fbpx

Faire face aux pénuries de personnel

Autosphere » Carrosserie » Faire face aux pénuries de personnel
J.R. Martino est vice-président et associé directeur de Budds' Collision Services, l'un des établissements les plus progressistes de ce type en Amérique du Nord. On peut le joindre à l'adresse [email protected] Photo J.R. Marino

Trouver des solutions pour atténuer les problèmes de main-d’œuvre actuels.

La pénurie de personnel est un problème majeur auquel sont confrontés de nombreux centres de carrosserie. Lors de la pandémie de COVID-19, de nombreux ateliers ont connu un ralentissement important des volumes de travail et, afin de maintenir les lumières allumées, beaucoup ont réduit leurs effectifs. En outre, de nombreux cadres supérieurs, y compris des techniciens, qui envisageaient de prendre leur retraite au cours des prochaines années, ont devancé ces plans de retraite, créant ainsi un vide sur le marché du travail.

Changement dans les relations

Cette pénurie de main-d’œuvre a entraîné un problème de capacité pour de nombreux ateliers de carrosserie et une dynamique intéressante dans la relation entre les réparateurs et les assureurs. Lorsque les volumes étaient faibles pendant les jours les plus sombres de la pandémie de COVID-19, les assureurs avaient toutes les cartes en main. Ils pouvaient essentiellement dicter le tarif des portes en faisant payer des primes à leurs clients et en payant moins aux magasins, qui se battaient souvent entre eux pour rester occupés. Aujourd’hui, le récit a changé. Avec la reprise de l’économie et l’augmentation du nombre de personnes qui reprennent le travail et commencent à conduire, les ateliers ont connu une forte augmentation des volumes de réparation. Le problème aujourd’hui, c’est que dans de nombreux cas, ils n’ont pas assez de personnel et de techniciens pour gérer le travail.

Nous avons vu ce phénomène s’installer aux États-Unis et maintenant il s’est étendu au Canada. Nous avons vu de plus en plus d’assureurs créer leurs propres centres de réparation de carrosserie, comme TD et Intact. Ces entreprises comprennent le problème de capacité qui se pose actuellement dans le secteur et se sont associées à des partenaires de réparation capables de fournir le travail dont elles ont besoin, à un taux de main-d’œuvre supérieur à la moyenne.

Pour les centres de carrosserie, c’est le moment de renégocier les tarifs avec vos assureurs, si ce n’est déjà fait. Nous avons des postes à pourvoir et nous ne pouvons le faire correctement que si l’on nous offre un taux de travail équitable pour les services que nous fournissons. Dans la plupart des cas, un centre de carrosserie ne travaillera pas aujourd’hui avec quelqu’un qui n’est prêt à payer qu’un taux de main-d’œuvre de 30 %, car il ne sera pas en mesure de couvrir ses coûts d’exploitation, y compris le recrutement et la formation du personnel dont il a besoin. À 45-50 %, cela devient beaucoup plus réalisable.

Les techniciens sont un atout

Nous devons nous rappeler que nos techniciens sont un atout, tout comme nos outils et nos équipements. Si nous ne pouvons pas trouver de techniciens pour effectuer le travail, nous ne pouvons pas employer d’estimateurs, et si nous ne pouvons pas les avoir, nous ne pouvons pas avoir de préposés aux pièces, et si nous n’avons pas de préposés aux pièces, nous n’avons pas de gestion et, en fin de compte, nous n’avons pas d’entreprise à gérer. Les techniciens sont la force vive de notre entreprise. Nous devons bien les payer, les former et leur fournir le soutien nécessaire pour qu’ils restent avec nous. En outre, nous devons également nous assurer que nous disposons d’une stratégie de recrutement continue, qui crée une filière pour amener la prochaine génération de techniciens au bercail. Dans notre cas, nous proposons un programme de mentorat dans le cadre duquel les apprentis et les jeunes techniciens travaillent aux côtés d’employés plus expérimentés jusqu’à ce qu’ils soient prêts à assumer eux-mêmes ces rôles. À leur tour, ils encadreront et formeront la prochaine génération qui entrera sur le marché du travail, et le cycle se poursuivra.

À mesure que l’activité augmente, il peut être très facile pour nous, en tant que gestionnaires, de dire que nous n’avons pas le temps ni les ressources pour le faire, mais le fait est que notre industrie a besoin de techniciens maintenant. En adoptant une approche active pour recruter, former et rémunérer correctement les techniciens, nous pouvons contribuer à assurer l’avenir de nos entreprises et de notre secteur. Sinon, nous nous résignons à débaucher des techniciens chez nos concurrents. De tels scénarios profitent rarement à qui que ce soit et la dernière chose dont notre secteur a besoin, ce sont des stratégies de ce type qui entraînent une baisse de la productivité et une hausse des coûts des entreprises, surtout dans le contexte actuel de forte inflation.

 

Catégories : Carrosserie, Chronique
Étiquettes : ,
AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

novembre

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES

15sepToute la journée01décProgramme CCAM-NADA : CALENDRIER DES FORMATIONS

décembre

01déc11:30 am2:30 pmCCAM 2022 - Dîner de Noël des membres et partenaires

07déc5:30 pm10:00 pmLE SOUPER DE NOËL, NAFA QC

15déc12:30 pm9:00 pmGrand Forum AIA du QuébecPresented by AIA Quebec

X