fbpx

Faire rayonner l’expertise

Maurice Lefrançois, Directeur de l'estimation automobile et des plans d'assurance, GAA PHOTO GAA

Directeur de l’estimation automobile au GAA, depuis plus de deux ans, Maurice Lefrançois s’est donné comme mission d’accélérer le développement de l’expertise en estimation des dommages automobiles.

Environ 425 estimateurs certifiés par le Groupement des assureurs automobiles (GAA) travaillent auprès des compagnies d’assurance québécoises. Leur mandat est de s’assurer que les travaux à réaliser identifiés par les carrossiers sur les voitures qui leur sont confiées soient justifiés et complétés dans les règles de l’art.

Transmettre les connaissances

« Ces estimateurs doivent être à la fine pointe des connaissances techniques pour bien faire leur travail, explique M. Lefrançois. Qui plus est, tout le savoir auquel ils ont accès va percoler jusqu’aux ateliers. Je vois nos contrôleurs comme des courroies de transmission du savoir, dont le rôle est de travailler avec les estimateurs pour s’assurer, surtout dans les cas les plus complexes, que les bons outils et processus soient utilisés. »

Selon lui, cette approche de validation est gagnante pour tous les partis. Il cite par exemple que l’estimateur indiquera parfois que certaines pièces, devant être remplacées selon l’estimation du carrossier, peuvent être réparées selon le processus recommandé par le constructeur. « L’assureur sauve de l’argent et le carrossier peut ajouter du temps à son estimation, ce qui est toujours plus profitable pour lui », illustre-t-il.

Formation structurée

Le GAA met énormément d’efforts dans le perfectionnement des estimateurs qualifiés. En plus de la formation et de l’expérience qui leur permet d’être certifiés, ces estimateurs peuvent profiter d’un large éventail de modules de formation technique. Un tout nouveau programme, construit avec le soutien d’outils pédagogiques, a été lancé aussi récemment que le 14 septembre dernier. « Cela nous permet de suivre l’évolution des technologies, explique le directeur. En étudiant les dossiers, nous constatons les besoins de mise à jour des connaissances dans des secteurs pointus tels que les nouveaux matériaux, les systèmes d’aide à la conduite ou encore les véhicules électriques et hybrides. On doit faire évoluer la compréhension des processus puisque les voitures d’aujourd’hui ne peuvent être réparées comme celles d’hier. » Les formations modulables, qui pourront se faire en bonne partie à distance – COVID-19 oblige – sont d’une demie- journée ou d’une journée entière.

Un pôle d’excellence

En fait, Maurice Lefrançois annonçait à Autosphere lors de cette entrevue, la nomination de Denis Janelle au poste d’expert-conseil en estimation. Il agira comme personne-ressource pour les estimateurs du réseau des assureurs.

« Nous sommes en présence d’un pôle d’expertise très dynamique qui va rayonner et évoluer en collaboration avec tout le secteur de l’estimation et de la réparation des dommages, insiste M. Lefrançois. Il ne faut pas faire perdurer un antagonisme entre assureurs et réparateurs. Il faut briser cette perception. Oui, nos contrôleurs sont de plus en plus présents dans les ateliers pour y travailler avec les estimateurs sur place, mais c’est pour partager les bonnes pratiques, ce qui est certainement une valeur ajoutée pour tous. »

Catégories : Carrosserie, Éditorial
Étiquettes : ,

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

novembre

02novToute la journée06SEMA360Virtual

02nov(nov 2)8:00 am06(nov 6)8:00 amDrivingSales Executive SummitVirtual Edition!

03novToute la journée052020 AAPEX

Nos partenaires

Menu
X