fbpx

CCIF Calgary 2023 : Technologie, formation et techniciens

Autosphere » Carrosserie » CCIF Calgary 2023 : Technologie, formation et techniciens
CCIF Calgary 2023 a eu lieu au Westin Calgary Airport, les 6 et 7 octobre.
Jeff Labanovich, président de la CCIF, souhaite la bienvenue aux participants de la CCIF Calgary 2023.
Mike Hughes, du SAIT, a évoqué les initiatives actuelles en matière d'éducation et de formation mises en place par l'institut pour attirer de nouveaux talents dans le secteur de la réparation de carrosserie.
Nick Dominato, directeur du développement des produits chez I-CAR, a donné un aperçu de la croissance explosive de l'étalonnage ADAS et de la manière dont les ateliers devraient en tirer parti.
Peter Kalantzis (à droite) et Michelle Li, d'Aviva Canada, ont discuté d'ESG et des façons dont les réparateurs de carrosserie peuvent améliorer la durabilité environnementale.
Taylor Moss, d'OEConnection, explique comment construire une « centrale » de réparation de carrosserie.
Cecile Bukmeier, présidente du programme NAIT, a discuté de la pénurie de techniciens et des moyens de former et de retenir les talents à long terme.
Jeff Wildman de BASF a donné un aperçu des développements en matière de revêtements conçus pour fonctionner avec des capteurs radar avancés et des systèmes ADAS.
Les participants sont venus des quatres coins du pays pour assister à la conférence CCIF Calgary 2023.
Photos Huw Evans

Ces sujets essentiels étaient au cœur du troisième et dernier évènement de l’année.

Les 6 et 7 octobre, les professionnels de l’industrie de la réparation de carrosserie et les principales parties prenantes se sont réunis pour le troisième évènement de l’année du Forum canadien de l’industrie de la carrosserie (CCIF).

Cet évènement, qui s’est déroulé à l’hôtel Westin Calgary Airport, a offert de nombreuses possibilités de réseautage et a permis aux participants d’assister à des conférences de grande qualité. Après la réception de réseautage du 6 octobre, le président du CCIF, Jeff Labanovich, a donné le coup d’envoi de la partie officielle de l’évènement le 7 octobre. M. Labanovich a rappelé l’importance des trois piliers qui influent aujourd’hui sur la réparation de carrosserie : la rentabilité et la durabilité, le personnel et la complexité des véhicules, et la nécessité d’apporter le bon contenu et les bonnes conversations à la table de discussion.

« Qu’apportons-nous à l’industrie lorsque nous parlons de rentabilité ? a demandé M. Labanovich. Comment allons-nous résoudre notre déficit en ressources humaines – nos talents, notre formation ? », a-t-il ajouté, tout en reconnaissant certaines des discussions prometteuses qui se déroulent au sein du Comité directeur du CCIF.

Un plus grand engagement

M. Labanovich a également évoqué les progrès incessants actuels de la technologie automobile et la manière dont la complexité croissante des véhicules offre également la possibilité d’un engagement encore plus grand avec les constructeurs pour garantir que les véhicules sont réparés correctement et efficacement.

M. Labanovich a souligné qu’en fin de compte, une communication ouverte et claire entre toutes les parties prenantes de l’industrie de la carrosserie est essentielle pour garantir un avenir brillant et prospère au secteur. Il a également fait remarquer que les conversations positives d’aujourd’hui conduisent à une plus grande participation des constructeurs aux réunions à venir, et il a encouragé davantage d’ateliers individuels et leurs équipes à y participer. En soulignant l’importance de la participation et de l’implication active dans le CCIF, M. Labanovich a fait remarquer que les avantages pour toutes les parties prenantes sont très importants.

En ce qui concerne la nouvelle année, Labanovich a également annoncé qu’à l’évènement CCIF Toronto (8-9 février), le format populaire du salon professionnel sera de retour pour 2024, offrant aux vendeurs, aux commanditaires et aux parties prenantes de l’industrie la possibilité de présenter leurs derniers produits et solutions. De plus, le format de trois évènements par an sera modifié pour passer à deux évènements, avec un deuxième forum prévu à Montréal du 19 au 20 septembre.

La raison de ce changement, a indiqué M. Labanovich, est de promouvoir une valeur ajoutée en concentrant l’attention sur deux évènements très fréquentés du calendrier – en tenant compte des engagements de temps des acteurs de l’industrie, et de la capacité à fournir un contenu riche et stimulant, ainsi que de nombreuses possibilités d’hébergement et de réseautage.

Après M. Labanovich, Mike Hughes, président du programme de formation en carrosserie du Southern Alberta Institute of Technology (SAIT), a pris la parole.

Tous les horizons

M. Hughes a parlé de la nécessité d’attirer des personnes de tous horizons vers le métier de carrossier et a mentionné qu’un grand défi, même aujourd’hui, est le manque de sensibilisation du public à ce qu’est la réparation de carrosserie et aux possibilités offertes. « Nous avons besoin de nouveaux talents », a expliqué M. Hughes, en soulignant qu’il est important de créer des opportunités non seulement pour former les gens, mais aussi pour qu’elles correspondent à leur style de vie. À cette fin, M. Hughes a souligné que son objectif au CCIF était de fournir des idées au niveau national que les principales parties prenantes pourraient ramener chez elles et discuter avec les collèges locaux pour promouvoir les métiers spécialisés et la réparation de carrosserie.

En Alberta, M. Hughes a expliqué que le secteur de la carrosserie connaît un taux de croissance annuel d’environ 2 %, avec 4100 emplois dans la province et 77 nouveaux postes disponibles chaque année. Avec un total de 7300 postes actuellement ouverts et seulement 6200 personnes disponibles pour les occuper, il y a une importante pénurie de main-d’œuvre – une raison pour laquelle le SAIT se concentre sur de nouvelles solutions pour attirer les gens dans le métier.

Il s’agit notamment de :

  • Turning Points – un programme destiné aux jeunes à risque âgés de 18 ans et moins, conçu pour fournir une expérience authentique et engageante dans le but de leur permettre de choisir une carrière dans les métiers spécialisés qui les attire. Des bourses sont également disponibles pour permettre à ces étudiants de poursuivre une carrière dans le domaine de la carrosserie automobile.
  • Building Futures – Un programme de six semaines dans le cadre duquel les élèves ont la possibilité de construire une maison et de se familiariser avec le secteur des métiers, tout en acquérant des compétences non techniques.
  • Exploring Transportation Trades – un programme de 15 semaines parrainé à la fois par l’industrie et le gouvernement provincial, qui accueille des élèves de 14 écoles différentes du district de Calgary. Le programme comprend une formation de base ainsi qu’une formation aux premiers secours et à d’autres pratiques de sécurité, notamment le Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) et la protection contre les chutes. M. Hughes a fait remarquer que ce programme s’avère déjà être un programme d’introduction très efficace pour les élèves de 11e et 12e année (secondaire 5), qui leur permet de comprendre ce qu’est réellement la réparation de carrosseries, ce qui constitue un solide tremplin vers une carrière enrichissante dans les métiers de la carrosserie et de la peinture automobile.

Si l’on ajoute à cela les programmes existants du SAIT, notamment son programme d’apprentissage enregistré (RAP), les multiples journées portes ouvertes et évènements éducatifs, ainsi que la participation active à la compétition provinciale Skills / Compétences Canada, les possibilités pour les étudiants d’entrer dans les métiers de la carrosserie et de la peinture automobile et d’y réussir n’ont jamais été aussi nombreuses. Le SAIT dispose également d’un groupe d’initiatives pour la jeunesse qui assure la liaison avec les écoles secondaires et les collèges locaux afin de promouvoir les métiers spécialisés et d’accroître la sensibilisation à ce qui s’est avéré, à maintes reprises, être une opportunité de carrière vitale et enrichissante.

Passant de l’éducation et de la formation à ce qui se passe réellement au niveau de la réparation dans l’industrie, Nick Dominato, directeur de la gestion des produits pour I-CAR, s’est penché sur la taille du marché de l’étalonnage ADAS et sur les nouveaux développements technologiques.

Un marché en pleine explosion

M. Dominato a fait remarquer qu’à l’heure actuelle, le marché des systèmes d’aide à la conduite (ADAS) est en pleine explosion. La plupart des véhicules de six ans ou plus récents sont équipés d’une technologie ADAS et, d’ici 2030, on s’attend à ce que 80 % de tous les véhicules entrant dans un atelier de carrosserie aient besoin d’un étalonnage ADAS.

M. Dominato a expliqué qu’au Canada, environ 1,2 million de véhicules sont réparés chaque année et que, sur ce nombre, environ 140 000 ont été étalonnés en 2022. Cela représente un taux d’étalonnage global de 11 % et un marché de 51 millions de dollars.

Comme un atelier typique traite environ 50 véhicules par mois et n’en étalonne que six, M. Dominato estime que notre industrie passe à côté d’une énorme opportunité. « Nous devons mieux identifier les calibrages ADAS », a déclaré M. Dominato. Sur la base des tendances actuelles, avec 2/3 des étalonnages non identifiés ou non effectués, le marché devrait passer de 51 millions à 150 millions de dollars d’ici 2030. Toutefois, si les ateliers et l’industrie s’y mettent, M. Dominato note que le marché pourrait croître de 25 % par an, pour atteindre 370 millions de dollars d’ici à 2030.

Plus compliqué

En ce qui concerne les nouvelles technologies, M. Dominato a expliqué que la complexité des véhicules continuera d’augmenter, les FEO étant de plus en plus préoccupés par le risque de cybersécurité lorsqu’il s’agit d’électronique, y compris les informations sur les réparations et les systèmes ADAS. Traduction ? La réparation des véhicules va devenir plus compliquée et plus difficile à l’avenir, avec davantage de procédures et de vérifications de fonctionnement. « Il se peut que vous ayez à programmer un capteur, à vous connecter au nuage, à procéder à l’étalonnage et à la vérification du fonctionnement. Ce sera l’état d’esprit requis », a déclaré M. Dominato. En soulignant l’augmentation des exigences en matière de tests de puissance des radars, où par exemple, les ateliers doivent vérifier si un pare-chocs peint obstrue le fonctionnement du capteur radar, l’idée de demander si une voiture a besoin d’un étalonnage ADAS n’est plus valable. Les ateliers et les techniciens doivent plutôt se demander « quel ensemble de processus est nécessaire pour réparer correctement ce véhicule ».

Les pratiques de gouvernance environnementale et sociale (ESG) sont un autre domaine de l’espace de réparation des collisions qui attire de plus en plus l’attention, en particulier celle des assureurs. Pour donner une idée de ce que sont ces pratiques et de ce qu’elles signifient pour les carrossiers, Peter Kalantzis, vice-président adjoint, indemnisation automobile, estimation et chaîne d’approvisionnement, et Michelle Li, vice-présidente, planification, performance et partenariat d’entreprise chez Aviva Canada, ont donné une vue d’ensemble et expliqué comment les ateliers peuvent promouvoir des pratiques durables en matière d’environnement lorsqu’il s’agit de sinistres. Parmi les domaines clés qui peuvent faire la différence, citons l’utilisation d’un éclairage DEL, d’un toit blanc qui reflète mieux la lumière du soleil et réduit l’absorption de la chaleur, ainsi que le fait de se concentrer davantage sur la réparation des pièces et moins sur leur remplacement. M. Kalantzis fait remarquer que dans ce type de scénario, non seulement la réparation est plus rentable pour l’atelier (puisque les taux de main-d’œuvre sont plus élevés), mais le processus de réparation est également accéléré puisque le travail est achevé plus rapidement, ce qui signifie que le client récupère son véhicule plus vite, renforçant ainsi la relation entre lui et le centre de réparation de carrosseries. Lorsque le remplacement des pièces est la seule option possible, le fait de travailler avec des recycleurs automobiles plutôt que d’acquérir des pièces d’origine ou de marché secondaire nouvellement fabriquées peut s’avérer très avantageux en termes de réduction des coûts, d’empreinte carbone et d’accélération des réparations.

