fbpx

Le programme Compétences VÉ repose sur l’expertise

Autosphere » Mécanique » Le programme Compétences VÉ repose sur l’expertise
Le formateur Sébastien Tardif présente aux Maîtres formateurs la plus récente évolution du niveau 5 du programme de formation Compétences VÉ. Photo Philippe Bussières

Le programme de formation Compétences VÉ est constamment mis à jour pour répondre à l’évolution des véhicules électriques et hybrides.

Le programme de formation Compétences VÉ qui est offert aux mécaniciens du secteur automobile est modulaire et évolutif. Comme l’explique Philippe Bussières, conseiller principal pour la formation au CPCPA, les cinq volets présentés pour les techniciens automobiles, qu’ils travaillent dans les baies de service d’un concessionnaire ou d’un atelier indépendant, se déclinent de telle façon que l’atelier peut choisir quel niveau de compétence correspond le mieux à ses besoins actuels.

« La réalisation des cinq volets du programme mène à l’obtention de la certification Compétences VÉ, détaille M. Bussières. Cependant, la certification n’est pas une finalité en soi. Un atelier peut décider d’envoyer un technicien suivre les deux ou trois premiers niveaux. Cela lui donnera des compétences de pointe sur la compréhension des systèmes électriques et du diagnostic électronique. Des notions qui peuvent être utilisées dès son retour en atelier pour l’entretien de tous les véhicules présentement sur nos routes. En plus, en complétant le niveau 3 de la formation, le technicien pourra effectuer des travaux de mécanique régulière sur des véhicules électriques et hybrides en toute sécurité. »

Pour M. Bussières, l’atelier peut ainsi préparer les membres de son équipe technique à la venue des véhicules électriques en leur faisant franchir les premières étapes qui pourront les rendre plus efficaces dès maintenant sur les véhicules de leurs clients. Et rien n’empêche un technicien d’aller compléter sa formation plus tard pour obtenir sa certification Compétences VÉ. Les 3 premiers niveaux représentent 77 heures de formation, et peuvent être suivi en soirée selon la disponibilité des CPA et CFP, selon le cas.

La pertinence de ce programme de formation, le premier du genre au Canada, ne fait plus de doute. Le gouvernement du Québec en reconnaît d’ailleurs la valeur dans l’appui de son virage électrique des transports en renouvelant son financement. Cela signifie entre autres que les ateliers qui décident d’envoyer un ou plusieurs de leurs mécaniciens en formation Compétences VÉ ont droit à des subventions salariales pour le faire.  De plus, l’ensemble des dépenses de formation sont subventionnées.

Une veille technologique

La technologie automobile est en constante évolution. Cette réalité est d’autant plus perceptible dans les véhicules électriques et hybrides qui sont le fleuron de l’innovation. Afin de suivre cette progression, les divers volets du programme sont constamment revus et mis à jour. Les guides de formation sont révisés au minimum aux trois ans et des informations complémentaires peuvent y être ajoutées en cours de route.

« C’est primordial, tranche M. Bussières. Il faut que la formation soit toujours pertinente et qu’elle réponde aux nouveaux processus de réparation, surtout quand il est question de sécurité. Il est aussi important que le programme soit uniforme à travers le Québec. Notre trentaine de Maîtres formateurs, dont plusieurs sont en relation avec les constructeurs automobiles, mène une veille technologique constante. Ils forment une communauté de pratique qui partage l’information et va même proposer des améliorations au parcours de formation. »

Le CPCPA qui supervise ce programme mène aussi des cliniques de mise à jour structurées avec les Maîtres formateurs VÉ. Ainsi, les 17 et 18 mai derniers, 21 Maîtres formateurs se sont réunis au CPA des Cantons de l’Est pour recevoir une formation sur le niveau 5 du programme Compétences VÉ. Les formateurs présents ont tous apprécié ces deux journées, où ils ont pu échanger entre eux, voir les exercices pratiques suggérés, ainsi que partager leurs expériences. Qui plus est, ils illustraient bien la solidité du réseautage entre eux et les centres de formation accrédités.

Cette mise à jour de connaissances, menée par les Maîtres formateurs Sébastien Tardif et Raymond Brodeur va se répéter les 26 et 27 juin afin de rejoindre tous les Maîtres formateurs VÉ actifs du réseau. Ici aussi, les Maîtres formateurs, qui sont en lien direct avec les apprenants, peuvent suggérer de nouvelles approches, changer la séquence de la présentation de la matière ou modifier des travaux pratiques.

« C’est une formation dynamique, en évolution constante, qui doit maintenir l’équilibre entre la formation théorique et les travaux pratiques permettant aux techniciens d’assimiler ces nouvelles technologies dans un contexte réel », insiste le conseiller principal en formation.

Rappelons que le programme Compétences VÉ en mécanique auto offre un cheminement de formation d’un total de 161 heures dont 63 pour le niveau 5. Environ 500 techniciens ont complété plusieurs niveaux qui pourront les mener à la certification Compétences VÉ.

Des certifiés partout au Québec

En date du 29 mai dernier, de ces participants, 241 techniciens ont obtenu la certification Compétences VÉ. La région desservie par le Comité paritaire de l’automobile de Québec est celle qui compte le plus de certifiés avec 68. Les Cantons de l’Est (41), Lanaudières-Laurentide (40), Montréal (33), Mauricie (29) et Saguenay (8) complètent la liste. Pour les régions non assujetties à un Comité paritaire, le CSMO-Auto a supervisé la formation et la certification de 22 mécaniciens automobiles.

« L’intérêt pour ce programme provincial de formation est bien réel, se réjouit M. Bussières. Le Québec est précurseur à ce chapitre. D’autres régions du Canada s’y intéressent et même des États américains souhaitent l’offrir à leurs propres techniciens. Ce qui est le plus important, c’est que même si le volume de véhicules électriques et hybrides n’est pas encore très élevé dans les ateliers du Québec, le programme Compétences VÉ permet aux ateliers du marché secondaire de se positionner et se préparer graduellement (un niveau à la fois). Et l’apprentissage tiré du programme donne aux techniciens des compétences et une compréhension des systèmes qu’ils peuvent mettre en application dès aujourd’hui. Plusieurs ateliers et réseaux ont compris l’importance de baser les services qu’ils offrent à tous les types d’automobilistes sur l’expertise. »


Contenu commandité par le CPCPA

 

EMPLOIS

 
Chaput Automobile
Préposé.e à l'esthétique automobile
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Chaput Automobile
Technicien.ne de classe 2 ou 3 - à partir de 30 $ de l'heure selon l'expérience
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Porsche Rive-Sud
Conseiller.ère technique interne
 
  SAINT-HUBERT
  Temps plein
 
 
Brossard chevrolet buick gmc
Conseiller.ère technique
 
  BROSSARD
  Permanent
 
 
Mazda Gabriel St-Laurent
Réceptionniste
 
  MONT-ROYAL
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES