fbpx

Tous dans le même bateau

Autosphere » Carrosserie » Tous dans le même bateau
Steve Fletcher
Steve Fletcher. PHOTO Steve Fletcher

Les constructeurs automobiles doivent comprendre que les pratiques dénonçant l’utilisation de pièces de récupération et l’accès restrictif aux données nuisent à l’ensemble de l’économie automobile.

Récemment, nous avons vu une plus grande attention accordée à la législation sur le droit à la réparation des deux côtés de la frontière. Au Canada, nous avons assisté à l’introduction de deux projets de loi d’initiative parlementaire au parlement fédéral, dont un (C244) qui vise spécifiquement le droit d’auteur et la possibilité de faire de l’ingénierie inverse dans le but exprès de réparer et d’entretenir les véhicules.

Bien que cela représente une évolution positive pour le marché des pièces de rechange, l’économie circulaire automobile doit faire face à d’autres défis. Dans le cas des recycleurs, l’accès aux données des constructeurs sur les informations spécifiques aux véhicules que nous introduisons dans nos systèmes de gestion des stocks est un élément important. C’est important car cela aide les recycleurs à déterminer quels véhicules acheter et combien payer pour ceux-ci, en fonction de la demande de pièces et de l’interchangeabilité des composants.

Occasions multiples

Traditionnellement, ces données nous permettent de déterminer si une pièce spécifique d’un véhicule peut s’adapter à un autre, par exemple, un composant d’une Jeep 1997 peut être utilisé sur un camion Dodge 2001, ou un élément d’une Pontiac Grand Am peut être utilisé sur une Buick Century. Nous devons intégrer ces données dans notre système de gestion des stocks afin que les informations sur les échanges puissent être mises à jour régulièrement.

En disposant de ces données et en les fondant sur un langage commun que les recycleurs, les réparateurs et les assureurs comprennent, on offre de multiples possibilités de transactions entre toutes les parties prenantes. Le problème est que, plus récemment, les constructeurs ont commencé à restreindre l’accès à ces informations d’échange, de sorte qu’il existe de plus en plus de véhicules sur lesquels nous ne disposons pas de suffisamment de données pour prendre une décision éclairée sur l’opportunité de les acheter à des fins de récupération.

Nous avons également vu de plus en plus de constructeurs publier des déclarations explicites stipulant que les ateliers de carrosserie ne doivent pas utiliser de pièces de rechange ou de récupération lors des réparations. Puisque les constructeurs s’intéressent et jouent un rôle beaucoup plus important dans les réparations de collisions par le biais d’exigences de certification et de procédures de réparation officielles, cela pose un problème non seulement pour les recycleurs, mais aussi pour l’ensemble de l’économie circulaire.

La situation devient particulièrement aiguë en ce qui concerne les VÉ. Avec les perturbations actuelles des chaînes d’approvisionnement qui ont eu un impact négatif sur la disponibilité des pièces et des véhicules, nous voyons des cas où les VÉ sont déclarés perte totale par les assureurs simplement parce que les pièces ne sont pas disponibles pour les réparer. En outre, les assurés dont le véhicule a été mis hors service en raison de problèmes tels que des phares ou des pare-chocs endommagés sont maintenant confrontés au dilemme supplémentaire d’essayer de trouver un véhicule de remplacement approprié à un moment où peu sont disponibles et où ceux qui le sont s’avèrent très chers en raison du déséquilibre actuel entre l’offre et la demande.

Plus de collaboration

Ce qui est également intéressant, c’est qu’au fur et à mesure que la conversation sur les véhicules électriques a pris de l’ampleur dans le secteur automobile, des associations comme l’ARC ont constaté un intérêt croissant de la part des équipementiers pour s’engager avec nous dans des processus appropriés d’élimination et de recyclage de ces véhicules. Le problème, c’est que pour que cela fonctionne efficacement, les deux parties doivent comprendre les besoins et les exigences de l’autre, et ne pas s’engager sur un aspect pour ensuite chercher à saper l’autre, par exemple en refusant aux recycleurs la possibilité de fournir des pièces indispensables pour que les véhicules puissent être réparés et remis en circulation.

Étant donné que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement sont susceptibles de persister dans un avenir prévisible, trouver un moyen d’être véritablement collaboratif et comprendre que les recycleurs et les équipementiers ont un rôle clé à jouer dans l’écosystème automobile contribuera grandement à résoudre un certain nombre de problèmes auxquels l’économie circulaire est actuellement confrontée.


Steve Fletcher est le directeur général de l’Automotive Recyclers of Canada et le directeur exécutif de l’Ontario Automotive Recyclers Association. Vous pouvez le joindre à [email protected].

 

Catégories : Carrosserie, Chronique
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X