fbpx

Le stockage des pièces de frein est-il un problème ?

Autosphere » Mécanique » Le stockage des pièces de frein est-il un problème ?
Les grossistes constatent que la demande de pièces de frein continue de croître. Photo Adobe Stock

Une fois de plus, nous avons adopté le format question/réponse en demandant à trois grossistes de trois régions canadiennes différentes de répondre aux questions auxquelles ils souhaitaient répondre, transmettant ainsi leurs réflexions aux grossistes de tout le Canada.

Nous avons contacté Maggie Davison, de Port Perry Auto Supply (Ontario), Bob Fitzel, d’Albert North Auto (Regina, Saskatchewan), et Douglas Squires, de Colonial Auto Parts, dont le siège se trouve à Terre-Neuve-et-Labrador.

Autosphere : Quelle a été l’ampleur des perturbations de la chaîne d’approvisionnement lorsqu’il s’agit d’obtenir des composants de freinage pour vos clients ?

Douglas Squires, Automotive Parts Associates. Photo Archives Autosphere

Doug : L’approvisionnement en composants de freinage a été fortement perturbé par des problèmes de transport et des pénuries de main-d’œuvre chez les fabricants étrangers. Cette situation a été aggravée par les problèmes de COVID qui se posent actuellement en Chine. Le coût de l’importation des produits de freinage a considérablement augmenté en raison de la montée en flèche du coût des conteneurs d’expédition. Les coûts des matières premières ont également un impact négatif sur les coûts des freins, tout comme la restriction de l’approvisionnement en matériaux. Pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en friction, nous avons opté pour un approvisionnement en Amérique du Nord afin de garantir un accès plus rapide et un produit fabriqué en Amérique du Nord et mieux adapté à notre climat. Auparavant, nous avions de plus en plus de problèmes de bruit avec certains frottements offshore, ce qui a été éliminé avec l’approvisionnement national.

Bob Fitzel : Il y a eu un problème d’approvisionnement en pièces de frein au cours des deux dernières années. Je suis sûr que tout le monde a remarqué des problèmes d’approvisionnement et de service de la part de son fournisseur de freins.

Lorsque nous recevons des commandes, nous essayons de nous approvisionner auprès d’un autre fournisseur pour éviter les ruptures de stock. Vous essayez toujours de fournir votre gamme principale, mais si vous ne l’avez pas en stock, vous essayez d’orienter le client vers l’une de vos autres gammes, car la plupart des revendeurs ont plusieurs gammes de friction et de rotors. L’approvisionnement en matériel n’a pas posé de problème.

Maggie Davison : Les problèmes d’inventaire ont régulièrement diminué au cours des derniers mois. Les difficultés rencontrées pour obtenir des stocks lors de la pandémie de COVID-19 appartiennent, espérons-le, au passé. Mon principal fournisseur a régulièrement reçu des produits en rupture de stock, allant des freins aux filtres en passant par les ampoules. Je n’ai plus besoin d’externaliser mon stock auprès de plusieurs fournisseurs et je l’ai rationalisé en le confiant à CARQUEST.

J’ai remarqué (ainsi que mes clients) des augmentations de prix dans la plupart des lignes de produits. L’industrie automobile n’est pas la seule à être confrontée à ces défis. Les produits d’épicerie, le gaz et d’autres produits de première nécessité sont également confrontés à ces défis.

Autosphere : Comment avez-vous perçu la demande de pièces de freinage au cours de la dernière année en fonction de l’utilisation et de la complexité des véhicules ?

Bob : Nous constatons que la demande de pièces de frein continue de croître. Pour les véhicules plus récents dotés de systèmes plus complexes, le marché reviendra aux concessionnaires dans un premier temps, puis aux prestataires de services habituels une fois la garantie expirée. Mais pour les véhicules plus anciens, la demande est toujours là, et elle s’accroît à mesure que la population de véhicules d’occasion continue de croître.

Maggie Davison, Port Perry Auto Supply. Photo Port Perry Auto Supply

Maggie : La demande de pièces de freinage augmente régulièrement, car je constate que de plus en plus de personnes font des allers-retours pour travailler et que le travail à domicile est de moins en moins répandu. Cependant, moi et mon personnel de comptoir établissons beaucoup plus de devis et nous nous alignons sur les prix des concurrents. L’argent durement gagné est mis à rude épreuve et les gens fixent le prix de plusieurs entreprises.

