fbpx

Faire briller la passion pour la carrosserie

Autosphere » Carrosserie » Faire briller la passion pour la carrosserie
Kassy Vaudry anime le populaire podcast Spotlight Carrosserie. Source : Spotlight Carrosserie

Qui a dit que la carrosserie passionnait juste les hommes? Il y a 17 ans, Kassy Vaudry est tombée amoureuse de toutes les facettes de ce milieu, et forte de son expérience, elle le fait désormais rayonner à travers son podcast Spotlight Carrosserie. Une mine d’inspiration!

Si Obélix est tombé dans un chaudron de potion magique quand il était petit, alors Kassy Vaudry a été nourrie au biberon de la carrosserie. « Mon père a toujours été débosseleur, nous confie-t-elle. Et comme il travaillait beaucoup, si on voulait le voir, il fallait se rendre à son garage. »

Kassy a donc, toute son enfance, été passer ses samedis matin avec son paternel, dont la spécialité était les gros travaux – autrement dit, les voitures les plus endommagées –, ainsi que l’assemblage de voitures de rallye.

« Il était très impressionnant à voir aller! se souvient la jeune femme. Il pouvait défaire au complet une voiture, puis la reconstruire à l’identique ou en y greffant des éléments, comme une cage pour les voitures de course. Je ne mettais pas vraiment la main à la pâte, mais j’observais tout ce qu’il faisait. »

À l’adolescence, Kassy Vaudry avait déjà vu une tonne de véhicules accidentés et remodelés. À tel point, d’ailleurs, qu’elle en était saturée! « Je ne voulais plus entendre parler de ce métier et désirais plutôt devenir criminologue, ou bien policière spécialiste en réinsertion sociale », raconte-t-elle.

Mais la vie nous réserve toujours des surprises. Lorsqu’elle était étudiante au Cégep, Kassy a attrapé une méningite, si bien qu’elle a dû abandonner ses cours. Puis, une fois remise sur pieds, son père est arrivé avec une offre d’emploi : un poste d’agente de liaison venait de se libérer à son atelier. « Disons qu’il a fait pas mal pression pour que je l’accepte, ha ha! avoue-t-elle. Mais je sais maintenant qu’il voyait en moi quelque chose que je ne décelais pas encore. »

Forger sa carrière en carrosserie

Le père de Kassy Vaudry avait vu juste. Elle est immédiatement tombée amoureuse de son nouveau métier, même si elle n’avait jamais étudié dans ce domaine et que la personne qui devait la former à l’interne est partie deux semaines après son arrivée.

« J’avais un point de vue du plancher grâce à mon père, mais je ne connaissais rien du volet administratif. J’aurais pu paniquer, mais ça n’a pas été le cas. Je comprenais tout rapidement, c’était comme naturel pour moi. J’étais à ma place! » relate la jeune femme.

Kassy avait alors 18 ans. Elle en a aujourd’hui 35, est mère de trois enfants et poursuit sa carrière dans le secteur carrossier. Au fil de ces 17 ans, elle a travaillé pour plusieurs concessionnaires à titre d’agente de liaison, mais aussi de directrice d’atelier (gestion de la clientèle, de la main-d’œuvre sur le plancher, responsable de la productivité et intermédiaire avec les évaluateurs) et d’estimatrice de dommages, notamment pour les véhicules évalués comme des pertes totales. « Grâce à Eric Laurendeau, d’Évaluation Concept, j’ai même appris à ouvrir et à fermer des bannières », lance-t-elle, avant d’ajouter que ce sont ces apprentissages constants qui lui plaisent le plus dans sa carrière.

Une carrière dont elle jouit à présent pleinement, du fait qu’elle a tissé des liens étroits avec le milieu automobile et s’y est bâti une solide réputation. « Je ne manque jamais de travail, confirme-t-elle fièrement. Les gens de l’industrie savent que je suis crédible et n’hésitent pas à me contacter quand ils ont des besoins. » Pas mal, comme parcours, pour une femme qui ne se prédestinait pas à la carrosserie, n’est-ce pas?

