fbpx

Un bijou américain

Après 6000 heures de travaux de restauration, la belle élégante a retrouvé toute sa superbe. PHOTO Richard Grenon

Richard Grenon et son fils Nicolas ont investi 6000 heures dans la restauration de ce qui pourrait être la plus belle voiture américaine de tous les temps.

Pourtant, durant ses 50 ans de carrière, le restaurateur en a vu passer de belles voitures. S’il a choisi de nous parler spécifiquement de la Chrysler Imperial Convertible Victoria de 1931, c’est à cause de sa rareté, de sa remarquable élégance, mais aussi du défi que sa restauration a représenté pour lui et son fils.

Une passion hâtive

Mécanicien dans le garage de son père, le jeune Richard n’a que 14 ans lorsqu’il modifie un Willys Coupé 1940 en Hot-Rod. Il travaillera pour son père jusqu’en 1981, année où la restauration de voitures antiques devient son métier. Il réalise rapidement qu’il est plus intéressant pour son entreprise, Au Temps Tic Auto, de travailler sur des voitures classiques rares, « plus le fun à restaurer. » Les Porsche, Ferrari, Jaguar des années 1950 à 1970 se succèdent dans son atelier ainsi qu’une brochette hallucinante de modèles américains luxueux d’avant-guerre. Sa réputation se construit au rythme des livraisons et des contacts créés partout en Amérique et en Europe. Son fils Nicolas est maintenant son associé.

C’est dans cette triste condition qu’a été livrée la Chrysler 1931, chez Richard Grenon. PHOTO Richard Grenon

C’est en 2009 que le duo achète la Chrysler Convertible de son propriétaire new-yorkais. Il ne resterait que trois voitures de ce type dans le monde. Ce modèle luxueux est d’autant plus intéressant qu’on y perçoit l’influence européenne, notamment en matière de carrosserie. La voiture à deux larges portes pour quatre passagers comporte plusieurs accessoires avant-gardistes, comme un éclairage intérieur ou encore deux roues de secours latérales et un porte-bagages sur le coffre arrière.

La situation semble désespérée, pourtant, le spécialiste y voit une voiture en bonne condition. PHOTO Richard Grenon

50 ans dans une grange

Elle a dormi dans une grange pendant 50 ans et si toutes les structures en bois devaient être reproduites à la main, la carrosserie en aluminium, une de rare livrée par Waterhouse, était en relativement bonne condition. Seulement le bas des panneaux a dû être refait.

Le restaurateur s’est fait ébéniste pour recréer la structure abîmée par des années d’abandon. PHOTO Richard Grenon

Pour les pièces, tout est d’origine sauf le moteur et la transmission, prise sur une autre Chrysler Imperial 1931 achetée par la même occasion.

C’est un moteur innovant pour l’époque, un huit cylindres en ligne, qui développe 125 chevaux, qui donne du nerf à cette voiture classique. PHOTO Richard Grenon

Il aura fallu un total de 6000 heures au restaurateur et à son fils pour mettre cette voiture rarissime en condition impeccable. Toute la carrosserie a été sablée à nue et recouverte d’un scellant avant d’être recouverte de plusieurs couches successives d’apprêts. « Avec ce traitement, la carrosserie est bonne pour 200 ans », précise l’expert. Les couches de peinture finales sont noires avec une découpe orange brûlé. La même couleur se retrouve dans le capitonnage intérieur, du cousu main par M. Grenon.

Chaque pièce de carrosserie a été sablée à nu, scellée et finie de façon à garder sa belle apparence pour les 200 prochaines années. PHOTO Richard Grenon

La voiture a passé deux ans dans l’atelier avant d’être vendue dans un encan spécialisé en 2012 pour la somme de 525 000 dollars américains, un prix qui semble une aubaine pour Richard Grenon. « Quand on calcule le nombre d’heures passées à la restauration, on voit que notre métier est tout d’abord une question de passion », conclut-il avec philosophie.

L’intérieur, restauré par Richard Grenon et son fils Nicolas, reprend la couleur des détails de la carrosserie. PHOTO Richard Grenon

Calendrier

Nos partenaires

Menu
X