fbpx

IBIS : Six facteurs influençant la réparation de carrosserie

Autosphere » Carrosserie » IBIS : Six facteurs influençant la réparation de carrosserie
Jason Moseley, PDG d'IBIS, discute des six facteurs influençant la réparation de carrosserie au niveau mondial lors du salon Automechanika Frankfurt 2022. Photo Isabelle Courteau

Des tendances interconnectées façonnent l’avenir du secteur mondial de la carrosserie.

Au cours de l’Automechanika Francfort 2022, Jason Moseley, PDG du Symposium international de l’industrie de la carrosserie (IBIS), a animé une présentation spéciale intitulée IBIS : Le secteur mondial de la réparation de carrosserie et l’essor rapide de la technologie post-pandémie.

Dans cette session, M. Moseley s’est concentré sur six facteurs clés qui influencent et façonnent l’avenir de l’espace de réparation de carrosserie.

Le premier concernait l’électrification des véhicules. Les équipementiers investissent des milliards de dollars pour mettre sur le marché de plus en plus de VE, en particulier des véhicules électriques à batterie, ce qui a des conséquences importantes pour les centres de carrosserie.

Une stratégie différente

Tout d’abord, les ateliers doivent envisager une stratégie différente en ce qui concerne la manière dont le processus de réparation est mené. « Les véhicules à haute tension nécessitent un espace différent, un accès différent », explique M. Moseley.

Étant donné que les VÉ utilisent du courant continu (CC) à haute tension, il est essentiel de maintenir une distance de sécurité lorsque l’on travaille sur le véhicule pour éviter que les techniciens ne soient électrocutés. Cet espace supplémentaire aura une incidence sur la disposition et le plan de l’atelier, ce qui aura également un impact sur la manière dont les véhicules sont traités et réparés.

M. Moseley a également souligné la question du risque d’incendie potentiel des VÉ équipés de batteries Lithium-Ion. Lorsqu’ils prennent feu, le véhicule a tendance à continuer à brûler et les flammes peuvent être très difficiles à éteindre. « Cela va causer un gros problème dans votre atelier de carrosserie et vous devez vous y préparer correctement », a déclaré M. Moseley.

Les systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS) sont une autre tendance clé qui a un impact sur l’industrie. M. Moseley a souligné l’importance pour les centres de carrosserie de s’assurer que ces systèmes sont correctement réinitialisés et recalibrés pendant le processus de réparation. Cela permet non seulement de maximiser la sécurité des consommateurs et de réduire le risque de collisions futures, mais aussi le risque sérieux de responsabilité qui peut découler de réparations inadéquates.

Agencement, fonctionnement et processus

Effectuer correctement les étalonnages ADAS a également un impact sur l’aménagement, le fonctionnement et le processus de l’atelier. Il s’agit notamment de disposer d’un espace au sol suffisant pour effectuer ces étalonnages, de respecter les directives spécifiques des équipementiers à cet égard et de veiller à ce que l’atelier réalise les investissements nécessaires pour que les étalonnages ADAS puissent être effectués correctement et de manière cohérente.

« Vous avez donc l’ADAS et l’électrification qui se rejoignent », a déclaré M. Moseley, « et nous l’avons entendu décrire comme un tsunami de technologie. Il y a une énorme vague qui arrive et dans de nombreux cas, elle est déjà là. »

La troisième tendance qui a un impact sur le secteur mondial de la réparation après collision est la montée en puissance du réseau de réparation des fabricants, qui est inextricablement liée à l’électrification et à l’ADAS. Alors que les véhicules deviennent de plus en plus complexes et que les équipementiers cherchent à améliorer l’expérience de la marque pour leurs clients dans tous les aspects de la possession d’un véhicule – y compris la réparation après collision – l’idée de réseaux approuvés par les constructeurs a fait son chemin.

M. Moseley a noté qu’aux États-Unis, Ford Motor Company, par exemple, a lancé un réseau de 2000 fabricants certifiés pour réparer les BEV ainsi que pour effectuer des réparations structurelles en aluminium sur des véhicules tels que les camions de la série F de Ford. Il a également expliqué que lors du premier avis de sinistre, Ford est en mesure d’orienter immédiatement la réparation du véhicule du client vers un réseau et un établissement certifiés. « Ils [les constructeurs] commencent vraiment à contrôler où vont les véhicules, le parcours du client et finalement cette expérience client. »

« Écosystème » d’équipementier

Et c’est une tendance similaire que l’on observe chez d’autres équipementiers, tels que General Motors, Audi, BMW et d’autres. Essentiellement, grâce à l’assistance, aux pièces, aux procédures de réparation, à la formation et à la technologie, les équipementiers créent un « écosystème » complet qui soutient l’intégrité du véhicule – une tendance qui devrait continuer à se développer.

