la Corporation a mis sur pied un protocole bien structuré qui permettrait aux consommateurs de se rendre en concession pour finaliser la vente, ce qui est une exigence de l’Office de la protection du consommateur.

« Nous parlons d’un secteur de notre économie qui représente 40 000 emplois et un chiffre d’affaires de 20 milliards de dollars, souligne Robert Poëti, président directeur-général de la Corporation des Concessionnaires automobiles du Québec. Nous avons soumis un protocole de reprise au gouvernement qui permettrait de relancer les activités de façon intelligente. Nous espérons une reprise des activités de vente selon ces nouvelles normes le 5 mai. »

À la Corporation Mobilis, qui regroupe 145 concessionnaires dans la région de Québec, on signale que ces entreprises ont su s’adapter très rapidement à l’ouverture des services d’entretien la semaine dernière. « Nous avons mis en place les mesures nécessaires et les clients ont accepté ces contraintes et nos employés ont apprécié le soin apporté par leurs employeurs pour protéger leur santé. Nous sommes prêts pour la reprise des activités de vente, sachant que les règles seront complètement différentes », explique Charles Drouin, chef de la direction de la Corporation.

Selon lui, la pression est forte sur la reprise d’activité de base ne serait-ce que pour gérer la reprise des voitures de location.

De son côté, Denis Dessureault, vice-président exécutif de la Corporation des concessionnaires automobiles de la région de Montréal, souligne que la reprise des ventes ne devra pas trop attendre puisque ses membres doivent absorber d’importants coûts fixes présentement.

Ceci étant dit, il prévoit que la reprise des ventes sera solide. Le mois de mars s’annonçait très bon avant que le gouvernement ne ferme le robinet. Travaillant étroitement avec la CCAQ, son association s’assure de transmettre rapidement toutes les informations importantes et s’assurer de répondre à leurs questions. M. Dessureault souhaite une reprise rapide des ventes, mais avise de l’importance de le faire selon le protocole établi par la Corporation provinciale. « Nous voulons tout faire pour ne pas entacher notre réputation et nos membres y sont particulièrement sensibles. »

De solides inventaires

Selon le constat de tous les intervenants avec lesquels nous avons parlé, les cours des concessionnaires sont pleines de voitures neuves à vendre. Si certains constructeurs automobiles ont ralenti ou carrément arrêté de fabriquer des voitures, il n’en demeure pas moins qu’un fort volume de voitures sera offert lors de la reprise des ventes.

« Je ne crois pas qu’il va y avoir de surplus, prédit M. Dessureault. Plusieurs consommateurs ont réalisé l’importance d’avoir accès à une voiture pour se déplacer et aller au travail. De plus, je doute qu’à la reprise plus générale des activités économiques les gens aillent se précipiter dans les transports en commun. »

Pour Robert Poëti il n’est pas exclu que le consommateur se retrouve gagnant au lendemain de la crise. « Les constructeurs vont vouloir lancer leurs modèles 2021, comme normalement. Il ne serait pas surprenant qu’ils offrent des rabais, un financement avantageux ou encore des prolongements des garanties sur les voitures déjà livrées chez les concessionnaires. »

 

Catégories : Concessionnaires

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

octobre, 2021

Nos partenaires

Menu
X