fbpx

Fix Auto : Une histoire de transfert réussi

Autosphere » Carrosserie » Fix Auto : Une histoire de transfert réussi
Éric Laporte a transféré son entreprise à deux représentants de la relève, Nicholas Charbonneau et Alexandre Campeau, qui ont démontré leur vision et leur savoir-faire. Photo Karyn Plouffe

Difficile d’imaginer un plus beau scénario de transfert d’entreprise que celui réalisé par Éric Laporte avec ses deux associés.

Avec la moyenne d’âge croissante des propriétaires d’ateliers de carrosserie, plusieurs sont confrontés à la nécessité d’envisager un transfert vers la génération montante. Heureux et rares sont ceux qui ont des enfants souhaitant prendre le relais. Pour assurer la pérennité de ces entreprises dans lesquelles ils ont investi de longues années de leur vie professionnelle. Les autres doivent trouver des entrepreneurs aptes à prendre le relais ou simplement liquider les opérations.

Éric Laporte faisait face à cette éventualité lorsqu’il a entrepris, il y a une dizaine d’années, sa réflexion au sujet des trois ateliers qu’il possède sur la Rive Nord de Montréal. Par l’entremise d’un contact dans le Réseau Fix, il a embauché deux jeunes techniciens qui, ayant aussi pour bagage une solide expérience de gestion en atelier, avaient manifesté leur intention de devenir un jour propriétaires.

Un parcours typique

Fils de carrossier, M. Laporte a assuré la relève de son père en 2007 avant d’acheter un troisième atelier en 2008. Diplômé en administration au Cégep, l’entrepreneur connaissait la carrosserie pour avoir travaillé dans les ateliers familiaux durant les congés estivaux dès son adolescence. Du lavage des voitures des clients à l’estimation des dommages en passant par le débosselage, il a appris les rouages du métier sur le tas.

« C’était une autre époque, constate-t-il, alors que nous avons vu au cours des dernières années une incroyable accélération technologique. Les voitures sont plus complexes à réparer, mais les ateliers doivent assumer aussi beaucoup plus de tâches administratives que jadis. Pour nous, il a toujours été important de rester au-devant des avancées technologiques avec les nouveaux logiciels de gestion, les matériaux innovants ou encore tous les systèmes avancés d’aide à la conduite. Évidemment, cela signifie de toujours investir dans la formation et l’acquisition d’équipements de pointe. »

Cela explique en grande partie la bonne santé financière des ateliers Fix Auto St-Martin, Laval Est et Terrebonne dont il était propriétaire, jusqu’à tout récemment.

Car comme la suite l’expliquera, M. Laporte cédait ses ateliers à Nicholas Charbonneau et Alexandre Campeau en janvier dernier.

Dès leur entrée au sein de l’entreprise les deux carrossiers diplômés et amis dans la vie ont fait une différence. « Après cinq ans de travail ensemble je voyais bien qu’ils avaient de l’intérêt et de bonnes idées. Un souper au restaurant avec eux m’a convaincu que j’avais trouvé les partenaires qu’il me fallait, explique M. Laporte. La confiance s’est rapidement construite. Je voyais qu’ils avaient développé une solide expérience en travaillant dans d’autres ateliers et en occupant des postes de direction. J’aimais leur vision et leur volonté de faire progresser l’entreprise dans laquelle j’avais investi tant d’années de travail. »

Un plan simple

Un plan de transfert, basé sur l’acquisition de parts dans l’entreprise, a été mis en place. « Quelque chose de simple, s’empresse de préciser M. Laporte. Je voulais que ça fonctionne et que tous se retrouvent dans une situation gagnante. » L’objectif était de faire la transaction après dix ans, ce qui s’est finalement réalisé en moitié moins de temps.

Pour s’assurer d’une transition gagnante, le propriétaire organisait des rencontres de direction régulières où les chiffres étaient analysés, les cas problèmes diagnostiqués et les réussites soulignées.

Pour Alexandre Campeau et Nicholas Charbonneau, le scénario de transfert d’entreprise n’aura pas pu être mieux construit. « Nous sommes tombés sur une bonne personne avec l’esprit ouvert, témoigne M. Charbonneau. Il va nous accompagner pour la prochaine année même si nous sommes maintenant propriétaires des trois ateliers. Même si nous avons connu un long parcours pour nous rendre où nous sommes, nous apprécions ses conseils. »

Selon M. Campeau, il n’est pas exclu que d’autres acquisitions d’ateliers aient lieu si l’occasion se présente. Toutefois, les deux propriétaires savent que plusieurs défis se présentent à eux dans l’immédiat. « Il faut rendre notre secteur des services automobiles plus attirant pour la nouvelle génération, constatent-ils. La rareté de main-d’œuvre reste un problème et nous travaillons beaucoup au sein de nos équipes pour mettre en place une belle chimie. Nous avons aussi la politique de favoriser le développement des talents auprès des travailleurs déjà dans nos ateliers. À l’instar de M. Laporte, il faut faire de la place à la relève et encourager les travailleurs qui veulent progresser dans l’entreprise. »

Les copropriétaires se partagent les responsabilités sous une approche de complémentarité. Les forces de l’un, les opérations, de l’autre, la gestion. Ensemble, ils peaufinent leur approche en matière de gestion des ressources humaines et des relations avec les clients.

Ils ont aussi mis en place des personnes de confiance pour les seconder dans la gestion des trois places d’affaires. Et ils partagent avec M. Laporte l’engagement de rester un pas en avant des changements technologiques. « Nous sommes depuis toujours dans le domaine de la carrosserie et savons que les changements vont se poursuivre, précise M. Campeau. Avec toutes les nouvelles procédures de réparation, par exemple, on va maintenir nos efforts de formation. Avec cette équipe, nous voulons aller plus loin. »

Se préparer intelligemment

Selon M. Laporte le succès de ce transfert repose sur certains éléments clés. Il a demandé conseil auprès de spécialistes pour établir la meilleure formule quand il a pris la décision d’assurer l’avenir de cette entreprise entre de nouvelles mains. Il a donné la chance à ces représentants de la relève de faire leurs preuves dans cette entreprise qu’ils ont appris à connaître de fond en comble avec son encouragement. Et finalement, il a entrepris la démarche au moins dix ans avant la conclusion de l’entente. « Il faut se préparer intelligemment et oser avoir l’esprit ouvert », conclut-il.

Un exemple inspirant

Pour Yves Roy, vice-président régional du Réseau Fix, cette histoire de transfert réussi est un exemple inspirant. « Cette nécessité d’envisager le transfert d’entreprises va être de plus en plus commune dans les années à venir, quand on songe à la maturité de nos gestionnaires d’ateliers de carrosserie. Le travail structuré de M. Laporte démontre que c’est possible de trouver une relève de haut niveau en établissant un plan de succession longtemps d’avance. Cela sera une de nos priorités dans les prochaines années, en tant que réseau, de favoriser ce type de transitions où tous les participants s’avèrent gagnants. »

 

Catégories : Carrosserie, Publicitaire
Étiquettes : ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X