fbpx

Comprendre les méandres du ADAS

Autosphere » Carrosserie » Éditorial » Comprendre les méandres du ADAS
David Friars, directeur des opérations pour CSN Drive auto Collision, dans son atelier, en compagnie de Nick Dominato de asTech. PHOTO CCIF

Lors d’une capsule de formation technique organisée par le CCIF le 17 mars, deux experts ont parlé de la complexité de réparer des voitures dotées de systèmes avancés d’aide à la conduite.

Lors de ce webinaire technique, David Friars, directeur des opérations pour CSN Drive auto Collision, et Nick Dominato vice-président principal de asTech ont tracé trois scénarios de réparation sur autant de véhicules.

Pour rendre l’explication encore plus intéressante, les explications ont eu lieu dans l’atelier de M. Friars, avec les véhicules accidentés en question.

Une simple fissure à l’arrière d’un Honda Ridgeline 2019 a demandé le remplacement du couvert de pare-chocs. Même si l’analyseur indiquait que les capteurs étaient en bonne condition, un coup d’œil au bulletin technique de Honda a fait réaliser à l’équipe du carrossier qu’une calibration du capteur d’angle mort devait être effectuée.

« Constater la nécessiter d’effectuer ce processus ajoute du temps à la réparation, a souligné M. Dominato. Avant de confier la calibration au concessionnaire, l’atelier doit se demander s’il n’est pas en mesure de le faire lui-même. Ça sauve des coûts et du temps. »

La vision à 360 degrés

Un cas plus complexe s’est présenté avec une Toyota Sienna 2020, muni d’un système de couverture à 360 degrés.

« Tout n’est pas dans l’analyseur, reprenait M. Dominato. Il s’agit d’un système complexe et dans le cas présent, la collision avant était importante et il a fallu remplacer la grille avant et le couvert de pare-chocs, entre autres. Des capteurs et des caméras ont dû être retirés pour effectuer la réparation. Il existe un processus permettant de s’assurer qu’ils sont au bon endroit avant même de parler de calibration. Ici encore, il faut suivre attentivement le bulletin technique. Il faut d’ailleurs consulter les versions les plus récentes, car les processus des constructeurs pour effectuer les réparations changent constamment. »

Les deux experts ont mentionné que dans certains cas où la voiture, après la collision, est encore carrossable, certains systèmes d’aide à la conduite doivent être désactivés. Si l’impact a déplacé un capteur, le système ADAS travaillera avec la mauvaise information et pourrait mettre l’automobiliste en danger.

Douter de l’analyseur

Encore fois, l’analyseur n’avait identifié aucun système avancé d’aide à la conduite sur un Infiniti Q60 modèle 2016. Pourtant, sur ce véhicule dont seulement la portière avait été légèrement endommagée, un ensemble de caméras offre une vision à 360 degrés de l’environnement du conducteur.

La réparation de la porte nécessitait une calibration d’une caméra située dans le montant du rétroviseur. La calibration détaillée dans le bulletin technique a pu être menée en atelier, avec un minimum de matériel.

« Prenez le temps d’analyser attentivement le bulletin technique applicable au véhicule que vous avez entre les mains, soulignait David Friars. Vous allez voir le détail des étapes pour bien remettre en ordre les diverses composantes des systèmes ADAS.

Souvent, l’atelier pour le faire sans avoir à investir 50 000 dollars en équipement ou l’envoyer chez le concessionnaire. »

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

septembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X