Il ne fait aucun doute qu’aujourd’hui, de nombreuses entreprises, y compris les réparateurs de carrosserie, sont confrontées à une multitude de défis. Taylor Moss, responsable de l’équipe Repair Intelligence chez OEConnection, a examiné les stratégies et tactiques éprouvées pour se préparer aux opportunités futures en se penchant sur quatre domaines clés des opérations commerciales. Les voici :

  • Expérience client
  • Processus de réparation
  • Aiguiser la scie
  • Pratiques financières

En ce qui concerne l’expérience client, M. Moss a déclaré qu’il était impératif que les ateliers disposent d’un parcours client documenté et qu’ils le suivent. Dans le cadre de ce parcours, il est essentiel de communiquer régulièrement des mises à jour, afin que le client sache comment la réparation progresse et puisse planifier en conséquence. En outre, la fourniture de services à valeur ajoutée tels que le nettoyage du véhicule, l’esthétique et le suivi après la livraison du véhicule peut faire une grande différence en ce qui concerne l’expérience et la satisfaction du client.

En ce qui concerne le processus de réparation, M. Moss a souligné l’importance de disposer d’un plan de réparation écrit et documenté et de connaître le rôle de chaque employé dans les opérations de l’atelier. En outre, il a déclaré qu’il était essentiel d’identifier les points forts de chaque employé et de les exploiter pour améliorer la productivité globale. Une bonne rémunération, des avantages sociaux et des congés sont également des éléments essentiels sur le marché du travail hautement concurrentiel d’aujourd’hui. En les offrant, non seulement vos employés seront plus enclins à rester, mais ils seront également plus performants.

Protéger le personnel

Pour affûter la scie, M. Moss a déclaré qu’il était important de mettre en place les bons processus pour protéger le personnel des dangers liés aux travaux de réparation, tels que les travaux sur les véhicules électriques et les systèmes à haute tension. Il est également essentiel d’investir dans les nouvelles technologies et de se tenir au courant des procédures de réparation, des mises à jour logicielles et des autres pratiques commerciales nécessaires pour effectuer des réparations efficaces et de qualité. En outre, M. Moss a fait remarquer que la propreté et l’organisation de l’atelier, ainsi que le fait de disposer d’outils bien entretenus et remplacés aux intervalles requis, sont également des aspects essentiels d’un atelier performant et bien géré.

Le dernier élément qu’il a abordé est celui des finances. Il s’agit notamment d’assurer le suivi de toutes les factures, de percevoir tous les paiements et d’établir des plans de réparation appropriés qui intègrent tous les coûts associés à la réalisation de chaque réparation. En outre, il est essentiel de connaître les indicateurs clés de performance et le montant des bénéfices réalisés par l’atelier chaque mois et chaque année pour suivre les progrès accomplis. Enfin, une équipe de professionnels de la finance est également essentielle pour s’assurer que l’entreprise reste sur la bonne voie et qu’elle est gérée de manière efficace et rentable.

Cecile Bukmeier, présidente du programme, Northern Alberta Institute of Technology (NAIT), a parlé des tendances des techniciens dans le domaine de la réparation de carrosserie. Ancienne participante au concours provincial, national et mondial des métiers et formatrice en apprentissage, Mme Bukmeier a parlé de la stigmatisation qui existe encore autour des métiers spécialisés et du fait qu’ils ne mènent pas à la réussite professionnelle, alors qu’en réalité, c’est souvent le contraire qui est vrai.

Elle a fait remarquer que l’augmentation du nombre d’ateliers sous bannière et de MSO (exploitants de plusieurs ateliers) permet d’établir une norme uniforme pour les réparations et les procédures opérationnelles, et que les nouvelles technologies permettent des réparations plus propres et un environnement de travail nettement amélioré. Néanmoins, de nombreux ateliers ont encore des difficultés à recruter des techniciens. L’un d’entre eux concerne non seulement la perception du métier par le public, mais aussi les attentes des jeunes. Selon Mme Bukmeier, il est important de comprendre qu’un apprentissage représente aujourd’hui un investissement dans l’avenir de la carrière d’un individu, ce qui signifie que même si le salaire initial n’est pas très élevé, au fil du temps, les avantages dépassent de loin l’investissement initial et que, contrairement aux diplômes universitaires traditionnels, ces apprentis peuvent gagner leur vie en apprenant.

