fbpx

La SEMA applaudit les efforts visant à sauver les Bonneville Salt Flats

Autosphere » Carrosserie » La SEMA applaudit les efforts visant à sauver les Bonneville Salt Flats
Des coureurs de vitesse sur la ligne de départ du Bonneville Salt Flats. PHOTO SEMA

La Specialty Equipment Market Association (SEMA) souligne l’installation d’un nouveau puits d’eau et d’un équipement météorologique et hydrologique utilisé pour mesurer les conditions de croissance du sel dans le cadre de son programme plus large Restore Bonneville.

Des fonds provenant du fédéral et de l’état ont été débloqués l’année dernière pour installer l’équipement de surveillance et contribuer à augmenter le volume de sel pompé sur les Bonneville Salt Flats cette année, pour atteindre un total de 500 000 tonnes.

Dans le cadre du programme Restore Bonneville, la SEMA et la communauté des coureurs automobiles ont uni leurs forces à celles du Bureau of Land Management (BLM) des États-Unis, du ministère des Ressources naturelles (DNR) de l’Utah, de l’Utah Geological Survey (UGS) et d’Intrepid Potash Inc. dans le cadre de cet effort de restauration.

À l’origine, dans les années 1960, le site de course s’étendait sur plus de 20 km, mais le parcours est maintenant de moins de 13 km. Selon une étude du BLM, la superficie des Salt Flats a également diminué, passant de 96 000 acres à environ 30 000 acres.

Un paysage unique

Située dans le nord-ouest de l’Utah, la plaine salée de Bonneville est composée de restes de sel densément tassés provenant d’un ancien lit de lac formé pendant des milliers d’années. Le territoire sert de décor unique pour des films, des publicités, des marathons et des lancements de clubs de fusées, et possèdent des qualités physiques rares qui en font le lieu idéal pour les courses de vitesse sur terre, notamment en raison de sa surface fraîche qui ne fait pas surchauffer les pneus.

Depuis 1914, des centaines de records de vitesse sur terre ont été établis et battus dans diverses catégories d’automobiles et de motos. La semaine de la vitesse (Speed Week), l’évènement phare de Bonneville, a débuté en 1949. Des dizaines de coureurs et des milliers de spectateurs se sont rendus à Bonneville pour tenter de battre des records.

Bonneville joue un autre rôle important en tant que ressource naturelle cruciale pour la potasse utilisée principalement dans les engrais. Pour obtenir la potasse, la saumure est recueillie dans de grands bassins d’évaporation solaire, où la potasse est ensuite séparée et traitée. Le sel restant est stocké et peut ensuite être renvoyé dans les plaines salées sous forme de saumure.

À partir des années 1960, le BLM a octroyé des concessions au nord de l’Interstate 80, où se déroulent des courses automobiles et d’autres activités de loisirs, permettant de recueillir la saumure dans des fossés ouverts pour le traitement commercial de la potasse. L’exploitant de la mine a commencé à pomper le sel traité sur Bonneville en 1997, à la suite d’un projet pilote dont la SEMA a préconisé la création. Le programme Restore Bonneville permettra de remédier aux pertes de sel survenues avant 1997, lorsque le projet de potasse était exploité par les entreprises précédentes.

Restore Bonneville

Le BLM et le DNR ont signé un protocole d’accord en avril 2020 pour poursuivre conjointement les efforts de restauration. Le programme, que la SEMA appelle Restore Bonneville, sera géré par le DNR, en collaboration avec le BLM, et exploité par Intrepid Potash. Cette initiative est fortement soutenue par la SEMA et la coalition Save the Salt, qui regroupe des entreprises, des organisations, des particuliers et des équipes de course.

En collaboration avec Intrepid Potash, le volume de sel déposé à Bonneville sera augmenté en actualisant et en améliorant l’efficacité de l’infrastructure de pompage actuelle et des efforts de conservation de l’eau, ce qui comprend la reconstruction des puits d’eau, le recouvrement des fossés et l’installation de nouveaux tuyaux et pompes. Les efforts considérables déployés pour utiliser l’eau de manière plus efficace permettront d’atteindre l’objectif consistant à augmenter le volume de sel restitué aux salines. Il faudra probablement plusieurs années pour moderniser l’infrastructure et augmenter progressivement les volumes de pompage.

L’installation, au cours de l’été 2021, du nouveau puits d’eau et de l’équipement permettant de mesurer les taux d’évaporation de l’eau et de recueillir des données scientifiques a constitué un début concret de l’ambitieux effort de restauration. Le programme cherchera à identifier les meilleurs moyens de tirer parti de la couche de sel et à étudier les effets sur la croûte de sel et l’aquifère de saumure sous-jacent. Par exemple, le programme étudiera les moyens de contenir le sel dans la grande zone de pompage. Si la recherche actuelle s’avère bénéfique, les efforts pourront être maintenus dans le futur, en fonction de la disponibilité des fonds.

Les parties prenantes identifient maintenant les projets à réaliser en 2022 et au-delà pour continuer à augmenter le volume de sel pompé. Bien que la majeure partie du financement du programme provienne de crédits fédéraux et étatiques, l’industrie et la communauté des courses de vitesse terrestre participeront volontairement aux coûts. Les contributions financières de la communauté des coureurs sont acceptées avec gratitude sur www.savethesalt.org.

 

Catégories : Carrosserie, Communiqué de presse
Étiquettes : , ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X