fbpx

SNC-Lavalin : un parc singulier en pleine centralisation

Autosphere » Parc » SNC-Lavalin : un parc singulier en pleine centralisation
Mario Hamel, chef, Parcs de véhicules Amérique du Nord, SNC-Lavalin (Photo : Josée Hamelin)

Oubliez tout ce que vous savez sur la gestion de parc. Celui de SNC-Lavalin – géré depuis Montréal pour l’Amérique du Nord par Mario Hamel – défie la plupart des pronostics.

Avec 1500 véhicules répartis au Québec, au Canada et aux États-Unis, la firme d’ingénierie dispose surtout de camionnettes (75 %) dont le nombre peut varier de 100 à 200 au gré des chantiers.

Des camions de travail

Ces modèles six places servent surtout au transport d’employés, de matériel électronique et d’outils. Munis d’ensembles de remorquage, ils peuvent tirer des équipements hydrauliques, des tracteurs, des motoneiges, des bateaux ou des flèches de signalisation. M. Hamel estime que 50 % des mandats concernent le génie civil. Toutefois, l’entreprise est également impliquée dans l’entretien de routes, l’industrie des huiles et des gaz ainsi que des projets miniers.

La seule berline du parc est un véhicule vert déployé à l’Aéroport de Vancouver pour un contrat sur la qualité de l’air. « Ça allait de soi que nous devions nous munir d’un modèle propre. Ce type de véhicule sera évidemment envisagé pour d’autres projets. »

Arrimer location et cycle de vie

Si certains véhicules roulent peu, d’autres parcourent plus de 400 km par jour sur différents quarts de travail. Il n’est pas rare qu’ils atteignent 100 000 km après 2 ans. « Avant, ils nous appartenaient tous, indique M. Hamel, mais ça immobilisait des sommes considérables. Maintenant qu’ils sont loués, on tente d’arrimer le terme avec leur cycle de vie anticipé. »

En raison des rabais consentis aux parcs, SNC-Lavalin opte surtout pour des modèles nord-américains. « Ces détaillants sont plus éparpillés sur le territoire, constate le gestionnaire, ce qui facilite l’entretien effectué en concession, par l’entremise de plans prépayés. » De plus, si un constructeur ne peut l’approvisionner, il peut se tourner vers un autre avec qui il entretient déjà des liens. Des impartiteurs l’épaulent aussi pour le financement, les cartes d’essence et le déménagement de lots d’unités.

Avant l’arrivée de M. Hamel il y a quatre ans, chaque division était responsable de ses véhicules et devait en assurer le rendement. Ainsi, à la fin de leur vie, la plupart ne valaient que leur poids en tôle.

Télémétrie et sécurité

La télémétrie, le gestionnaire l’utilise surtout pour localiser des véhicules en temps réel, pour des mandats comme l’entretien de l’autoroute Brun-Way, au Nouveau-Brunswick. « Il y a aussi un aspect de sécurité : si un employé tombe en panne, on veut pouvoir l’aider. » En déterminant les coûts par kilomètre, le chef du parc permet à SNC de soumissionner plus aisément sur des contrats similaires.

L’implantation d’une politique de sécurité claire – qui engloberait l’utilisation de tous les véhicules – fait partie des priorités du chef du parc. Comme chacun des 65 000 employés pourrait être appelé à conduire, il souhaite qu’ils soient conscients des risques et respectueux des lois et des équipements.

Tous les véhicules de SNC-Lavalin disposent d’un extincteur, d’une trousse de premiers soins et sont chaussés de pneus appropriés. Dans chaque unité, des autocollants invitent aussi les usagers à respecter les limites de vitesse et à ne pas fumer ou texter.

Croissance et consolidation

Avec de nouveaux projets dans le collimateur, le nombre de véhicules du parc est appelé à augmenter. « Je ne gère pas un parc, je gère des parcs dont les besoins sont différents ; c’est ce qui rend ce travail aussi stimulant, dit celui qui est fasciné par la technologie automobile et qui a auparavant oeuvré en finance. J’aime le contact avec les gens et sentir que je peux faire une réelle différence. »

Après le rapatriement de la gestion de ses opérations nord-américaines à Montréal, le prochain défi de SNC-Lavalin consistera à compléter la centralisation mondiale d’ici deux ou trois ans. S’il anticipe déjà que la barrière linguistique constituera un défi, Mario Hamel est d’ores et déjà prêt à l’affronter.

Catégories : Parc

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

Menu
X