fbpx

L’impact des VÉ sur la réparation de carrosserie

Autosphere » Carrosserie » L’impact des VÉ sur la réparation de carrosserie
Ryan Mandell est directeur de la performance des sinistres, solutions pour les dommages physiques automobiles chez Mitchell International, Inc. une société Enlyte. Vous pouvez le joindre à [email protected]. Photo Ryan Mandell

Une approche différente dans la conception des véhicules exige une approche différente dans les processus de réclamation et de réparation en atelier.

Il ne fait aucun doute que la croissance de l’utilisation et de l’adoption des véhicules électriques par les consommateurs a un impact sur la réparation de carrosserie. Des réclamations au processus de réparation à proprement dit, les véhicules électriques apportent avec eux un ensemble unique de défis. Si l’on considère le processus de réparation dans son ensemble, il y a trois éléments à prendre en compte.

Tout d’abord, il y a le volet estimation. En termes de précision, comme pour tout véhicule récent, il est essentiel de s’appuyer sur les procédures de réparation d’origine pour s’assurer que les devis sont rédigés de manière aussi précise et efficace que possible.

De plus, les différences de conception entre les VÉ et les véhicules à moteur à combustion interne nécessitent une plateforme d’estimation capable de supporter ces différences.

Deuxièmement, il est nécessaire de comprendre la complexité des réparations des VÉ et la façon dont tout est interconnecté sur ces véhicules. Cela exige une approche différente de la planification des réparations, car la probabilité de dommages secondaires et tertiaires est beaucoup plus grande sur un VÉ que sur un véhicule à moteur à combustion interne typique.

Capteurs et équipements

Les capteurs et équipements électroniques en sont un bon exemple. Toute interruption de la fonctionnalité des systèmes d’un VÉ constitue un dommage, que l’impact physique ait eu lieu ou non.

Il y a aussi la question de la capacité de l’atelier à réparer physiquement le véhicule. Par exemple, les techniciens sont-ils correctement formés et équipés pour réparer des structures multimatériaux avancées, en tenant compte des différents substrats tels que l’aluminium, l’acier à ultra-haute résistance et la fibre de carbone ?

Troisièmement, nous devons également tenir compte des attentes des clients, et cela s’applique aussi bien aux assureurs qu’aux réparateurs de carrosserie. Nous devons nous assurer que nous examinons cette question dès le début du processus de réclamation, avant que la réparation proprement dite ne commence.

De nombreuses recherches démontrent que les automobilistes sont, en moyenne, impliqués dans une collision automobile une fois tous les huit ans. Il faut également tenir compte du fait que, dans de nombreux cas, un automobiliste qui est impliqué dans un accident avec son véhicule électrique n’a jamais été impliqué dans une collision avec l’un de ces véhicules auparavant. Il doit donc comprendre ce qui est impliqué dans le processus de réparation, comme le temps que cela prendra et ce qui est nécessaire.

Étant donné que, dans de nombreux cas, les techniciens devront manipuler les systèmes électriques à haute tension du véhicule et retirer le bloc-batterie, ces préoccupations doivent être abordées avec les clients dont les VÉ sont amenés dans votre atelier pour être réparés, afin qu’ils comprennent qu’il y a beaucoup plus à faire qu’avec un véhicule à moteur à combustion interne typique.

Si vous êtes en mesure d’établir et de fixer les bonnes attentes dès le départ, vous avez beaucoup plus de chances d’obtenir un résultat positif et de conserver ce client à long terme après la réparation.

Considérations relatives à la batterie

Pour entrer dans les détails, il est également important que l’atelier et les techniciens comprennent que la manipulation de la batterie est une partie essentielle du processus de réparation, qu’elle ait été endommagée ou non.

Cela signifie qu’il faut s’assurer qu’il est correctement retiré et réinstallé, et minimiser l’exposition à la poussière et à la chaleur élevée. Et pour les centres de carrosserie et les assureurs, la nécessité de retirer la batterie ajoute à la durée du cycle et aux coûts de main-d’œuvre, ce qui doit être pris en compte lors de la rédaction du devis initial.

En outre, étant donné que de nombreux systèmes d’un VÉ sont interconnectés, leur fonctionnement est susceptible d’être affecté par une collision, qu’ils aient été physiquement endommagés ou non lors de l’accident.

Par conséquent, il ne suffit pas d’effectuer des pré-balayages et post-balayages du véhicule. Les techniciens doivent effectuer des tests et des calibrages approfondis du système pour s’assurer que tout fonctionne comme il se doit.

Il y a aussi la question des réparations physiques et du remplacement des pièces. Sur de nombreux VÉ, les taux de remplacement des pièces sont susceptibles d’être plus élevés en raison de la façon dont ils sont conçus et fabriqués. Au Canada, environ 25 % des pièces peuvent être réparées sur un véhicule conventionnel – ce chiffre tombe à environ 15 % lorsqu’il s’agit de VÉ.

Si l’on tient également compte des problèmes actuels de la chaîne d’approvisionnement en pièces et du fait que les VÉ ont des taux de remplacement de pièces plus élevés (en particulier chez les équipementiers non historiques tels que Tesla, Rivian et Lucid, qui ont très peu de pièces disponibles sur le marché secondaire), les coûts plus élevés et la durée de cycle supplémentaire risquent d’être la norme plutôt que l’exception.

Pour que les centres de carrosserie puissent gérer avec succès le débit des VÉ, en particulier dans les grandes zones métropolitaines, il sera probablement plus nécessaire de développer des centres de réparation spécialisés conçus pour les VÉ, où l’atelier et les techniciens sont correctement équipés et formés pour travailler sur ces véhicules.

Toutefois, pour y parvenir, le secteur devra mettre en place une boucle de rétroaction réaliste et concrète afin d’établir les meilleures pratiques, et ce, pour toutes les parties prenantes, des constructeurs aux réparateurs, en passant par les assureurs, les fournisseurs partenaires et, bien entendu, le personnel des centres de carrosserie.

 

EMPLOIS

 
Entrepôt Auto Durocher
Agent.e renouvellement et BDC ( 65K+)
 
  MIRABEL
  Temps plein
 
 
BMW West Island
Conseiller.ère technique interne
 
  DORVAL
  Permanent
 
 
BMW West Island
Directeur.rice commercial.e d'expérience
 
  DORVAL
  Permanent
 
 
Cadillac Chevrolet Buick GMC du West Island
Mécanicien.ne de transmission
 
  DOLLARD-DES-ORMEAUX
  Temps plein
 
 
HGrégoire Mitsubishi Laval
Conseiller.ère aux ventes
 
  LAVAL
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES