fbpx

Susan Hitchon : une femme dévouée pour l’AIA

Autosphere » Mécanique » Susan Hitchon : une femme dévouée pour l’AIA
Susan Hitchon, responsable du marché des pièces de rechange. PHOTO Susan Hitchon

CarCare Business souhaitait attirer votre attention sur Susan Hitchon, la première femme présidente de l’AIA Canada et une personne qui a fait ses preuves dans le secteur des pièces de rechange automobiles au Canada. Elle est un défenseur exceptionnelle de l’industrie que nous avons choisie et une source d’inspiration pour les jeunes qui voudraient se joindre à nous.

CCB. Commençons par la façon dont vous êtes entré sur le marché des pièces de rechange et pourquoi.

SH. C’était vraiment un hasard ! En 1994, je travaillais comme consultant indépendant en formation informatique et j’avais du temps libre pendant les mois d’été, alors je me suis inscrit dans une agence d’intérim pour faire du travail de bureau administratif général.

J’ai fait un stage de deux semaines chez Gates Canada à Brantford et je suppose qu’on peut dire que ça a marché ! J’ai travaillé pendant six ans dans la division « Industrial Powertrain », puis je suis passé à un poste de chef de produit dans la division « Automotive Aftermarket » de Gates et j’y ai passé six autres années.

Racontez-nous les années et comment vous êtes devenu le directeur des ventes du marché secondaire canadien pour Schrader International, responsable du développement commercial mondial, marché secondaire automobile.

Pendant mon séjour chez Gates Canada, l’entreprise a connu une transition à travers quelques fusions/acquisitions et nous sommes devenus le distributeur principal canadien d’un certain nombre de grandes marques du marché secondaire sous l’égide de Tomkins PLC, notamment Trico, Tridon, Stant, Plews, Edelmann et Schrader.

En tant que chef de produit, j’ai participé à l’introduction de nouvelles pièces dans notre système et, au cours de ce processus, j’ai rencontré et développé un rapport avec les différents nouveaux fabricants introduits dans notre groupe.

J’ai été intrigué par la tendance émergente du marché des TPMS (Tire Pressure Monitoring Systems) en Amérique du Nord et j’ai pris la décision de prendre une position commerciale avec Tomkins PLC pour le Canada.

En tant que directeur national des ventes, j’étais responsable de plusieurs marchés, notamment la quincaillerie/le commerce de détail, l’industrie et l’automobile, avec tous les produits autres que les courroies et les tuyaux Gates.

Alors que des entreprises/marques individuelles étaient vendues et que le marché du TPMS au Canada connaissait une croissance rapide, j’ai accepté un poste à plein temps chez Schrader International en tant que directeur national des ventes.

Après quelques années en tant que «loup solitaire» au Canada, le territoire s’est considérablement développé. J’ai donc engagé deux directeurs régionaux des ventes et une ressource de soutien technique pour aider aux ventes et au soutien à la clientèle, et j’ai été nommé directeur des ventes pour le Canada.

Plus tard, Schrader International a été racheté par Sensata Technologies qui a fourni à notre groupe de pièces de rechange automobile des ressources supplémentaires pour poursuivre les marchés mondiaux avec le TPMS et d’autres capteurs ST également.

Après une réorganisation, j’ai été promu responsable du développement commercial mondial, du marché des pièces de rechange automobiles pour le système TPMS ainsi que d’une large sélection de capteurs Sensata.

Après Schrader, où votre carrière vous a-t-elle mené et quelles sont les raisons qui vous ont poussé à choisir cette voie ?

Mon passage chez Schrader a été très enrichissant : la catégorie des produits TPMS se développait à un rythme incroyable, j’aimais voyager à travers le Canada pour travailler avec mes clients à tous les niveaux de la distribution et j’avais une équipe incroyable qui travaillait dur et prouvait sa valeur chaque jour.

Après avoir passé un certain temps à voyager dans le monde entier, j’ai découvert que mon réseau canadien proche me manquait et j’ai voulu revenir à mes racines.

J’ai eu la chance de rencontrer Bob Greenwood de l’AAEC et de discuter avec lui de sa vision de la croissance de l’entreprise. Après plusieurs réunions, en mars 2020, nous avons conclu un accord pour que je devienne un licencié de l’AAEC pour la région de l’Ontario.

Après avoir géré pendant des années un calendrier de voyages très chargé, je suis heureux de desservir maintenant une région plus petite et de me consacrer à aider les ASP à développer leurs activités avec succès.

Qu’est-ce qui vous a décidé à rejoindre le conseil d’administration de l’AIA… et comment y êtes-vous arrivé ?

 Je participe aux événements de l’AIA depuis plus de 15 ans, et en 2014, j’ai été approchée pour participer à la conférence sur le leadership des femmes parrainée par l’AIA… quel événement électrisant !

Ce fut vraiment l’événement le plus gratifiant et le plus inspirant que j’ai vécu dans ma carrière. Peu de temps après, quelqu’un m’a nommé au conseil d’administration et j’ai été honoré d’accepter.

Je suis presque sûr que vous avez encadré des personnes tout au long de votre carrière… s’il y avait des femmes, comment et pourquoi leur avez-vous conseillé d’aller sur le marché des pièces de rechange ?

Je pense que la conférence sur le leadership des femmes a été un point central qui m’a donné le sentiment que je pouvais vraiment influencer la décision de quelqu’un d’entrer sur le marché de l’après-vente automobile ou d’y rester pour son futur développement de carrière.

Au fil des ans, j’ai tissé des liens avec de nombreuses femmes incroyablement talentueuses. Ensemble, nous avons créé une énergie positive remarquable sur les possibilités offertes aux femmes dans le secteur des pièces de rechange. Cette « énergie » est ce que j’essaie de promouvoir auprès des femmes que je rencontre et que je guide.

Selon vous, quels sont les éléments clés que vous devez développer pour devenir un leader/mentor efficace ?

Pour moi, le mentorat est très personnel. En tant que mentor, cela signifie que quelqu’un vous fait confiance pour le guider avec des conseils sincères et honnêtes ; le rôle d’un mentor ne doit pas être pris à la légère !

Je pense que les gens devraient avoir plusieurs mentors qui représentent des milieux différents, qui ont des expériences similaires aux vôtres et ne devraient pas être limités au même sexe.

Que diriez-vous aux jeunes femmes/hommes d’aujourd’hui d’entrer dans le marché des pièces de rechange et de travailler à un emploi qu’ils pourraient aimer ?

Je le dis tout le temps… nous passons plus d’heures par jour avec les gens avec lesquels nous travaillons qu’avec nos propres familles. C’est triste, mais vrai !

L’un des meilleurs aspects du marché de l’après-vente est la grande variété d’emplois qu’il offre dans différentes professions : finance, vente, marketing, logistique, réparation de véhicules, service clientèle et bien d’autres encore… les possibilités sont infinies.

Je pense que les jeunes professionnels qui entrent dans le secteur de l’après-vente sont très recherchés et peuvent avoir une longue et fructueuse carrière s’ils le souhaitent.

Quel est votre point de vue sur le secteur des pièces de rechange aujourd’hui ?

«Un environnement en mutation rapide» serait un euphémisme, c’est le moins qu’on puisse dire. Les progrès technologiques exigés dans les nouveaux véhicules augmentent à un rythme record et modifient la manière dont les ASP fournissent leurs services.

Plus que jamais, ils doivent faire des investissements importants pour embaucher des techniciens hautement qualifiés ; ils achètent des outils et des équipements plus sophistiqués, et offrent un niveau de service supérieur à celui des ENP à leurs clients.

Les besoins des ASP vont en amont de là à leur partenaire fournisseur, ce qui nécessite des délais de livraison plus courts, de sorte que l’ASP a une plus grande efficacité de magasin.

La nécessité d’une efficacité accrue, de coûts d’exploitation réduits et d’un service plus rapide pose un défi à tous les niveaux de la chaîne de distribution et il faut un effort coordonné pour s’adapter à ces demandes croissantes.

Et voici Susan Hitchon… directrice des produits du marché secondaire, directrice nationale des ventes, directrice des ventes au Canada, chef du développement commercial mondial, mentor, première femme à occuper le poste de présidente de l’AIA Canada et maintenant enseignante/formateur.

Une carrière vraiment remarquable pour une femme vraiment remarquable dans le marché secondaire de l’automobile!

 

Catégories : Éditorial, Mécanique

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

janvier, 2022

Nos partenaires

Menu
X