fbpx

Mazda de Laval : Quand le « boss » est aux commandes des parcs

Autosphere » Parc » Mazda de Laval : Quand le « boss » est aux commandes des parcs

Chez Mazda de Laval, rien n’est laissé au hasard. Le président, Richard Labelle, et ses 90 employés travaillent en synergie pour offrir à la clientèle une expérience qui va au-delà de ses attentes.

Disposant d’une vaste expérience du domaine automobile, M. Labelle oeuvre depuis 1986 dans la concession lavalloise, qui a célébré son 45e anniversaire l’an dernier et qui a été la première de la marque nippone à s’établir dans la Belle Province. Aux commandes depuis 2001, l’homme d’affaires en est propriétaire depuis près de 16 ans.

Son meilleur ambassadeur

« Ayant grandi à Laval, c’est un marché que je connais bien », explique le dirigeant, qui porte plusieurs chapeaux dont celui de directeur des ventes aux parcs automobiles. Chaque année, sa concession livre environ 1400 véhicules, dont 10 à 15 % trouvent preneur auprès de la clientèle commerciale.

Parmi celle-ci, la concession compte des compagnies de location telles Via Route et Discount. On y retrouve également des institutions qui ont des représentants sur la route, comme la Ville de Montréal et le Casino. Les modèles les plus en demande sont les Mazda 3, de même que les CX-3 et CX-5, maintes fois primés, qui sont munis de la technologie SkyActiv, qui réduit leur consommation de carburant.

Après des années de croissance, M. Labelle s’attend à une certaine stagnation pour les parcs : « Les véhicules des entreprises que nous desservons actuellement sont récents, explique-t-il, alors à moins que nous décrochions de gros contrats, nous aurons peu de renouvellements cette année. »

Mazda de Laval dispose également de la plus grosse carrosserie de la marque, située à quelques centaines de mètres, sur le boulevard Chomedey. On y trouve aussi un centre de véhicules d’occasion certifiés qui vend annuellement quelque 500 unités.

Près des gens

Contrairement à bien des concessionnaires, Richard Labelle croit que la vague de regroupements automobiles que connaît le Québec va s’essouffler. « Je suis un gestionnaire qui aime être sur le terrain, alors lorsque je possédais aussi Métro Mazda (vendue l’an dernier), il y avait toujours un moment où je devais partir alors qu’il aurait fallu que je reste.

« À une époque où les clients sont de plus en plus exigeants et où les concessionnaires misent davantage sur le service à la clientèle, je crois que la meilleure façon d’assurer la satisfaction est de se consacrer à 100 % à ce que l’on fait », poursuit-il. Selon lui, une personne qui possède 10 ou 12 concessions ne peut accorder à toutes la même attention, et c’est là qu’il y a un risque de perdre le contact avec la clientèle et les employés.

Un service sur mesure

Pour le gestionnaire, qui arrive en concession bien avant que le soleil se lève et qui en repart souvent lorsque la lune pointe à l’horizon, chaque jour présente son lot de défis et c’est ce qui le garde motivé.

« Il faut comprendre que les départements sont interreliés et dépendent les uns des autres, expose celui qui place l’humain au coeur de sa stratégie d’entreprise. Et s’il faut ouvrir le service la fin de semaine pour pouvoir livrer des véhicules à temps, nous le ferons ! » Il ne faut donc pas s’étonner que la quasi-totalité des véhicules commerciaux soient livrés par jockeys directement chez le client.

 

Catégories : Parc

ARTICLES POPULAIRES

AAPEX 2021 Button FR

SEMA360 Button FR

Calendrier

janvier, 2022

Nos partenaires

Menu
X