Une grande diversité

Néanmoins, des défis importants se posent. La main-d’œuvre d’aujourd’hui est très diversifiée, avec davantage d’immigrants et de femmes qui choisissent des métiers qualifiés tels que la réparation de carrosseries et la peinture automobile. Mme Bukmeier reconnaît qu’au départ, les barrières linguistiques peuvent poser problème, mais cela ne devrait pas décourager les propriétaires et les gérants d’ateliers, surtout si les nouveaux arrivants se révèlent très compétents et prêts à apprendre les processus et les procédures appropriés. En outre, comme de plus en plus de femmes se lancent dans le commerce, il y a davantage de possibilités d’avoir des points de vue différents lorsqu’il s’agit d’aborder la question des collisions. Néanmoins, des défis subsistent. De nombreux jeunes d’aujourd’hui ne possèdent pas les compétences manuelles de base, en raison du manque d’investissement et de la fermeture des programmes traditionnels d’atelier et techniques dans les lycées au cours des dernières décennies.

Ils ont également des attitudes différentes, car beaucoup d’entre eux veulent faire un « travail utile », c’est-à-dire contribuer à la fois à l’organisation et à la communauté locale, et avoir un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée (ne pas avoir à faire des emplois supplémentaires juste pour mettre de la nourriture sur la table). En outre, Mme Bukmeier a fait remarquer que les jeunes d’aujourd’hui sont également tournés vers l’avenir, qu’ils veulent voir où leur carrière les mènera et qu’ils ne la considèrent pas seulement comme un emploi où ils échangent leur temps contre de l’argent.

« Ils veulent apprendre à travailler sur les voitures et à les réparer correctement, mais ils ne veulent pas être ce technicien de 60 ans qui cherche quelqu’un pour le remplacer. »

Solutions de revêtement

La dernière session de la journée a été présentée par Jeff Wildman, expert du marché secondaire automobile chez BASF. M. Wildman a abordé la question de la fonctionnalité des capteurs radar, soulevée plus tôt dans la journée par Nick Dominato, et a expliqué comment BASF travaillait activement sur des solutions de revêtement pour résoudre le problème de la perturbation des capteurs causée par la peinture et la pigmentation.

« Les revêtements [aujourd’hui] font partie intégrante des systèmes ADAS », a expliqué M. Wildman. Il a noté que, souvent, les couleurs métalliques peuvent poser un problème en raison de la taille et de la forme des paillettes métalliques et de la façon dont elles se déposent sur le revêtement lui-même. « Tous ces éléments ont un impact sur le fonctionnement des capteurs radar », a-t-il ajouté.

C’est pourquoi, selon lui, il est impératif de suivre les fiches techniques publiées par BASF et d’autres fabricants de revêtements, qui sont essentiellement des directives du constructeur sur la manière de réparer le véhicule et d’appliquer les revêtements. Il a également souligné l’importance de fournir les bonnes informations aux estimateurs afin qu’ils puissent faire correctement leur travail et parler aux assureurs et aux clients, en veillant à ce que le travail soit effectué et que chaque partie prenante soit consciente des processus impliqués et de la raison pour laquelle ils doivent être exécutés.

S’agissant des réparations sûres et adéquates, M. Wildman a mis l’accent sur cinq facteurs clés :

  • Procédures de réparation
  • Équipement
  • Connaissances
  • Processus
  • Individus

En tenant compte de tous ces éléments, les ateliers peuvent gagner du temps, s’assurer que les réparations sont effectuées correctement et de manière cohérente, tout en renforçant leur réputation et leur rentabilité. Il a souligné qu’il était important de tenir compte de ces facteurs, car « aucune autre industrie ne connaît une évolution technologique aussi rapide que l’industrie automobile ».

 

Catégories : Carrosserie, Éditorial
Étiquettes : CCIF, Évènement

EMPLOIS

 
ProColor Brossard
Peintre
 
  BROSSARD
  Permanent
 
 
SUBARU DES SOURCES
Commis aux pièces
 
  DORVAL
  Permanent
 
 
Chaput Automobile
Préposé.e à l'esthétique automobile
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Chaput Automobile
Technicien.ne de classe 2 ou 3 - à partir de 30 $ de l'heure selon l'expérience
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Porsche Rive-Sud
Conseiller.ère technique interne
 
  SAINT-HUBERT
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES