fbpx

Repenser l’efficacité des cabines de peinture

Autosphere » Carrosserie » Repenser l’efficacité des cabines de peinture
Le fait de déplacer des tâches telles que le masquage en dehors de la cabine permet de gagner beaucoup de temps sur les cycles de finition. Photo PPG

La simplification ou l’élimination des tâches inutiles effectuées dans la cabine de peinture peut améliorer considérablement votre temps de cycle.

Dans le monde de la fabrication, on parle de conversion d’équipement ou de permutation. Cela est défini comme le temps nécessaire pour convertir une machine qui traite un type de produit pour en traiter un autre type. Les organisations ont travaillé dur pour minimiser ce temps pour la simple raison que pendant la conversion, la machine est inactive et non productive.

Pour la réparation de carrosserie, cette même philosophie est tout à fait logique dans la cabine de pulvérisation, qui est une pièce d’équipement coûteuse utilisée dans un but précis dans notre secteur : fournir un environnement contrôlé dans lequel on peut pulvériser et cuire les revêtements de finition. Par conséquent, toute tâche inutile effectuée dans la cabine ajoute au temps d’improductivité de la cabine. Chaque minute gagnée dans le processus de permutation peut être utilisée pour des tâches plus productives (c’est-à-dire pour faire passer plus de travaux dans la cabine).

Externaliser des tâches

Dans le domaine de la réparation de carrosserie, nous parlons des cycles de stand comme étant « des portes ouvertes aux portes ouvertes ». C’est le temps qui s’écoule entre l’ouverture des portes à la fin du cycle de cuisson d’une tâche et la fin de la tâche suivante, la cuisson terminée, et la réouverture des portes. Cela peut durer jusqu’à deux ou trois heures. En utilisant les principes Lean et les méthodologies 5S, nous pouvons analyser l’activité dans la cabine pendant chaque cycle, puis externaliser les tâches qui peuvent être effectuées en dehors du cycle de la cabine. Les tâches qui doivent être effectuées à l’intérieur de la cabine doivent être simplifiées autant que possible.

D’autres tâches doivent être effectuées en dehors de la cabine :

  • Vérification de la correspondance des couleurs
  • Mélange du scellant
  • Mélange des couleurs
  • Masquage
  • Démasquage

Ce ne sont là que quelques-unes des tâches qui augmentent la durée des cycles de la cabine lorsqu’elles sont effectuées à l’intérieur de celle-ci. Deux des tâches les plus courantes sont la vérification de la couleur et le masquage. Par exemple, s’il faut 30 minutes pour masquer une voiture, votre cycle est prolongé de 30 minutes. Au lieu de cela, vous pouvez masquer 95 % de la voiture à l’extérieur, la déplacer dans la cabine et la recouvrir d’une feuille de plastique. La même logique s’applique à la vérification de la couleur. Plus vous pouvez faire de choses en dehors du cycle de la cabine, plus votre cabine est efficace sur le plan du débit.

Si vous êtes à l’intérieur de la cabine et que vous n’êtes pas en train de pulvériser, de flasher ou de cuire, alors le cycle de votre cabine peut être amélioré. Les équipes de peinture qui abordent leur travail avec cet état d’esprit sont bien placées pour maximiser l’efficacité de la cabine de peinture.

Point de départ

La première chose à établir est le cycle actuel de la cabine. Pour ce faire, il suffit d’attacher un formulaire de suivi à la porte de la cabine et d’enregistrer les informations pour chaque cycle.

L’enregistrement de la date, du numéro du cycle, de l’heure d’ouverture des portes, de l’heure de fermeture des portes et de l’heure de réouverture des portes, ainsi que du numéro de l’ordre de réparation, du type de travaux de finition effectués dans le cycle et du nombre d’heures de finition, fournira des informations précieuses sur les performances de chaque cycle de cabine.

Améliorer les cycles de votre cabine de peinture ne signifie pas que vos peintres doivent travailler à un rythme effréné. Un peu de planification et d’organisation aideront grandement votre équipe à travailler de manière fluide et méthodique. La clé est de s’assurer que tout ce dont ils sont susceptibles d’avoir besoin pour accomplir la tâche se trouve au point d’utilisation.

Par exemple, utilisez un « chariot de point d’utilisation » pour vous assurer que les outils et les matériaux (papier de verre, ponceuses, petits outils, solutions de nettoyage, serviettes, matériaux de masquage, etc.) sont à portée de main – afin que les peintres n’aient pas à se déplacer dans l’atelier à la recherche de ces articles. Une autre recommandation est d’avoir le scellant, la couche de base et la couche transparente mélangés et prêts à être utilisés. Ainsi, les peintres peuvent simplement changer de pistolet une fois le processus de pulvérisation commencé.

Des résultats cohérents

La normalisation consiste à disposer de processus que chaque membre de l’équipe suit afin de garantir un résultat identique à chaque fois.

Chaque processus doit être élaboré avec l’équipe de peinture et enregistré à l’aide d’un document de travail standard. Pour s’assurer que chaque membre de l’équipe de finition est correctement formé à la norme et la comprend, affichez le document de travail et demandez à chaque membre de le signer une fois la formation terminée.

Avec le temps, la norme sera intégrée au point de devenir une habitude et une pratique standard. Plutôt que de risquer une panne soudaine, il est vital de mettre en place un programme d’entretien régulier pour couvrir tous vos équipements. Cela inclut votre cabine de pulvérisation et tout ce qui y est associé, comme les filtres de la cabine, les brûleurs et les courroies, les filtres à air comprimé de la cabine, les pistolets de pulvérisation et les compresseurs d’atelier.


Mike Gunnells est directeur principal de MVP Business Solutions chez PPG. Il a également été propriétaire d’un atelier de carrosserie et instructeur I-CAR pendant 18 ans.

 

Catégories : Carrosserie, Chronique
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X