L’industrie de la carrosserie, en format podcast

« Dans ma vie, j’ai deux passions : la carrosserie et les podcasts, avoue tout de go Kassy Vaudry. J’adore le sentiment de proximité, de naturel et de spontanéité des podcasts. Et comme j’adore aussi les rencontres, un projet de ce type sur la carrosserie m’est venu en tête à l’été 2022. »

La jeune femme ne voulait pas se lancer dans un podcast technique, mais humain, afin de mettre en lumière toutes les personnes formidables qu’elle a croisées au cours de son parcours : des propriétaires et des directeurs de carrosseries et de concessions, mais aussi des techniciens, des vendeurs de pièces ou de matériel professionnel, des enseignants et formateurs, des assureurs, des évaluateurs, etc.

« C’est un milieu si vaste, et les informations à son sujet si lacunaires! Spotlight Carrosserie a donc pour mission de jeter un nouvel éclairage sur cette industrie, d’inspirer des jeunes à s’y lancer, de donner des conseils aux travailleurs qui y évoluent déjà. C’est un projet rassembleur en lequel je crois beaucoup », explique l’animatrice.

Elle n’est pas la seule à le penser, puisque l’industrie a tout de suite bien accueilli l’arrivée du podcast. Plusieurs acteurs s’y sont même rapidement associés à titre de commanditaires. « Ils étaient un peu surpris au départ, mais ils sont très enthousiastes et m’aident à faire grandir ce podcast, que j’espère bien animer sur une base mensuelle bientôt. L’engouement est là, c’est certain! »

Femmes, hommes et carrosserie

Même si Kassy Vaudry a fait sa place dans le milieu carrossier, nous ne pouvons nous empêcher de la voir comme l’exception qui confirme la règle, puisque peu de femmes travaillent encore dans ce secteur.

La professionnelle a toutefois un avis bien personnel sur le sujet : « Dans les sondages que je vois passer sur cette question, on demande souvent si notre industrie accueille correctement les femmes. Or, je crois pour ma part que le nœud du problème n’est pas tant la place qu’on leur réserve dans notre milieu, mais plutôt le manque d’intérêt qu’elles ont pour ces métiers. Il faut une étincelle pour travailler en carrosserie, il faut aimer ça. »

Kassy pense donc que celles qui, comme elle, sont passionnées par cette industrie y trouvent leur place. « Personne ne m’a jamais fait sentir que je ne m’y connaissais pas parce que j’étais une femme. Il faut arrêter de se victimiser, il y a amplement de la place pour des femmes dans notre milieu. »

La jeune femme peut en témoigner, puisqu’elle a réussi à bâtir sa famille et à endosser son rôle de mère, tout en poursuivant sa carrière. « J’ai évidemment traversé quelques tempêtes, avoue-t-elle. Quand je me suis séparée, par exemple, je me suis retrouvée seule avec mes trois enfants, dont deux de moins d’un an, ainsi que des difficultés financières. Mais au même moment, j’ai démarré mon podcast. À travers ce dernier, je me suis donc prouvé personnellement et ai prouvé à mes enfants qu’il y a toujours une solution aux problèmes. » Comme quoi, la détermination n’a pas de sexe, pourrions-nous ajouter.

Catégories : Carrosserie, Éditorial

EMPLOIS

 
Touchette Détail et Commercial
Gestionnaire - division Motorsport
 
  MIRABEL
  Permanent
 
 
Rocheleau Chevrolet Buick GMC (UMAN Recrutement)
Adjoint.e aux ventes / préposé.e aux livraison
 
  COWANSVILLE
  Permanent
 
 
Seray Hyundai Chambly
Secrétaire aux ventes
 
  CHAMBLY
  Permanent
 
 
Touchette Détail et Commercial
Directeur.rice de succursale
 
  SAINT-BRUNO
  Permanent
 
 
Honda Ile-des-Soeurs
Apprenti.e mécanicien.ne
 
  L'ÎLE DES SŒURS
  Permanent
 

ARTICLES POPULAIRES