fbpx

Couvrir ses paris

Autosphere » Parc » Couvrir ses paris
Est-il temps pour les flottes de conclure des contrats de carburant dans l'espoir d'économiser de l'argent à la pompe ? PHOTO Unsplash

Dans un monde parfait, certains gestionnaires de parc auraient pu conclure des ententes de carburant bien avant que les prix ne deviennent aussi élevés qu’aujourd’hui. L’essence se vendant désormais à 2 $/litre ou plus, est-ce le moment de conclure des accords avec les fournisseurs ?

« En ce qui concerne la couverture de carburant, il est maintenant trop tard », déclare Steven Jastrow, vice-président, conseil et analyse chez Element Fleet Management. « À moins que vous ne pensiez que les prix vont encore grimper beaucoup. »

Par ailleurs, les fournisseurs de carburant savent où se situent les prix aujourd’hui et ont fait leurs propres prévisions quant à leur évolution dans un avenir proche. La couverture de carburant n’aurait de sens, ajoute M. Jastrow, que si vous pensez que les prévisions des fournisseurs de carburant sont fausses et que vous vous attendez à ce que les prix dépassent les prévisions de l’industrie.

M. Jastrow ajoute que la couverture est une arme à double tranchant. Vous pourriez gagner si les prix montent vraiment, ou perdre si les prix redescendent. « Je ne suis pas sûr que je suggère aux parcs de poursuivre une stratégie de couverture, ajoute-t-il, C’est vraiment quelque chose que leurs équipes financières devraient examiner dans le cadre d’une stratégie globale de couverture contre l’inflation. »

Andy Hall, directeur des produits de carburant et de véhicules électriques chez Holman, prévient que les couvertures ne sont pas à la portée de tous les parcs. « En général, il faut faire un volume assez important, explique-t-il. Habituellement, le seuil se situe autour de 90 000 litres par mois, que ce soit pour le gaz ou le diesel. Il faut donc que le volume soit important, que la planification soit très avancée et que la direction financière soit à l’aise avec l’idée. »

Désarroi à la pompe

Malheureusement, pour de nombreux parcs, le coût à la pompe va être difficile à négocier, soutient M. Jastrow. « Si vous deviez passer au ravitaillement en vrac, vous seriez en mesure de négocier un rabais », ajoute-t-il. « Cela fonctionne si vous avez un dépôt, et que vous avez un approvisionnement en carburant sur place. Mais la majorité de nos clients font le plein dans des stations-service ordinaires, et ils sont limités en termes de négociation de meilleurs prix. »

Les parcs qui profitent d’un programme de cartes de carburant pourraient bénéficier de remises déjà intégrées au programme, mais M. Jastrow estime qu’il serait difficile de négocier des remises supplémentaires en plus de celles qui sont déjà offertes.

Cela dit, il y a d’autres bonnes raisons de surveiller les dépenses avec un programme de carte carburant. « Un programme de gestion des carburants est important, car lorsque les prix des carburants augmentent, vous êtes plus susceptible d’être victime de fraude », explique M. Jastrow.

Ashley Hyland, gestionnaire de compte chez Holman, suggère que les parcs examinent de plus près le programme de carte de carburant qu’elles utilisent. « Quelle est la remise ? demande-t-elle. Pouvez-vous négocier un rabais plus important en fonction de votre volume ? »

Elle recommande également de surveiller plus attentivement les dépenses de carburant. « Parfois, les dépenses en carburant peuvent être le signe d’autres problèmes, explique-t-elle. Il faut donc mettre en place des rapports, surveiller ses dépenses pendant le week-end, surveiller vos achats de supercarburant, surveiller les moments d’achat de carburant hors du champ d’application, et des choses comme ça. Ce sont toutes des choses que vous pouvez faire dès maintenant pour avoir un impact sur le résultat net. »

Kevin Tait, spécialiste du carburant, approvisionnement mondial chez Holman, affirme que les grands parcs ne doivent pas hésiter à négocier de meilleures remises avec les fournisseurs de carburant. « Lorsque nous avons de gros clients, je contacte les grandes compagnies pétrolières, je leur fournis des mesures de volume potentiel et, la plupart du temps, s’il y a un volume important,[we can get a more favourable price] Je ne citerai pas de noms, ajoute-t-il, mais il y en a quelques-uns qui sont venus nous voir spontanément pour nous demander si nous pouvions leur offrir une meilleure remise. C’est donc tout à fait possible, et c’est quelque chose que nous avons certainement la capacité de faire. »

Solutions rapides

Si vous pensez à des additifs ou à d’autres solutions rapides pour améliorer l’économie de carburant de votre parc, Keith Lamb, gestionnaire de parc chez 4Refuel, dit avoir essayé un certain nombre de produits, mais rien ne semble fonctionner.

« En tant que parc, nous avons essayé un certain nombre de solutions, explique M. Lamb. L’une d’elles était un système d’injection d’hydrogène installé sur nos moteurs diesel. Il génère de petites quantités d’hydrogène, puis l’injecte directement dans le système. Pendant la compression, il utilise l’hydrogène pour augmenter la puissance et réduire la consommation de carburant. Nous l’avons essayé sur cinq camions pendant six mois, mais l’économie de carburant est restée pratiquement inchangée pour ces actifs. Nous avons également essayé des additifs, mais les résultats étaient négligeables. »

Après avoir investi dans un certain nombre de solutions, M. Lamb conclut qu’une approche plus basique pourrait être la meilleure lorsqu’il s’agit de réduire les coûts de carburant. « La meilleure façon d’économiser du carburant est de réduire le temps de marche au ralenti. »

Il ne sera pas facile d’échapper à la flambée des prix du carburant. Les experts s’accordent à dire que la surveillance du comportement des conducteurs et la réduction de la fraude à l’aide d’un programme de gestion du carburant sont probablement les meilleures solutions jusqu’à ce que les choses reviennent à une certaine normalité.

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : , ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X