fbpx

SEMA renomme son programme de données

Autosphere » Mécanique » SEMA renomme son programme de données
Le nouveau logo de SEMA Data. PHOTO SEMA

Avec plus de 550 marques de pièces automobiles et plus de 4 millions de pièces uniques, la SEMA Data Co-op (SDC) évolue et supprime le mot « Co-op » de son nom pour mieux refléter la croissance des services et des besoins de l’industrie.

Depuis son lancement il y a près de 10 ans, SEMA Data a évolué pour devenir bien plus qu’un dépôt central de données. « Nous avons réalisé qu’il y avait deux choses qui se passaient : premièrement, les fabricants avaient besoin d’aide pour transmettre des données normalisées à la coopérative. Deuxièmement, nous devions aider l’industrie à savoir quoi faire avec ces données », a déclaré Gigi Ho, vice-président de SEMA Data.

Nous aidons désormais activement le secteur à progresser et à se développer grâce aux données, et en supprimant le mot « coop » du titre, nous voulions que les gens se concentrent sur les aspects « données » de ce que nous faisons.

SEMA Data a débuté en 2012 en tant que premier référentiel de données détenu et exploité par l’industrie. Les fabricants soumettraient des informations sur les produits dans les formats standard ACES et PIES, ce qui permettrait aux revendeurs de trouver les produits rapidement et efficacement. Cela permettrait d’augmenter les ventes des fabricants, d’accélérer le processus de distribution et d’améliorer la satisfaction des clients.

Normes en matière de données

Les normes de données étant tout juste émergentes, la plupart des entreprises utilisaient encore des catalogues papier et les fabricants avaient du mal à s’adapter aux nouveaux formats. Une fois les données correctement structurées et incluses dans le référentiel de SEMA, les revendeurs ont eu du mal à en voir la valeur.

Le secteur a évolué lentement en matière d’informations sur les produits, passant de l’impression aux feuilles de calcul, puis aux XML, et maintenant aux API de type « push » ou « pull », explique M. Ho.

SEMA Data a commencé à proposer des « plug-ins », basés sur ses API, au début de l’année dernière pour les plateformes de commerce électronique les plus populaires, afin que les entreprises puissent alimenter leurs sites web ou les flux de données dans leurs systèmes commerciaux. Les API (interface de programmation d’applications, ensemble de spécifications utilisées par un logiciel pour interroger un autre logiciel) permettent aux entreprises d’obtenir des informations actualisées plus fréquemment et, par conséquent, de faire passer les produits dans le circuit de distribution beaucoup plus rapidement.

En tant que secteur composé principalement de petites entreprises, de nombreuses sociétés cherchent des moyens de mieux utiliser les données normalisées. Pour rester compétitives, les entreprises doivent s’adapter rapidement aux ventes et aux processus en ligne, ce qui peut être favorisé par des données correctement formatées. En supprimant la coopérative de son nom et en rebaptisant le programme industriel SEMA Data, M. Ho espère mettre l’accent sur les données et souhaite que les entreprises les considèrent comme une source d’énergie pour leurs activités.

 

Catégories : Communiqué de presse, Mécanique
Étiquettes :

ARTICLES POPULAIRES

Calendrier

septembre, 2021

Nos partenaires

Menu
X