fbpx

La communauté des gestionnaires de parc avec Frédéric Dubé

Frédéric Dubé, administrateur à la NAFA chapitre du Québec et Directeur Gestion des actifs mobiles chez ArcelorMittal Exploitation minière Canada, nous a parlé du rôle du gestionnaire de parc. CRÉDIT Autosphere.ca

Nous avons discuté le 13 avril dernier, avec Frédéric Dubé, administrateur à la NAFA chapitre du Québec et Directeur Gestion des actifs mobiles chez ArcelorMittal Exploitation minière Canada, des enjeux des gestionnaires de parc.

Cette entrevue vidéo a tout d’abord mis en relief l’importance du rôle du gestionnaire de parc au sein d’une entreprise dont les opérations reposent en partie sur des véhicules de production ou de livraison, peu importe leurs tailles.

« Le premier aspect à prendre en compte est l’importance de la reconnaissance de la fonction au sein des entreprises, explique-t-il. C’est un métier très peu connu, ce sont des gens qui sont amoureux des équipements et des véhicules. Il faut faire valoir que cette fonction est vraiment nécessaire dans toute la chaîne de valeur de l’entreprise. Avoir une légitimité au sein de l’entreprise est un défi en soi. »

Comme l’explique M. Dubé, le gestionnaire de parc doit être un joueur d’équipe, il doit comprendre les prérogatives des autres départements. C’est à lui de faire rayonner les avantages d’une bonne gestion des parcs véhiculaires.

La réalité des véhicules a aussi changé au fil des dernières années avec l’essor de l’électronique et de l’informatique. Cela a un impact autant sur les gens qui entretiennent et réparent ces véhicules, mais aussi sur les gestionnaires de parc.

À ce sujet, on n’a qu’à penser qu’à la télématique ou encore à l’aspect législatif, des sujets qui changent constamment.

Développer ses connaissances

Cela fait dire à M. Dubé que le gestionnaire de parc doit développer un spectre de connaissances.
C’est d’ailleurs la raison principale de son engagement auprès du chapitre québécois de la NAFA. Mentionnons que notre invité est l’un des rares Québécois à avoir complété la certification CAFM (Certifed automotive fleet manager).

« J’aime bien à la base avoir les connaissances théoriques. Je cherchais une certification qui était reconnue et qui me permettrait d’aller chercher des bases en gestion de parc, explique-t-il. La NAFA offre une approche très structurée. Elle offre une formation nord-américaine, autodidacte, appuyée par des ressources qui peuvent nous accompagner. »

Selon lui, peu importe le bagage du gestionnaire, ce programme permet d’aller chercher des connaissances dans huit sujets majeurs reliés à la gestion de parc, allant de la gestion des carburants au développement professionnel en passant par l’analyse du risque.

Une communauté

Évidemment, la formation est toujours enrichie par des rencontres avec d’autres membres de la NAFA d’ici et de partout en Amérique du Nord, rencontres mises en suspens dans le contexte que nous connaissons.

Selon M. Dubé, la création d’une telle communauté de gestionnaires, qui vivent souvent les mêmes situations, permet de partager l’information.

« Souvent on réalise que nous partageons les mêmes enjeux, quel que soit le type de parc véhiculaire, constate-t-il. Malgré la pandémie il a toujours été possible de poursuivre ces échanges parmi la communauté. C’est un des côtés positifs de la pandémie d’avoir effacé les distances. » Pour preuve, cette entrevue réunissait deux personnes distantes de plus de 800 kilomètres.

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes : , , , ,

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

mai, 2021

Nos partenaires

Menu
X