La quatrième tendance mentionnée par M. Moseley est la croissance des réclamations d’assurance sans contact et la numérisation du processus. Le concept est au centre des discussions du secteur depuis plusieurs années – utiliser la technologie pour rationaliser le processus de réclamation. L’objectif est d’améliorer l’efficacité du cycle et de réduire le temps nécessaire pour que le véhicule soit rendu au client.

Bien sûr, la pandémie de COVID-19 est arrivée et a accéléré l’adoption de la technologie des sinistres sans contact, et aujourd’hui, ce qui se passe, c’est que les données sont maintenant exploitées pour améliorer l’expérience client et, comme l’a souligné M. Moseley, cette tendance est aussi inextricablement liée aux trois autres précédemment mentionnées.

Par exemple, si un client conduit une voiture ou un SUV électrique à batterie et qu’il est impliqué dans une collision, il veut savoir comment ce véhicule sera amené à travers le processus de réparation, car tous les ateliers ne sont pas actuellement équipés pour gérer ce type de véhicules.

« Nous parlons du triage de la réparation », a expliqué M. Moseley, en d’autres termes, de la façon dont l’ensemble du processus de réparation est mené, y compris la façon dont la réclamation est traitée ; comment la réparation est acheminée vers le bon endroit avec les bons outils, la formation et les procédures pour l’effectuer et comment, en fin de compte, cette réparation a un impact sur l’expérience du client.

« La dernière chose que vous voulez, si vous êtes un atelier de carrosserie, c’est qu’on vous envoie un véhicule qui est déjà classé comme perte totale », a déclaré M. Moseley. « Vous voulez que les bonnes voitures aillent au bon endroit, au bon moment, aux bonnes personnes ayant les bonnes compétences et les bons processus de réparation. »

Faire face aux pénuries de main-d’œuvre

La cinquième tendance, a expliqué M. Moseley, est également liée aux quatre autres, à savoir la pénurie de main-d’œuvre que connaît actuellement le secteur de la réparation de carrosserie. C’est bien beau de chercher des moyens de former et de retenir les gens dans notre secteur, mais s’ils ne sont pas là, pour commencer, cela représente un défi majeur.

L’une des solutions consiste à rivaliser avec d’autres industries et à présenter les possibilités offertes par la réparation de carrosserie et le secteur dynamique et gratifiant qu’il peut représenter. « Avec de nombreuses possibilités, une technologie de pointe et des produits exceptionnels, ce secteur n’est souvent pas celui que les gens croient », a déclaré M. Moseley. À cette fin, IBIS travaille sur des initiatives au niveau mondial pour aider à relayer le message sur le fait que la réparation de carrosserie est aujourd’hui un secteur passionnant, dynamique et enrichissant.

Il a mis en avant un partenariat aux États-Unis dans le cadre duquel IBIS s’est associé à Enterprise Holdings et au Ranken Technical College de Saint-Louis, dans le Maine. Connu sous le nom de « Collision Engineering Program », l’idée est de créer un programme de collège professionnel offrant une voie de développement structurée pour la formation en réparation de carrosserie. « Enterprise possède un énorme parc de véhicules aux États-Unis et ils ont besoin de personnes pour les réparer », explique M. Moseley. « Ils ont donc pris cette initiative en main et ont collaboré pour produire ce programme d’ingénierie. »

Cet exemple illustre la façon dont les organisations peuvent adopter une approche innovante pour unir leurs forces et résoudre un défi industriel important. Si cela fonctionne sur un marché comme les États-Unis, des initiatives similaires seraient probablement efficaces sur d’autres marchés, y compris les nations d’Europe et d’autres parties du globe.

La sixième tendance, a observé M. Moseley, est la consolidation du secteur de la réparation de carrosserie. Il a indiqué que la croissance des grands réseaux dans des régions comme l’Amérique du Nord changeait le visage de la réparation après collision. Le secteur est aujourd’hui beaucoup plus complexe qu’il ne l’était dans le passé, et il est de plus en plus difficile pour les petits opérateurs indépendants de s’y retrouver sans le soutien d’un réseau plus important, capable de fournir des économies d’échelle et des ressources bien plus importantes pour favoriser la rentabilité et l’efficacité au niveau de chaque atelier.

Ajoutez à cela le fait que l’inflation et la hausse des coûts de l’énergie exercent une pression supplémentaire sur les ateliers et le secteur, ce qui, combiné à une fidélisation encore faible de la clientèle (environ 60 % des consommateurs échangent leur véhicule après une réparation de carrosserie), signifie qu’il s’agit d’une période difficile pour toutes les parties prenantes. Et si les problèmes de chaîne d’approvisionnement s’améliorent, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que les choses ne reviennent à la normale.

En fin de compte, M. Moseley a déclaré que pour réussir et être rentable dans le secteur de la réparation de carrosserie à l’avenir, « vous devez avoir un plan, vous devez avoir une stratégie. Et vous devez savoir où vous dirigez votre entreprise. »

 

Catégories : Carrosserie, Éditorial
Étiquettes : , ,
AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

février

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES