fbpx

Autos Martel & Héroux – La relève de la 6e décennie

C’est sous le signe du partenariat que vient de s’amorcer à Anjou le transfert progressif de l’atelier Autos Martel & Héroux, un fleuron de la franchise CARSTAR. PhOTO Yann Canno

Une carrosserie de haut niveau appartenant à la même famille depuis près de 60 ans est chose rare.

Nouvelle décennie, nouvelle ère. Un membre de la troisième génération de la famille Martel, et deux de l’équipe de production sont devenus copropriétaires minoritaires de l’entreprise et la rachèteront en 2026.

Ainsi en a décidé Sylvain Martel, unique propriétaire de la carrosserie Autos Martel & Héroux depuis 2015, en optant pour une formule de transfert adaptée au nouveau contexte économique.

Il estime que son fils Jérémie, Guillaume Joannette et Francesco Buscema, ont les qualifications qu’il faut pour en assurer la pérennité par le maintien de la qualité et de l’avant-gardisme qui en font la renommée.

Fondée en 1964, cet atelier à l’enseigne de CARSTAR Anjou, dont les premiers propriétaires sont décédés accidentellement coup sur coup en 1979 et 1980, est un exemple absolu de résilience et de continuité.

Guillaume Joannette, Francesco Buscema et Jérémie Martel sont les nouveaux partenaires de Sylvain Martel, propriétaire majoritaire de la carrosserie Autos Martel & Héroux. PHOTO Yann Canno

En 1980, Michel, Pierre et Sylvain Martel avaient pris au pied levé la tête de l’entreprise familiale fondée par Roger et son partenaire.

Des décennies d’évolution

Fondée en 1964, cet atelier à l’enseigne de CARSTAR Anjou, dont les premiers propriétaires sont décédés accidentellement coup sur coup en 1979 et 1980, est un exemple absolu de résilience et de continuité.

En quelque six dizaines d’années, la famille Martel, a su relever tous les défis d’une évolution sans précédent : du passage de l’époque artisanale à celle des micro-usines alignées sur les normes de tous les constructeurs.

Aussi grande aura été l’obligation de s’adapter à un changement de régime radical, qu’à mille formules de gestion informatique touchant tant la production que les exigences particulières de tous les assureurs.

Sylvain, qui a joint l’entreprise à 18 ans faute d’entreprendre un DEC en Administration en raison d’une longue grève des cégeps, attribue la réussite exceptionnelle de la famille par ce qui la définit.

Décédé en 2009, Michel, homme de peu de mots, a marqué l’entreprise par sa vision et sa sagesse, a précisé Sylvain.

« Il est évident que la nature de notre succès est liée à nos gènes, à ce que nous ont légué des parents qui ont hérité des valeurs d’un cordonnier et de fermiers fiers d’un travail qu’ils aimaient.

« Ainsi, se lancer d’abord, et demeurer à jour en investissant continuellement dans l’équipement, les produits, le savoir – les formations I-CAR – et des gens qui nous ressemblent, allait tout à fait de soi, ajoute-t-il.

Des objectifs atteints

« Lorsqu’est apparue l’expression Culture d’entreprise, nous nous sommes tout de suite reconnus. Nous savions que c’est par notre philosophie que nous atteindrions graduellement tous nos objectifs.

« Et ils sont plus qu’atteints. En plus d’avoir rendu l’équipe totalement autonome, nous pouvons nous targuer d’avoir participé à d’importants projets pilotes, dont celui des pré et post scan et de continuer à le faire.

« À 5 ans de la retraite, après avoir initié mes nouveaux partenaires, je me permets d’écourter mes semaines et de me concentrer notamment sur la réparation invisible des pare-chocs.

« J’ai la chance d’avoir le sentiment d’avoir bien accompli la mission de ma génération, et de pouvoir laisser graduellement l’atelier entre les mains de Jérémie, Guillaume et Francesco, affirme Sylvain Martel. »

Selon Sylvain, l’empreinte de Pierre, qui est retraité, est celle d’un travail impeccable.


