fbpx

Compréhension mutuelle et coopération

Autosphere » Carrosserie » Compréhension mutuelle et coopération
Steve Fletcher est directeur général de l'Automotive Recyclers of Canada et directeur exécutif de l'Ontario Automotive Recyclers Association. Vous pouvez le contacter à l'adresse suivante : [email protected]. Photo Steve Fletcher

Avec une pression accrue sur les FEO et les assureurs pour qu’ils adoptent des pratiques ESG, les avantages de l’utilisation de pièces recyclées deviennent plus importants.

Ces dernières années, nous avons constaté que les pratiques de gouvernance environnementale et sociale (ESG) faisaient l’objet d’une attention croissante et, comme je l’ai mentionné dans des articles précédents, les recycleurs automobiles bénéficient d’avantages significatifs en ce qui concerne le secteur de la réparation automobile et l’économie circulaire.

En ce qui concerne les pratiques environnementales solides, les recycleurs d’automobiles s’y emploient depuis des années. Au Canada, le code environnemental des recycleurs d’automobiles (CAREC), élaboré par ARC pour Environnement Canada, s’est avéré très efficace. Il apporte une solution pratique à la gestion de l’environnement en offrant des incitations aux recycleurs qui améliorent leurs performances dans ce domaine et en examinant minutieusement ceux qui ne le font pas, en leur donnant l’occasion d’analyser leur situation et en leur fournissant une feuille de route pour améliorer leurs références environnementales.

Résultats favorables

Ces dernières années, à l’ARC, nous avons de plus en plus parlé à nos membres de l’ESG. Il ne s’agit pas seulement de considérer les choses d’un point de vue macroéconomique, mais aussi de voir comment, en participant à une initiative telle que CAREC, les recycleurs peuvent contribuer à la protection de l’environnement local. En outre, elles peuvent également se positionner favorablement lorsqu’il s’agit de travailler avec des assureurs et même des FEO – qui, de plus en plus, doivent adopter des plans de gestion de l’environnement, sous l’impulsion des directives ESG.

L’utilisation de pièces locales et recyclées nous permet de réduire notre empreinte carbone, ce qui, pour les réparateurs de véhicules accidentés, se traduit par une diminution de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et une amélioration de leurs résultats en matière d’environnement et de développement durable. Et c’est quelque chose que nous pouvons utiliser pour vendre les avantages de notre modèle d’entreprise aux assureurs, qui aujourd’hui, presque universellement, ont des lignes directrices ESG qu’ils doivent respecter.

Nous avons discuté avec plusieurs compagnies d’assurance qui doivent fournir des informations au niveau opérationnel à la direction pour répondre à ces exigences, y compris en ce qui concerne les compensations carbone. En conséquence, les pièces recyclées prennent de plus en plus d’importance dans le processus global de réclamation, ce qui a conduit à mettre davantage l’accent sur le suivi du cycle de vie du carbone des différentes pièces des véhicules.

Différence significative

Au Royaume-Uni, un grand groupe de recyclage, SYNETIQ, qui fait partie de l’IAA, s’est activement concentré sur l’étiquetage carbone et est reconnu comme le premier recycleur et démonteur d’automobiles à mettre en œuvre une telle initiative. En mesurant prudemment les économies de CO2 et en les comparant aux pièces nouvellement fabriquées, SYNETIQ a découvert que pour certaines pièces, telles que les portes, les capots et les hayons, l’utilisation de pièces recyclées représente plus de 90 % d’économies de carbone par rapport aux pièces d’origine nouvellement fabriquées.

Bien que les données de SYNETIQ soient spécifiques au Royaume-Uni, elles montrent les avantages qu’il peut y avoir à adopter ce type de pratiques, même ici au Canada. Nous avons même vu des FEO commencer à adopter l’idée que les pièces recyclées peuvent présenter des avantages pour leurs propres initiatives ESG et, chez ARC, nous avons davantage de conversations de ce type, où ils comprennent le rôle que jouent les recycleurs dans l’économie circulaire et pour que les deux parties travaillent ensemble.

En fin de compte, quel que soit l’avenir du secteur automobile, qu’il s’agisse de propulsion électrique, de moteur à combustion interne, d’hydrogène ou d’une combinaison des deux, l’important est de créer un environnement commercial sain, dans lequel chacun d’entre nous continue à avoir la capacité de vendre des pièces facilement et de manière rentable. Ainsi, non seulement les véhicules continueront d’être réparés, mais nos concitoyens et notre économie pourront continuer d’avancer.

 

Catégories : Carrosserie, Communiqué de presse
Étiquettes : Gestion

EMPLOIS

 
Volkswagen St-Hyacinthe
Directeur.rice commercial.e
 
  SAINT-HYACINTHE
  Temps plein
 
 
Rimar Volkswagen
Représentant.e en vente - véhicules d'occasion
 
  SAINT-LÉONARD
  Permanent
 
 
BMW - Mini Ste-Agathe
Conseiller.ère en vente - véhicules d'occasion
 
  STE-AGATHE-DES-MONTS
  Temps plein
 
 
HONDA DES SOURCES
Représentant.e des ventes de véhicules neufs
 
  DORVAL
  Permanent
 
 
Confidentiel
Conseiller.ère en vente - véhicules neufs
 
  RIVE-SUD DE MONTRÉAL
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES