fbpx

L’éveil

Une pénurie de nouveaux véhicules dans un avenir proche, amène de nombreux parcs à repenser leur stratégie. PHOTO General Motors

Les parcs canadiens reprennent leurs activités alors que l’économie se réveille d’une longue pause.

Alors que l’économie canadienne se réveille lentement d’un profond sommeil induit par le COVID-19, les gestionnaires de parcs préparent leurs véhicules et leurs conducteurs pour les opérations quotidiennes dans des conditions très éprouvantes.

Les derniers mois n’ont pas été faciles, mais il semble y avoir une lumière au bout du tunnel. «Nous allons définitivement sortir de cette situation», déclare Basil Marcus, directeur commercial de Foss National Leasing.

Comme Foss dessert des parcs de tailles diverses – du commerce local jusqu’aux grands parcs d’entreprise -, ils ont une fenêtre sur un large échantillon du marché des parcs.

«Nous constatons une activité générale», ajoute M. Marcus. «C’est très rassurant. Nous voyons beaucoup plus de gens retourner au travail.»

La revente a été interrompue pendant tout le mois d’avril et une grande partie du mois de mai, avec des signes de vie et un démarrage des enchères en ligne en juin.

En outre, les concessionnaires ont commencé à s’ouvrir, et lorsque cela s’est produit, ils ont eu besoin de stocks, ce qui a contribué à revaloriser les valeurs.

«Les résidus ont été importants, en particulier dans le segment des camions, et cela a aidé nos clients à déplacer certains de leurs véhicules en ce moment afin qu’ils puissent sortir des véhicules qu’ils étaient censés sortir il y a quelques mois», explique M. Marcus.

Il y a également une forte demande de la part des acheteurs américains. Ils achètent virtuellement et expédient ces véhicules à travers la frontière. «Cela fait une énorme différence», ajoute M. Marcus.

Les meilleures pratiques

S’il est facile de se laisser prendre aux besoins du présent, M. Marcus dit qu’il conseille à ses clients de planifier l’avenir.

Par exemple, s’il est possible de commencer à commander de nouveaux véhicules dès maintenant, ils ne seront probablement pas mis en production avant la fin de l’année, ce qui signifie que les parcs ne pourront pas en prendre livraison avant le début de la nouvelle année.

Ainsi, si les parcs veulent de nouveaux véhicules le plus tôt possible, dit M. Marcus, elles voudront être en première ligne lorsque les commandes reprendront.

«Nous travaillons également sur la dépréciation avec nos clients pour les aider à comprendre où nous en sommes aujourd’hui tout en projetant les valeurs résiduelles sur quatre à six ans», explique M. Marcus.

«Nous voulons nous assurer que nous protégeons autant que possible nos clients afin qu’ils ne se retrouvent pas du mauvais côté de la dépréciation lorsque le véhicule sera mis sur le marché.»

Les questions difficiles

Greg Grant, directeur général d’EMKAY Canada, compare les défis auxquels sont confrontés les gestionnaires de parcs avec le contexte plus large du «retour aux affaires».

«De nombreuses entreprises regardent leurs bureaux et se demandent si elles ont besoin de tout cet immobilier. C’est un peu comme un parc.» Les parcs demandent : «Pouvons-nous nous en sortir pour l’instant avec une flotte réduite qui nous permettra de réduire les coûts» ?

En ce qui concerne l’achat de véhicules, Grant dit que certains de ses clients prennent leur temps. «Au fur et à mesure que les constructeurs mettent leur production en ligne», explique-t-il.

«Certains parcs attendent l’année modèle suivante pour faire leurs achats, car les délais de production sont de quatre à six semaines plus longs que la normale.»

Les dépenses d’investissement

Romy Bria, directrice des relations avec la clientèle d’ARI Canada, recommande une approche équilibrée à mesure que les parcs reprennent leurs activités.

«Certains clients envisagent des stratégies pour générer immédiatement des flux de trésorerie et ont envisagé de se défaire d’actifs sous-utilisés et d’autres solutions telles que des scénarios de vente/cession-bail», explique-t-il.

«Nous recommandons une approche équilibrée : s’ils liquident des actifs pour générer du capital pour leur organisation, comment peuvent-ils être sûrs qu’ils auront encore suffisamment de véhicules en main lorsque les affaires reprendront ?

C’est une question que nous aidons nos clients à résoudre et un défi qui est encore plus important si l’on considère la pénurie prolongée de nouveaux véhicules en raison des problèmes de la chaîne d’approvisionnement.»

Retour à l’essentiel

En ces temps d’incertitude, Bria préconise une approche de « retour aux sources » avec ses clients.

«Les principes de base de la gestion des actifs s’appliquent à tous les parcs de véhicules aujourd’hui», explique-t-il.

«Si, par exemple, vous avez des actifs sous-utilisés et que vous en avez des fonds propres, cela peut être une occasion de vous débarrasser de ces véhicules et d’obtenir immédiatement des liquidités pour votre entreprise.»

«D’autres principes de gestion des actifs, comme l’échange d’actifs – si l’un est sous-utilisé et l’autre sur-utilisé – vous pouvez remettre sur le marché celui qui a dépassé son cycle de vie utile et garder le plus récent parce que vos coûts de maintenance seront moins élevés et votre fiabilité plus grande.»

Se concentrer sur la sécurité

«Au moment où les flottes redémarrent, la priorité est la sécurité», déclare Wayne Rose, vice-président senior des services aux parcs, Jim Pattison Lease.

Il donne l’exemple des entreprises de paysagisme, qui avaient l’habitude de charger un camion avec quatre ou cinq employés pour le trajet jusqu’au chantier.

«Ils ne peuvent plus faire cela», dit Wayne Rose. «Ils doivent donc se procurer d’autres véhicules, ou trouver un moyen d’installer des cloisons. L’un de nos fournisseurs, BDS Fleet Service, a mis au point un système qui sépare les passagers d’un véhicule les uns des autres.

Leur bâche plastique est transparente, et elle place le conducteur et chaque passager dans leur propre cloison isolée avec le véhicule.»

La sécurité ne peut pas être laissée au hasard. En fait, Rose recommande de tout mettre par écrit. «La première chose à examiner est de savoir si l’entreprise a une politique en matière de véhicules. Cette politique doit être bien documentée et doit couvrir des domaines tels que l’assainissement des véhicules.»

Et en ce qui concerne les bureaux de Jim Pattison Lease, Mme Rose affirme que la société fait tout son possible pour que les gens se sentent en sécurité.

«Vous voulez vous assurer que les gens sont en sécurité et qu’ils n’ont pas peur de revenir au travail. Tous nos bureaux ont été nettoyés en profondeur alors qu’ils étaient vides.

Nous avons également réduit le nombre de nos employés sur place à tout moment. Nous demandons également à nos employés de remplir nos questionnaires de santé toutes les deux semaines.

En outre, chaque directeur régional a une liste des personnes qui seront présentes au bureau tous les jours. Ainsi, si quelqu’un se présente avec la COVID-19, nous saurons tout de suite avec qui il était en contact dans notre bureau.»

«Votre atout le plus important est votre personnel», dit Rose, et cela ne pourrait pas être plus vrai qu’aujourd’hui.

«Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour protéger la santé de notre personnel, de nos clients et de nos fournisseurs», conclut-il. «Et c’est tout simplement la bonne logique à adopter dès aujourd’hui.»

 

Catégories : Éditorial, Parc
Étiquettes :

Articles populaires

Nos partenaires

Menu
X