fbpx

Le technicien au cœur de l’atelier de mécanique automobile

Autosphere » Mécanique » Le technicien au cœur de l’atelier de mécanique automobile
Denis Pageau, conseiller en relation avec les partenaires pour les garages recommandés chez CAA Québec. Photo Autosphere

L’électrification des véhicules ne cesse d’accroître chaque année, mais il est important de se rappeler qu’il faudra encore un certain temps avant qu’ils ne dominent le marché.

Ceci étant dit, entre-temps les voitures conventionnelles n’en deviennent pas moins complexes.

Je peux comprendre qu’un retour en arrière lors du diagnostic électronique pour un mécanicien appréhendant les systèmes électriques et qui craint d’entrevoir le futur peut causer de l’angoisse et de la frustration.

Chaque voiture peut avoir son histoire et nous ne sommes plus à l’ère où un consommateur pense pouvoir démystifier ses réparations avec un outil générique plug-in ou Bluetooth. Le mécanicien du dimanche ignore à quel point la complexité du problème peut s’aggraver par la suite pour un technicien s’il efface la mémoire des modules ou remplace certaines pièces de son propre chef.

Vous comprendrez maintenant le sens de la chronique. Lorsque se produit ce phénomène, je pourrais à la limite inscrire sur le bon de travail que ce véhicule a tout simplement subi un accident vasculaire cérébral (AVC) électronique. Vous imaginez-vous travailler maintenant sur un véhicule ainsi ressuscité vendu aux enchères ?

Diagnostic électronique et processus de réparation

Aujourd’hui, il est nécessaire d’utiliser du matériel électronique durant les inspections mécaniques et dans plusieurs cas, il sera nécessaire d’entrevoir une piste de solution suivant les procédures de diagnostic électronique. Dans ces cas de grande complexité qui deviennent de plus en plus nombreux, il ne faut surtout pas négliger la formation de nos techniciens. Il peut se produire une erreur en cours de route qui va s’avérer coûteuse pour l’atelier ou va irriter un client qui voit la réparation s’étirer dans le temps. Il ne fait aucun doute que les techniciens bien formés sont plus productifs, commettent moins d’erreurs et sont davantage satisfaits de leur travail.

Facturer pour l’expertise

Petit mot en passant, il serait temps pour certains ateliers d’établir un prix adapté à cette situation de défi technologique. Le travail sur l’électronique d’un véhicule demande des connaissances pointues et des outils souvent dispendieux que l’atelier est en droit de rentabiliser. D’autres, malheureusement, devront revoir leurs gammes de services. Ce n’est pas parce que le scanneur utilisé contient toutes les marques de voitures que votre technicien est apte à donner un service complet.

La technologie et la pandémie ont compliqué les choses. Maintenant que tout semble se remettre sur les rails, ce n’est pas le travail qui manque et cela a l’effet problématique de donner l’opportunité aux plus capricieux de choisir une nouvelle carrière. Dans la plupart des cas, ils attendent un meilleur salaire, de meilleurs avantages sociaux et surtout plus de temps en famille. On ne peut pas reprocher à ceux qui sont dans certains domaines depuis des années d’espérer un meilleur environnement de travail et un meilleur soutien.

À l’envers de la médaille, c’est l’amour du métier qui nous maintient collés à l’automobile. Désormais, devant la complexité croissante de leurs véhicules, les clients devront s’armer de patience lors de prise de rendez-vous. Et pour ce qui est du futur, l’équilibre sera encore difficile à atteindre dans un avenir proche. Pour l’instant, le technicien est aux commandes et il faut lui offrir l’environnement nécessaire pour qu’il le reste.

 

Catégories : Chronique, Mécanique
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

X