fbpx

S’adapter et évoluer avec un responsable de la CCIF

Paul Prochilo, Président de la CCIF PHOTO Paul Prochilo

Malgré les défis posés par COVID-19, Paul Prochilo affirme que l’industrie de la collision a prouvé qu’elle était remarquablement résistante et adaptable.

Depuis mars 2020, l’année 2020 s’est avérée être l’une des plus difficiles jamais enregistrées, les personnes et les entreprises ayant dû s’adapter à une nouvelle réalité pandémique suite à la COVID-19.

Le secteur de la réparation des carrosseries ne fait pas exception à la règle, les ateliers, les assureurs, les vendeurs, les fournisseurs de pièces détachées et autres acteurs clés devant pivoter et s’adapter à une nouvelle façon de faire des affaires. Le Canadian Collision Industry Forum (CCIF) a joué un rôle de premier plan pour aider le secteur à s’adapter et a présenté des analyses très perspicaces lors de son événement virtuel en octobre.

Alors que la pandémie continue d’influencer la stratégie et les tactiques des entreprises, Autosphere s’est entretenu avec le président du CCIF, Paul Prochilo, et lui a demandé de partager certaines de ses observations sur 2020 et les principales leçons à tirer alors que le secteur de la réparation des collisions entre dans une nouvelle année et s’enfonce dans une nouvelle décennie.

AS : Il ne fait aucun doute que 2020 a été une année très turbulente. Du point de vue de la CCIF, quels ont été les principaux défis auxquels ont été confrontés les membres et l’industrie dans son ensemble ?

PP : Je dirais que du point de vue du président et de notre comité directeur, nous partageons le même point de vue, à savoir que s’il y a toujours eu des défis — la CCIF, par exemple, est construite autour des trois piliers que sont la rentabilité, l’adaptation de la technologie des véhicules et les ressources humaines — la COVID-19 a ajouté une couche d’obstacles supplémentaires et a réellement exposé des possibilités d’amélioration au sein de notre écosystème tout entier.

Je dirais que l’un des plus importants était l’absence de plans formels de continuité des activités. Lorsque la pandémie a frappé pour la première fois en mars, nous avons organisé une réunion virtuelle du comité de pilotage et nous avons demandé ce qui pouvait être fait pour soutenir l’industrie. Je suis extrêmement reconnaissant au formidable comité de pilotage que nous avons mis en place et à ses membres d’avoir reconnu qu’au niveau stratégique et tactique, de nombreux acteurs de l’industrie et de la chaîne d’approvisionnement avaient besoin d’aide et de soutien pour créer un cadre et élaborer leur propre plan de continuité des activités.

Un autre facteur clé a été la gestion de la crise de crédit de la chaîne d’approvisionnement au début de la pandémie, lorsque beaucoup de personnes sont devenues nerveuses et que les membres de la chaîne d’approvisionnement ont mis tout le monde sur la liste des maladies mortelles. Lorsque les ventes sont réduites de près de 60 à 80 % sur certains marchés, il n’est pas facile d’anticiper les réparations parce que vous n’avez pas de crédit. C’est donc un autre domaine sur lequel la CCIF s’est fortement concentrée, pour s’assurer que notre industrie et les entreprises qui la composent soient en mesure de s’en sortir.

AS : L’industrie de la réparation des collisions est connue pour être extrêmement adaptative et résistante. En ce moment, qu’avez-vous observé en termes de capacité du secteur de la réparation des carrosseries à faire face à la pandémie actuelle et à planifier l’avenir, en ce qui concerne les ateliers, les assureurs, les fournisseurs et les relations avec les équipementiers ?

PP : Notre industrie est très adaptable et résiliente, je n’ai jamais été aussi fier du secteur de la réparation des carrosseries, à la fois en tant que membre et en tant que président de la CCIF, comme je l’ai été au cours de ces six mois. D’après mes propres observations, et je dirais que collectivement, en tant qu’industrie, nous avons vraiment constaté un changement de mentalité, des assureurs aux entreprises de la chaîne d’approvisionnement et aux réparateurs de carrosseries. Ils ont tous fonctionné presque sur un paradigme en saisissant l’occasion de revoir leurs modèles d’entreprise et de garantir la résilience à long terme. Nous l’avons constaté non seulement en termes d’opérations et d’indicateurs clés de performance, mais aussi en examinant et en demandant ce que signifient les plans de continuité et en saisissant cette occasion pour renforcer les relations et améliorer nos activités.

AS : Sur la base de ce que nous avons vu, la CCIF a travaillé très dur pour apporter à l’industrie un événement virtuel perspicace et facile à naviguer cette année. Y a-t-il des éléments clés de cet événement qui, selon vous, seront appliqués aux réunions à l’avenir ?

