fbpx

Tirez le meilleur de ce que vous avez

Les alignements peuvent être l'un des plus grands centres de profit, à condition qu'ils soient bien tarifés et réalisés correctement. PHOTO Huw Evans

Ayant grandi dans le magasin de pneus de son père, Chris Hudson a toujours eu le sentiment que l’industrie avait sous-évalué les prix et les alignements.

«C’est le coût le plus important pour l’atelier, en termes d’équipement et d’entretien», explique le propriétaire de OK Tire à Transcona, au Manitoba. «La plupart des ateliers le font pour 69,95 $, et ils attirent le mauvais client.»

Chris Hudson, propriétaire, OK Tire, Transcona, Manitoba. PHOTO Courtoisie OK Tire

Hudson fait payer 149,95 $ pour un alignement, et attire ainsi un client plus qualifié. «Je ne m’excuse pas d’avoir augmenté le prix», dit-il. «Je fais peut-être moins d’alignements, mais ils sont meilleurs et mes techniciens sont payés correctement. Ils prennent leur temps et font un très bon travail».

L’alignement doit être vendu comme une valeur pour le client. «J’ai dû former à nouveau les techniciens de l’avant, quand ils vendent des pneus», dit Hudson. «Recommandez un alignement. La facture moyenne pour les pneus avoisine maintenant les 1 000 $. Ces 150 $ supplémentaires sont une bonne assurance pour votre investissement dans les pneus.»

Mise à niveau il y a quatre ans

Il a modernisé son équipement d’alignement il y a quatre ans. «Nous devions déterminer qui était notre clientèle et sur quoi nous faisions des alignements. Nous sommes en ville, donc nous n’avons pas beaucoup de camions d’une tonne ou de diesels. Nous avons aussi des problèmes d’espace». Après avoir consulté d’autres magasins OK Tire, Hudson s’est décidé pour le Hoffman Geoliner 67.

Il y a environ un an, Hudson a adopté la technologie AutoServe1 dans son atelier. «Cela a été un facteur énorme dans notre retour sur investissement», dit-il. «Les techniciens l’apprécient et la communication entre les techniciens et moi, puis entre moi et le client, a considérablement augmenté. Les habitudes des clients changent. Ils veulent juste être informés par téléphone».

Lorsque son atelier se met au travail pour effectuer une inspection correcte, Hudson a remarqué que le nombre de clients qui donnent leur accord a considérablement augmenté. «Nous remarquons que le prix ne semble pas être un problème car le client voit l’inspection de ses yeux», dit-il. «Cela aide à établir la confiance».

Il y a eu une courbe d’apprentissage. «J’ai dû mettre une tablette dans les mains de tous mes techniciens, qu’ils aient 18 ou 65 ans», dit Hudson. «Il y a eu des difficultés à apprendre à utiliser l’appareil photo et à enregistrer des choses. Même les plus jeunes ont trébuché.»

Faciliter les conversations

Un autre fan du système AutoServe1 est Jeff Cho, directeur des services mécaniques de Fountain Tire Ltd. «Le bon outil d’inspection aide à faciliter la conversation avec le client, ce qui est l’une de nos plus grandes priorités», dit-il. «Avec l’AutoServe1, nous pouvons prendre des vidéos et des photos tout au long du processus d’inspection afin de montrer aux clients ce qui se passe exactement avec leurs véhicules sur une plateforme numérique».

Jeff Cho, responsable, Services Mécaniques, Fountain Tire Ltd. PHOTO Courtoisie de Fountain Tire

Le système a été déployé dans la plupart des 160 magasins Fountain Tire de l’ouest et du centre du Canada. «Nous avons reçu de nombreux commentaires et les clients apprécient de pouvoir voir ce qui se passe avec leur véhicule et ce qui se passe à l’arrière du magasin», explique Cho.

Les véhicules sont immobilisés depuis un certain temps en raison de la pandémie. «Nous pourrions avoir des problèmes pour expliquer le grincement d’une poulie», dit Cho. «La meilleure façon d’expliquer est de prendre une vidéo du grincement de la poulie pour que le client puisse voir ce que le technicien voit».

C’est aussi un outil numérique, qui permet aux magasins et aux clients de communiquer en toute sécurité, en respectant les protocoles de santé publique. «Parfois, les clients veulent se rendre à l’arrière du magasin, mais maintenant ils n’ont plus besoin de cette interaction, ils peuvent voir directement sur leur téléphone.»

Angle de poussée arrière

Une statistique de l’AIA Canada indique que, bien que 2,2 jeux de pneus soient vendus chaque jour au Canada, seuls 1,7 alignements sont effectués. «Cela signifie que nous n’inspectons pas les voitures», déclare John Peron, directeur général de Hunter Engineering pour le Canada. «Si je mets des pneus sur une voiture qui est mal alignée, et peut-être mal équilibrée, je n’aurai pas un client satisfait car il y a un risque d’usure prématurée des pneus».

John Peron, Directeur responsable, Canada, Hunter Engineering. PHOTO Courtoisie de Hunter Engineering

De nombreux véhicules d’aujourd’hui ne nécessitent pas seulement un alignement mécanique. «Tout véhicule fabriqué après 2012 est potentiellement équipé d’un capteur d’angle de braquage qui doit être réinitialisé», explique M. Peron. «Si vous n’avez pas d’équipement qui peut communiquer avec le véhicule, comment allez-vous gérer cela pour le client ?»

Les responsables ont un message cohérent : lorsqu’un alignement est effectué, l’angle de poussée arrière est réglé. «Vous ne pouvez pas réinitialiser correctement l’ADAS (Advanced Drivers Assist System) si l’angle de poussée arrière n’est pas correct», explique M. Peron.

Lorsque les véhicules changent, l’équipement doit changer aussi. «Si vous voulez maximiser le retour sur investissement de ce que vous avez, vous devez le faire en inspectant le véhicule», dit Peron. «Et ensuite vous pouvez prendre des décisions stratégiques au sein de votre organisation si vous devez mettre à niveau votre équipement».

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X