fbpx

Une réalité qui s’impose

Autosphere » Carrosserie » Une réalité qui s’impose
Pierre Moisan et son équipe devant les bâtiments modernes de son atelier. PHOTO Fix Auto St-Rémi

Venant tout juste d’obtenir l’accréditation du PCAAC, l’atelier Fix Auto St-Rémi y voit le prolongement dans la constante évolution de son expertise.

L’atelier est propriété de Pierre Moisan et de son fil David depuis une douzaine d’années et a subi une cure de rajeunissement récemment.

Son garçon, Philippe, s’est joint à lui au cours des années pour en faire une entreprise familiale et dynamique.

« Nous travaillons dans la même direction, illustre Pierre Moisan. Avec un total de six employés, nous avons les mêmes méthodes et partageons un grand sentiment d’appartenance. »

À l’image du secteur qu’elle dessert, cette entreprise est en constante évolution.

La pandémie qui a ralenti beaucoup d’activités n’a pas empêché l’entreprise de compléter son processus d’accréditation au Programme canadien de certification des ateliers de carrosserie (PCAAC).

Des avantages clairs

« Je vois beaucoup d’avantages à ce programme, explique le gestionnaire. Celui qui saute aux yeux est l’uniformisation des équipements. Vouloir satisfaire les exigences de chaque constructeur nous obligerait à acheter plusieurs versions des mêmes outils, ce qui est un investissement disproportionné. Nous avions déjà la plupart des équipements, mais le processus nous a fait acheter des outils qui, en y voyant de plus près, nous auraient été utiles bien avant. Le travail nécessaire à l’obtention de la certification nous a aussi permis de revoir nos processus. Nous sommes plus rigoureux et aimons cette approche qui nous oblige à revoir constamment nos façons de faire. »

Pour le carrossier, cette amélioration continue des façons de faire ne date pas d’hier et n’ira certainement pas en diminuant.

Lui et tous les membres de son équipe suivent constamment des sessions de formation et ne sont pas étrangers au programme I-CAR.

Une très grande partie des exigences du PCAAC, en matière d’équipements et de formation, étaient déjà des acquis.

Se positionner stratégiquement

Selon lui, le secteur de la carrosserie devient de plus en plus professionnel, s’adaptant aux réparations complexes des voitures modernes.

« Avec le PCAAC je me positionne aussi face aux assureurs. Notre réseau a déjà partagé avec les assureurs qui nous confient les voitures de leurs clients que nous avons obtenu cette accréditation, souligne M. Moisan. Difficile de mesurer l’effet sur les volumes pour l’instant, mais il ne fait aucun doute que les assureurs veulent s’adresser à des ateliers qui savent comment réparer les voitures et ont les bons outils pour le faire. C’est avant tout une question de sécurité. Trop de voitures sont encore mal réparées. De ce point de vue, nous nous positionnons stratégiquement. »

Il n’est pas exclu pour cette entreprise familiale de s’associer avec certains concessionnaires pour aller chercher des certifications spécifiques des constructeurs.

« Nous travaillons depuis longtemps avec les concessionnaires de notre région pour nous tenir informés mutuellement, indique M. Moisan. Nous allons avancer graduellement pour les certifications, selon nos volumes. Chose certaine, nous avons déjà une très bonne base. »

 

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

décembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X