fbpx

Les ateliers de réparation et le COVID-19

Dans les ateliers de réparation, le travail continue. PHOTO Shutterstock

Que s’est-il passé dans les ateliers de réparation pendant la pandémie COVID-19 ?

Nous avons demandé à trois ateliers de tailles différentes, situés dans des endroits très différents, ce qui s’est passé pendant cette période troublante.

Ian, d’une petite communauté, a déclaré que les affaires avaient changé ! Nous avons constaté que les gens étaient plus désireux de faire des choses. Les conversations sont plus courtes, les autorisations plus faciles. La poste a été plus occupée et plus d’argent est dépensé.

La circulation est normale, certains clients utilisent notre service à distance (déposer la voiture avant l’ouverture, payer par virement électronique, prendre la voiture sans passer par le bureau) et nous avons suivi toutes les directives du gouvernement de l’Ontario – désinfection des volants, changement de vitesse, etc. avant et après le service.

Nous n’avons pas vraiment eu de difficultés avec le plan de retour au travail des employés, mais nous avons eu de gros problèmes avec le personnel de retour. Nous avions licencié du personnel pendant six semaines et, à notre retour, tout allait bien pendant les deux premières semaines, puis tout a changé. Un employé était normal, le second voulait changer tout son plan de rémunération et les deux derniers sont devenus très difficiles avec leur routine quotidienne.

Nouveaux défis

Les employeurs auront de nouveaux défis à relever, différents de ce à quoi ils ont l’habitude. Les salariés sont notre plus grand atout et notre plus grand passif. L’augmentation des problèmes de santé mentale et financiers engendrés par la pandémie n’aidera pas.

Roy, qui vit dans une grande ville, affirme que les affaires n’ont pas vraiment changé, mais plutôt la façon dont nous réagissons avec les clients, dont leur travail est traité. Nous n’autorisons personne dans le bâtiment – nous utilisons le texte et les e-mails ; les clients déposent leur voiture devant. Il y a un tableau avec des instructions ; ils mettent les informations dans une enveloppe, puis passent la porte.

Nous effectuons les réparations, nous vérifions les véhicules, puis nous contactons le client par e-mail ou par SMS. Personne ne vient dans le bureau. Quand il fait plus froid, nous montons le bouclier et laissons entrer une personne à la fois. Jusqu’à présent, c’est réglé à 100 %. Les affaires sont bonnes, mais elles restent stables. Beaucoup ne se sont pas précipités pour faire changer les pneus/entretien des ressorts, ce qui a bien progressé. Nous allons maintenant voir comment se passe l’automne. Nous avons en fait été plus productifs – nous ne parlons pas tout le temps aux clients ! Personne ne s’est plaint.

Pratiques spéciales

Nous désinfectons les enveloppes dans lesquelles les clients mettent leurs informations sur les “services nécessaires” ; les clés sont mises à la porte ; s’ils veulent attendre, il y a des places assises à l’extérieur (si le temps le permet) ; nous prenons bien soin des personnes âgées… nous les faisons entrer. Chaque voiture a sa propre station – nous vaporisons les volants, les sièges, nous portons des gants pour garer la voiture. Le client paie avec une carte de crédit ou un e-transfert. Cela a représenté un travail supplémentaire pour le personnel, mais il a bien géré la situation.

Nous n’avons pas perdu d’employés : tout le monde “obéissait au gouvernement”. Nous avons d’abord réduit les heures de travail, mais nous sommes revenus à des horaires normaux – personne n’a perdu de salaire/heures. Si un membre du personnel avait le COVID/19, je devrais fermer pendant deux semaines ! Ainsi, tout le monde garde ses distances sociales !

Alan, à Terre-Neuve, nous dit que comme la plupart des entreprises, nous avons dû nous adapter. Pour assurer la sécurité de notre personnel et de nos clients, nous avons installé des barrières en plexiglas là où c’était nécessaire et nous avons fourni des masques et du désinfectant à tout le monde.

Notre entreprise a connu un bref ralentissement au début, mais elle a rapidement retrouvé des niveaux similaires à ceux des années précédentes. Une chose que nous avons remarquée, c’est la baisse du trafic touristique hors province. Les restrictions mises en place par le gouvernement pour limiter le tourisme ont conduit à ce déclin.

Cependant, c’est dans les périodes de stress comme ces derniers mois qu’il est essentiel de disposer d’un personnel compétent et d’une clientèle solide. Je suis très chanceux d’avoir les deux !

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

14sep(sep 14)9:00 am25(sep 25)9:00 amFormation en estimation du GAA« Estimation des dommages automobiles »

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X