fbpx

Postes de travail efficaces et ergonomiques pour mécaniciens

Autosphere » Mécanique » Postes de travail efficaces et ergonomiques pour mécaniciens
Il est possible de créer un poste de travail personnalisé, comme ici, pour Laurent, spécialiste du diagnostic électronique. Photo Michel Beanoyer
Selon le travail prévu, les pièces et matériaux nécessaires peuvent être mis à proximité du travailleur, comme le démontre ici Cynthia Fredette. Photo Michel Beaunoyer
Une station de travail personnalisée, avec branchement facilement accessible pour garder la tablette pour les inspections numériques bien chargée. Photo Michel Beaunoyer
Cette unité mobile combine une surface de travail avec huche à un cabinet de rangement pour les outils. Photo Pedlex
Selon la nature du travail, la station mobile peut permettre un travail assis. Photo Pedlex
Il existe différentes options pour aménager des postes de travail ergonomiques.

Investir dans des postes de travail efficaces et ergonomiques dans les ateliers de mécanique présente de nombreux avantages à considérer.

Yves Poirier. Photo Pedlex

Yves Poirier est directeur de la division automobile chez le distributeur d’équipement Pedlex. « Nous travaillons avec les concessionnaires pour équiper leurs centres de service depuis longtemps, souligne-t-il. Pour ces entreprises, le département de service mécanique doit être un prolongement de l’image de marque du constructeur. Dans le marché secondaire, ce que l’on constate, c’est que la tendance est d’ouvrir une vitrine sur les baies de service afin que les clients, dans la salle d’attente, puissent voir la qualité du travail effectué sur leurs véhicules. Il doit y avoir une dizaine d’années de rattrapage entre ce que l’on voit dans les ateliers indépendants comparativement à ceux des concessionnaires, mais il y a assurément du mouvement. »

Pour M. Poirier et l’entreprise qu’il représente, les ateliers indépendants gagneraient à plusieurs chapitres en revoyant les postes de travail de leurs techniciens. « Nous avons vu un développement très intéressant de l’offre, mentionne-t-il. Depuis 15 ans, nous travaillons par exemple avec le fabricant québécois Rousseau Métal qui présente une gamme complète de solutions qui peuvent être adaptées et accessibles pour les ateliers du marché secondaire. »

C’est d’ailleurs ce que mentionne Mélissa Barrette, coordonnatrice marketing pour Rousseau Métal. « Les postes de travail GT de Rousseau contribuent grandement à l’organisation et à l’efficacité des techniciens d’entretien automobile, tout en contribuant à l’image de la compagnie, autant pour les clients que pour les employés. Nos postes de travail ont été développés en fonction du travail des techniciens, et selon leur réalité, ils peuvent les personnaliser. »

Des solutions modulaires

Présentés comme des solutions modulaires, les postes de travail peuvent être modifiés à l’infini. « Analyser le travail des techniciens, voir les outils dont ils ont besoin à proximité, établir les surfaces de travail au bon niveau et éclairées adéquatement ou encore réduire la fatigue ou les risques de blessure en mettant à portée les objets lourds afin de leur créer un environnement de travail confortable fait toute la différence, reprend M. Poirier. On parle ici d’un gain d’efficacité en atelier puisque selon la nature de ses tâches, le technicien ne perdra pas de temps à chercher un outil ou la pièce dont il a besoin. Et aussi, puisque ce poste sera conçu selon ses besoins et lui sera réservé, le travailleur sentira que son employeur tient à lui et à son bien-être. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre en mécanique automobile, c’est un élément qui justifie aussi l’investissement. »

Les fournisseurs d’équipement proposent une multitude de solutions et le propriétaire ou gestionnaire d’atelier gagnerait à consulter des experts avant d’arrêter son choix. « Cela fait effectivement partie de notre mandat, poursuit M. Poirier. Il faut voir comment optimiser les espaces de l’atelier en considérant les équipements en place ou encore déterminer si nous voulons des postes fixes ou des unités mobiles qui pourront être déplacées selon l’évolution des besoins ou le développement des services. »

Investir pour les travailleurs

Mélissa Fredette et Cynthia Fredette. Photo Michel Beaunoyer

C’est la stratégie qui a été retenue il y a quelques années par l’atelier Point S Fredette Pneus et mécanique à Montréal. Cynthia Fredette, copropriétaire de l’atelier avec sa sœur Mélissa et leurs parents, nous offre la tournée des installations. « La décision d’investir dans 16 postes de travail dans nos baies de service découle de plusieurs observations, explique la gestionnaire. Du point de vue de l’image, je voulais une uniformité des coffres et des stations. C’était l’occasion aussi d’améliorer l’environnement de travail de nos techniciens. Par exemple, certains coffres sont équipés des outils de base nécessaires aux travailleurs saisonniers ou aux apprentis qui n’ont pas encore acquis tous les outils dont ils ont besoin. Ils en sont responsables et les coffres se verrouillent à la fin de la journée. »

Le fait que chaque mécanicien a son poste de travail identifié à son nom et équipé selon ses besoins compte beaucoup dans le développement du sentiment d’appartenance. « Nous considérons aussi l’importance d’offrir des stations de travail efficaces et ergonomiques, reprend Mme Fredette. C’est un élément majeur de notre investissement. Nous voulons garder nos travailleurs longtemps et en santé. »

Ce concept a aussi un effet positif sur la productivité des postes de travail. Les outils spécialisés ou non sont à portée de main, certes, mais il est aussi possible de garnir les tiroirs des espaces de rangement de tous les matériaux nécessaires à la réalisation des tâches à venir. En saison de changement de pneus, le tiroir de pesées est rigoureusement maintenu bien garni par exemple.

L’approche modulaire permettra d’ajouter des équipements complémentaires au besoin alors que le fait qu’une bonne partie des coffres et étagères soient mobiles permet un réaménagement selon l’évolution des besoins. « Cela représente un gros investissement, mais c’était à faire, surtout pour la main-d’œuvre », conclut Mme Fredette en disant qu’elle n’hésiterait pas à le refaire à la lumière des effets bénéfiques obtenus.

 

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes :
AAPEX 2021 Button FR

SEMA 2021 Button FR

GTE 2022 Button FR

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

février

31julToute la journée06PROGRAMME DE LEADERSHIP CCAMUn programme exclusif pour les gestionnaires de concessions

01sep9:00 am30mar(mar 30)1:00 pmCSMO-Auto: ESTIMATION DE DOMMAGES AUTOMOBILES