Doug : La demande de produits de freinage a augmenté car les propriétaires conservent leurs véhicules plus longtemps. Au fur et à mesure que ces véhicules vieillissent, la demande de produits de remplacement augmente en raison de leur utilisation continue. En outre, les propriétaires de véhicules plus anciens ont tendance à s’adresser à leur atelier de réparation local plutôt qu’à un concessionnaire, ce qui accroît la demande sur le marché secondaire. La complexité du freinage a augmenté pour certaines applications en raison de l’évolution de la technologie de freinage. L’utilisation de l’électronique dans les freins par rapport à l’hydraulique ou à l’électromécanique a augmenté, de même que l’antipatinage, le contrôle de la stabilité et le contrôle du lacet. Les nouveaux véhicules sont également équipés d’un système de freinage d’urgence automatisé avec un capteur, un calculateur et une assistance au freinage prédictive basée sur un algorithme. Tous ces éléments se traduisent par une complexité accrue et la nécessité de veiller à ce que les techniciens soient correctement formés. Du côté de la friction, des changements se produisent également en raison de la nécessité d’absorber et de dissiper plus de chaleur en raison de véhicules plus puissants et plus lourds avec des roues plus grandes, combinée à la nécessité de réduire le poids pour améliorer le contrôle, la direction et l’économie de carburant. Des produits fabriqués à partir de métaux plus légers tels que l’aluminium par rapport à l’acier (par exemple, les étriers) ont fait leur apparition sur le marché, de même que l’utilisation de freins en céramique plus légers et de rotors en deux parties.

Autosphere : Quel a été l’impact de l’inflation sur l’offre et la demande en ce qui concerne les pièces de frein pour votre entreprise ?

Bob Fitzel, Albert North Auto. Photo Albert North Auto

Bob : La moitié de notre activité concerne le commerce de détail et, aujourd’hui, avec l’inflation qui frappe tout le monde, nous constatons que de plus en plus de gens essaient de faire leurs propres réparations. Cela semble également contradictoire, mais il semble que le prix de la pièce soit un facteur moins important de nos jours, tant que l’on peut obtenir la pièce pour le client.

Doug : La demande de produits reste élevée, notamment en raison de la disponibilité restreinte de nouveaux véhicules, tandis que l’offre de produits a diminué en raison des coûts de production plus élevés (main-d’œuvre et matériaux). Les coûts de production supplémentaires se traduisent par des prix plus élevés pour les consommateurs, ce qui a un impact significatif sur l’inflation des pièces de frein, car le coût d’acquisition a considérablement augmenté.

Autosphere : En ce qui concerne les intervalles de remplacement des composants de freinage, que constatez-vous actuellement ?

Bob : Nous ne remarquons pas vraiment de changement dans les intervalles de remplacement, je pense que cela dépend surtout des habitudes de conduite des gens.

Doug : Il n’y a pas d’intervalle fixe pour le remplacement des freins, car la durée de vie des composants des freins dépend beaucoup du véhicule ainsi que du style de conduite et de l’utilisation.

Autosphere : Quels sont, selon vous, les principaux facteurs qui influencent actuellement les achats de freins par vos clients ?

Doug : Le facteur le plus important est la capacité à toujours disposer des pièces dont ils ont besoin en raison des difficultés d’approvisionnement. Ensuite, il faut s’assurer que la pièce est bien adaptée, car les véhicules sont tellement diversifiés qu’il est parfois difficile de trouver la bonne pièce.

Autosphere : Comment voyez-vous l’évolution du marché des pièces de freinage dans les mois et les années à venir ?

Maggie : Les achats de pièces de frein sont toujours ce que je vends le plus. Je pense que la région que nous desservons maintiendra les mêmes ventes dans les freins avec une augmentation modérée des ventes. Les ventes de voitures électriques n’ont pas d’incidence sur ce secteur et je pense qu’elles en auront à l’avenir, mais pas dans un avenir proche.

Doug : Il y aura une évolution vers des freins plus légers car les fabricants essaient de trouver des moyens d’améliorer l’économie de carburant. En outre, la composition des freins continuera d’évoluer vers des produits tels que la céramique. Avec les VÉ, ils devront trouver des moyens de maintenir l’intégrité du freinage, car l’utilisation des freins diminue en raison du freinage par récupération. Comme les pieds à coulisse seront moins utilisés, ils devront trouver un moyen d’éviter qu’ils ne se grippent.

Comme on le voit ici, les pièces de frein resteront en tête de liste des réparations/remplacements et les grossistes doivent être en mesure de fournir ces pièces en cas de besoin.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes : Gestion, Produit et service

EMPLOIS

 
VOLKSWAGEN DES SOURCES
Directeur.rice commercial.e
 
  DORVAL
  Permanent
 
 
VOLKSWAGEN DES SOURCES
Conseiller.ère en vente de véhicules neufs
 
  DORVAL
  Permanent
 
 
Acura Laval
Directeur.rice du service
 
  LAVAL
  Temps plein
 
 
Hamel Honda
Directeur.trice aux renouvellements - St-Eustache
 
  SAINT-EUSTACHE
  Temps plein
 
 
Hyundai Valleyfield
Préposé.e à la livraison de véhicules - montage de dossiers / directeur.rice commercial.e en « back-up »
 
  SALABERRY-DE-VALLEYFIELD
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES