fbpx

Entretien avec Alex Ashmore de Delphi Technologies

Autosphere » Mécanique » Entretien avec Alex Ashmore de Delphi Technologies
Alex Ashmore, Sr. VP et President, Delphi Technologies. PHOTO Delphi Technologies

La pandémie de coronavirus a été un événement sans précédent qui a changé le monde de manière significative et irréversible.

Dans une entrevue, Alex Ashmore, Vice President Senior et President Aftermarket explique comment le covid-19 a eu un impact sur l’industrie automobile et notamment sur le marché secondaire. Vous pouvez également trouver l’entretien sur le site web de Delphi, mais nous avons reçu l’autorisation de l’utiliser pour les actualités de notre site web. Il s’agit d’une entrevue en format question-réponse.

Q : La pandémie de coronavirus a été un événement sans précédent qui a changé le monde de manière significative et irréversible. Quel est l’impact sur l’industrie automobile et plus particulièrement sur le marché secondaire ?

M. Ashmore : Évoluant dans différentes régions de l’Europe et l’Asie depuis 30 ans pour intégrer finalement le leader mondial de la rechange automobile Delphi Technologies, j’ai assisté à de nombreux hauts et bas tout au long de ma carrière. Avant le COVID-19, la pire crise a été celle de 2007-2009 où la rechange automobile nous a montré à quel point elle pouvait être résistante. Au cours de cette période, j’ai également vu les ventes de véhicules neufs chuter de 42 % aux États-Unis, tandis que les ventes de la rechange ont connu une baisse de seulement 1 %.

Une comparaison de l’impact des deux crises. PHOTO Delphi Technologies

Q : Avec le confinement, le secteur automobile et plus particulièrement l’entretien des véhicules personnels ont été le plus touché, comment les autres secteurs et notamment les autres types de véhicules s’en sont-ils sortis ?

M. Ashmore : Fait intéressant, les secteurs des véhicules commerciaux et agricoles ne sont pas trop impactés. De nombreuses personnes courageuses ont continué de travailler afin d’assurer les services essentiels et permettre de maintenir la mobilité. Les consommateurs ont privilégié les services de livraison à domicile, ainsi nous avons pu constater un parc roulant constitué de deux roues et de VUL plus important.

Je pense que nous allons assister à un attrait pour des produits plus éco-reponsables comme les pièces remanufacturées. En effet, les gens sortent de la crise avec une vision du monde changée et sont davantage préoccupés par l’écologie. De plus, les gouvernements profitent de cette occasion pour stimuler ces secteurs de l’économie.

Q : L’industrie automobile devra-t-elle repenser son fonctionnement et ses activités dans un monde post-pandémique ?

M. Ashmore : Absolument. L’industrie automobile évoluait déjà vers la digitalisation, la pandémie n’a fait qu’accélérer ce processus. Nous pouvons voir un « changement radical » dans le comportement d’achat qui délaisse les showrooms et privilégie la vente en ligne.

Les consommateurs ne reviendront peut-être jamais aux modes de consommation traditionnels. Les magasins de pièces automobiles et les distributeurs constatent également une augmentation significative du nombre de consommateurs utilisant internet. Même dans la chaîne d’approvisionnement, nous voyons comment la distanciation sociale a créé un besoin d’automatisation et de consolidation dans la production et les entrepôts pour réduire le risque de propagation.

Nous savons que l’industrie automobile évolue vers l’électrification et l’autonomie. Cependant avec cette pandémie les constructeurs automobiles vont, à court terme, accentuer leurs choix écologiques au détriment des investissements dans la conduite autonome.

L’évolution vers la durabilité et une mobilité plus verte n’est pas seulement motivée par les consommateurs, mais aussi par les gouvernements. Cela pourrait introduire le concept d’atelier « propre et vert ».

L’accélération causée par la pandémie. PHOTO Delphi Technologies

Le COVID-19 a accéléré la transition numérique, la consolidation et l’automatisation dans l’industrie automobile, ce qui remodèlera les activités dans le monde post-pandémique.

Q : Les ateliers et garages indépendants représentent une part importante de la rechange et dépendent fortement de la réparation et de l’entretien des véhicules personnels. Comment la pandémie a affecté ce secteur ?

M. Ashmore : Malgré une reprise du trafic, dans l’ensemble avec le confinement, les kilomètres parcourus par véhicule ont été réduits, les collisions et accidents aussi donc les activités d’entretien et de réparation a énormément diminuée et à même été arrêtée pour certains.

En revanche, nous constatons maintenant une augmentation de l’utilisation de la voiture à usage privé en raison des prix bas du carburant et de la crainte des usagers à prendre les transports en commun. Le dynamisme de certains secteurs d’activité a peut-être diminué en raison d’un changement dans les habitudes de consommation, mais ces opportunités perdues viennent seulement de se déplacer vers d’autres marchés.

Les différentes opportunités de croissance. PHOTO Delphi Technologies

Véhicules de livraison, véhicules anciens, formation en ligne, DIY, électrification, produits et services éco-responsables ; il est temps de chercher de nouvelles opportunités de croissance et d’infléchir vos investissements marketing et autres dans ces micro-marchés.

Il est nécessaire pour chaque professionnel de participer à des formations en ligne axées sur ces technologies émergentes pour améliorer leurs compétences. Les ateliers peuvent rechercher davantage de services à valeur ajoutée générés par l’extraction de données des véhicules liée directement aux diagnostics, pièces et services pour une solution complète. Par-dessus tout, chacun doit se sentir en sécurité avec des protocoles de santé renforcés, ainsi que des équipements de nettoyage, de déplacement et de protection individuelle.

Q : Le marché de la rechange avait vu les taux du DIY diminuer à mesure que les véhicules devenaient plus complexes. Constatez-vous un changement ?

M. Ashmore : Il est vrai que d’année en année à mesure que les véhicules deviennent complexes nous constatons moins de DIY. Cependant, nous avons remarqué lors du confinement une augmentation des ventes de pièces et d’accessoires automobiles chez les particuliers. La facilité des achats en ligne associée aux tutoriels disponibles a permis aux particuliers de réaliser certaines réparations eux-mêmes et ainsi économiser de l’argent.

Ce n’est peut-être pas un changement à long terme, mais quelque chose dont les équipementiers et les distributeurs doivent être conscients afin de soutenir les garagistes et gagner la confiance des consommateurs.

Q : Dernière question : en tant que leader de la rechange automobile, quelles sont vos priorités pendant cette période incertaine ? Quels sont vos conseils ?

M. Ashmore : D’abord il est primordial de protéger votre personnel, vos clients et vos partenaires. Préparez-vous à un avenir où tous ces derniers seront résilients et agiles. Optez pour des technologies et une infrastructure plus flexible afin de faciliter le télétravail et la collaboration virtuelle. Mettez des protocoles de sécurité et de nettoyage en place afin d’assurer la sécurité et la santé de toutes ces personnes.

Deuxièmement, je vois la nécessité d’améliorer et d’adapter les plans marketing pour cette reprise. Les marchés évolueront et nous devons nous adapter rapidement en permettant de plus en plus la digitalisation de la vente, du marketing, de l’assistance technique et également du service après-vente.

Encore une fois, nous devons rechercher les opportunités de croissance de ces nouveaux micro-marchés et orienter nos investissements marketing et autres — véhicules de livraison, véhicules anciens, formation en ligne, DIY, électrification, produits et services éco-responsables. Ensuite, nous devons continuer à optimiser nos solutions de diagnostic, et notre programme de pièces et services afin de proposer une réponse adaptée aux clients.

Enfin la collaboration. Nous vivons tous la même situation. La contrainte de trésorerie de l’industrie automobile cette année rendra difficile le financement des investissements nécessaires pour l’avenir, mais nous devons prendre ensemble des risques avec optimisme et prudence concernant les niveaux de stock et de capacité afin de relancer l’activité. Les chaînes d’approvisionnement se modifieront en raison de la vulnérabilité de la dépendance excessive à l’égard d’un seul pays ou d’un seul fournisseur. Trouvons une voie à suivre une fois que les protocoles de déconfinement commenceront à se lever et créons des plans mutuels pour nous assurer que le marché de la rechange rebondisse le plus rapidement possible.

Quant aux conseils, nous avons besoin des efforts collectifs de tous les leaders du marché pour protéger nos entreprises et nos économies. Le monde après COVID-19 sera défini par les actions que nous entreprenons. En tant que dirigeants, nous avons l’obligation d’atténuer les répercussions économiques globales et l’impact sur l’emploi de cette pandémie. Travaillons ensemble pour remodeler l’avenir du marché secondaire.

Catégories : Éditorial, Mécanique
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

septembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X