PP : Les réunions sont une proposition de valeur essentielle de la CCIF et la capacité à s’engager, à se mettre en réseau pour partager des idées et des informations est cruciale, c’est pourquoi nous avons considéré que la transition vers une plateforme virtuelle était la meilleure solution pour y parvenir. L’une des choses que nous cherchons à ajouter sur la base de l’événement de cette année est la vidéoconférence instantanée. Cela permettra aux participants non seulement de communiquer par messagerie, mais aussi de passer un appel vidéo sur place. Pour l’instant, il s’agit d’un concept, mais toute l’équipe de la CCIF cherche en permanence à améliorer l’expérience des utilisateurs et nous sommes impatients de participer à la prochaine réunion à Toronto.

AS : COVID-19 a forcé de nombreuses entreprises à adopter la technologie à un rythme plus rapide qu’elles ne l’auraient fait autrement. Comment voyez-vous l’impact d’outils tels que l’estimation basée sur la photo (PBE) et l’IA sur le processus de réparation à mesure que nous avançons ?

PP : À mon avis, la technologie est la plus critique, car elle offre des niveaux d’accessibilité plus élevés et a un impact sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, mais concentrons-nous un instant sur le client. Avec l’estimation basée sur la photo, nous avons, avec nos partenaires stratégiques et nos fournisseurs du secteur, la possibilité pour les clients de s’adresser aux centres de réparation de carrosseries quand cela leur convient, ce qui ajoute aux capacités d’un centre de carrosserie.

D’un point de vue PBE, et surtout depuis que nous nous dirigeons vers un sinistre sans contact afin d’atténuer les risques et la propagation de COVID-19, je pense qu’il s’agit d’une ressource formidable, mais qui en est encore à ses débuts en raison du fait qu’il y a de plus grands niveaux d’adaptation et d’innovation que nous verrons à l’avenir.

La deuxième partie de la question — concernant l’IA — je pense que ce sera l’un des plus grands perturbateurs que notre industrie ait jamais connus, et je pense que ce sera un perturbateur dans un sens positif. Je pense que nous allons pouvoir réduire les coûts, fournir des résultats administratifs plus rapidement et que nous allons disposer d’un apprentissage machine et d’une puissance de calcul pouvant s’exécuter exponentiellement plus vite que les humains. En fin de compte, cela permettra de fournir un produit meilleur et plus précis du point de vue de l’estimation, dans un délai plus rapide et à un coût moindre.

AS : Les interruptions de la production de véhicules et de l’approvisionnement en pièces détachées étant toujours d’actualité, comment pensez-vous que le secteur de la réparation des collisions puisse contribuer à atténuer ces défis dans un avenir prévisible grâce à des stratégies commerciales ainsi qu’à la collaboration et à la coopération ?

PP : Il y a trois domaines sur lesquels je me concentrerais et je pense que notre industrie doit se concentrer sur ce point.

  1. La rentabilité de la réparation par rapport au remplacement. L’un de nos invités, Dave Flockhart de BETAG Innovation, en a parlé lors de l’événement virtuel CCIF en 2020. Lorsque nous investissons dans les bonnes technologies pour nous assurer que nous avons la bonne stratégie du point de vue de la réparation non structurelle, nous pouvons éliminer la dépendance à l’égard des facteurs externes et nous concentrer en interne. C’est l’un des meilleurs outils dont vous pouvez disposer pour vous assurer de surmonter ces circonstances difficiles dans la chaîne d’approvisionnement.
  2. Je pense que les réparateurs de carrosserie doivent approfondir leurs relations avec les chaînes d’approvisionnement, tant du point de vue de l’utilisation finale des pièces que de celui des équipementiers. -Je pense que nous devons commencer à responsabiliser nos détaillants Œ par le biais d’accords de niveau de service afin d’identifier où ils peuvent acheter cette pièce entièrement pour le réparateur de carrosserie.
  3. Lorsque les pièces sont disponibles, il faut également se tourner vers les autres possibilités d’utilisation des pièces, car elles sont nombreuses.
AS : Y a-t-il d’autres tendances que vous avez observées dans le secteur de la réparation des collisions ?

PP : Une autre tendance, qui semble se dessiner, est que les réparateurs indépendants recherchent des niveaux de soutien supplémentaires, soit par l’intermédiaire de groupes très performants, soit par des infrastructures plus matures comme les réseaux. Nous constatons clairement que cette tendance progresse et s’intensifie, car COVID-19 a laissé un grand nombre d’entre nous avec un besoin de soutien, mais le besoin de plans de continuité des activités, l’accent mis sur la réparation par rapport au remplacement et le renforcement des relations et de la communication sont probablement les tendances qui ont le plus d’impact à l’heure actuelle.

AS : Y a-t-il autre chose que vous aimeriez mentionner ?

PP : Seulement d’être très fier du secteur de la réparation des carrosseries pour sa capacité à s’adapter à une situation très difficile et à s’adapter très rapidement, étant donné que nous sommes une industrie si mature. Le rythme du changement et la capacité à pivoter, ainsi que le niveau de résilience que nous avons constaté, sont une véritable source d’inspiration pour tous les observateurs, y compris pour moi-même, qui fait partie du secteur de la réparation des collisions.

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X