Francesco Buscema, Isabelle Pépin, Jérémie Martel, Mathieu Magny, Stéphanie Hamelin, Gabriel Larivière, Sylvain Martel, Jocelyn Aubut, Tommy Ménard, Carole Pichette, Antonio Matassa, Érik Boutin, André Déchaine, Josée Pichette, Michel Tummillo, et Guillaume Joannette, auxquels s’ajoutent Brigitte Bélisle et Carlos Rocha Solis. PHOTO Yann Canno

Présence familiale

Comme l’équipe compte la conjointe de Sylvain, Brigitte Bélisle, ainsi que sa sœur et sa nièce, Carole et Josée Pichette, la famille Martel est encore fort présente au sein de cette entreprise bientôt sexagénaire.

Les partenaires

Jérémie Martel

À l’exemple de son père, Jérémie, 34 ans, a appris le métier de carrossier par la logique tradition du compagnonnage, c’est-à-dire par l’apprentissage direct du savoir et de l’expérience de ses aînés.

« Mes qualifications professionnelles, qu’il s’agisse du DEP ou de ma carte de Première classe, je les ai obtenues sans autre forme par la Reconnaissance des acquis et l’examen du CPA.

« Après une note de 95 % au Secondaire, un été en Alberta a suffi pour que je décide de faire carrière en carrosserie, plutôt que d’aller, comme conseillé, en Sciences pures et d’être médecin ou avocat, souligne-t-il.

« Comme un quart de travail ne me suffisait pas, j’ai eu l’idée de suivre en compagnie de Guillaume une formation de garde du corps donnée par d’anciens membres des forces spéciales de l’Armée canadienne.

« Ce qui nous a amenés à occuper, en parallèle et à temps plein durant 6 ans, la fonction d’agent d’intervention auprès des patients de l’Institut psychiatrique Philippe-Pinel. »

« J’ai vite constaté à quel point cette expérience a été extrêmement enrichissante sur le plan de la psychologie et de ces relations interpersonnelles si importantes en matière de gestion d’équipe.

« Guillaume et moi faisons vraiment la paire, chacun à titre de contremaître d’ailleurs; moi en carrosserie, que j’adore, lui en peinture : une discipline dont il est indiscutablement un maître. » 

Guillaume Joannette

Peintre Première classe, Guillaume, 31 ans, qui admet volontiers et avec plaisir faire équipe depuis presque toujours avec Jérémie, est un mordu de la finition.

« Comme les belles autos et les belles couleurs me fascinent depuis l’enfance, c’est à Verdun, lors de mon DEP, que j’ai découvert avec Michel Pagano le métier qui me passionne.

« Ce qui m’allume le plus, c’est le côté laboratoire et haute expertise, d’avoir à moduler les couleurs en fonction de teintes qui se multiplient à vue d’oeil, et de faire un plus beau fini que celui d’origine.

« En m’ayant permis d’être le partenaire d’affaires d’un atelier qui dépasse toutes les normes, Sylvain, qui est un professionnel hors pair, m’a fait dépasser mes attentes. »

Francesco Buscema

De retour de la Belgique depuis quelques années après avoir quitté Verdun à l’enfance, ce p’tit nouveau est un estimateur de 44 ans qui a longtemps exercé ce métier sur des motos.

« Avant de joindre l’équipe de Sylvain en 2019, et d’obtenir sa certification en estimation, j’ai eu la chance de me familiariser avec le milieu de l’automobile en étant magasinier chez un concessionnaire.

« Être partenaire d’un atelier de ce niveau alors que rien ne le laissait présager avant d’y mettre le pied, est renversant. Il est étonnant comme le destin nous réserve de ces surprises, reconnaît-il. »

Bref, en 2026, les trois nouveaux partenaires de Sylvain Martel deviendront propriétaires à part entière de la carrosserie Autos Martel & Héroux, membre du réseau CARSTAR.

Catégories : Carrosserie, Éditorial
Étiquettes : , ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X