fbpx

Les vents contraires de l’offre et des prix

Autosphere » Concessionnaires » Les vents contraires de l’offre et des prix
John Fanjoy est analyste économique à la Banque Scotia. Photo John Fanjoy

Il faudra encore du temps pour que les ventes d’automobiles retrouvent leur niveau d’avant la pandémie.

Bien que les ventes d’automobiles au Canada au cours du premier semestre 2023 soient globalement plus élevées qu’au cours de la même période en 2022, un retour complet aux niveaux d’avant la pandémie continuera à prendre du temps. Les ventes ont ralenti en juin et en juillet, et ce dernier mois a enregistré le taux annualisé corrigé des variations saisonnières (SAAR) le plus bas depuis octobre 2022. Les ventes mensuelles SAAR ont été volatiles et le resteront probablement à court terme.

Les consommateurs sont confrontés à la hausse des prix des véhicules et à des taux d’intérêt élevés. Sans surprise, les plus fortes hausses de prix de ces derniers mois ont concerné les voitures dont les stocks sont encore en train de se reconstituer par rapport à leur niveau récemment bas, par opposition aux VUS ou aux camions. Les habitudes d’achat des Canadiens tendent régulièrement vers les véhicules de plus grande taille depuis 2010 et, face aux contraintes d’approvisionnement provoquées par la pandémie, les constructeurs ont concentré leur production limitée sur ces véhicules de plus grande taille, très prisés et à plus forte marge.

Face à l’augmentation du coût de la vie, à la hausse des taux d’intérêt et à une demande refoulée, de nombreux consommateurs se sont tournés vers l’automobile, qu’ils considéraient comme une option plus abordable. Ce déséquilibre entre l’offre et la demande a entraîné une augmentation des prix des voitures plus rapide que celle des véhicules à marge plus élevée qui étaient plus facilement disponibles.

L’offre s’améliore, mais les stocks restent bas

Il y a eu des améliorations du côté de l’offre, la production nord-américaine de véhicules légers ayant atteint son niveau le plus élevé au deuxième trimestre 2023 depuis la même période en 2019. Mais même si la production de véhicules revient à des niveaux proches de ceux d’avant la pandémie, il faudra du temps pour reconstituer les stocks. La majeure partie de la nouvelle production est absorbée dès son arrivée chez les concessionnaires en raison d’une demande refoulée.

Bien sûr, tout le monde ne se précipite pas pour acheter un nouveau véhicule. Selon AutoTrader, le prix moyen d’un véhicule neuf au Canada dépassera 66 000 dollars en juin 2023. De nombreux clients, tant au Canada qu’aux États-Unis, examinent les prix des véhicules et les coûts de financement, et conservent leur véhicule actuel pendant un certain temps. L’indice de rétention des véhicules d’occasion du Black Book est inférieur à son pic du début de l’année 2022 et est resté stable au cours des derniers mois, mais reste très élevé par rapport à la période prépandémique.

La Banque du Canada et la Réserve fédérale américaine adoptent toutes deux une approche dépendante des données lors de chaque réunion pour savoir si elles ajusteront leurs taux directeurs dans cette phase de réglage fin visant à ramener les taux d’inflation annuels vers leurs objectifs de 2 %. Comme ces taux directeurs sont intégrés dans les marchés, les coûts de financement devraient rester élevés à court terme.

Ralentissement des ventes de VÉ

L’élan des ventes de véhicules électriques (VÉ) au Canada a ralenti au cours des trois premiers mois de 2023. La part des ventes de VÉ dans l’ensemble des ventes de véhicules au premier trimestre 2023 est tombée à 8,6 %, contre 9,6 % au trimestre précédent. La baisse des ventes de véhicules électriques à batterie a été partiellement compensée par une augmentation des ventes de véhicules hybrides rechargeables. La hausse des prix moyens des véhicules pourrait limiter les modèles de VÉ dont le prix est inférieur au plafond du programme d’incitation iZEV du Canada, ce qui constituerait un vent contraire supplémentaire à l’atteinte de l’objectif de ventes de VÉ 100 % zéro émission du Canada d’ici 2035.

Alors que les stocks toujours en cours de reconstitution, les prix élevés et les taux d’intérêt constituent des obstacles aux ventes de véhicules à court terme, nous prévoyons une reprise des ventes en 2024, à mesure que les pressions sur les stocks et les taux s’atténueront, soutenues par une demande croissante et refoulée.

 

EMPLOIS

 
Chaput Automobile
Préposé.e à l'esthétique automobile
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Chaput Automobile
Technicien.ne de classe 2 ou 3 - à partir de 30 $ de l'heure selon l'expérience
 
  VARENNES
  Permanent
 
 
Porsche Rive-Sud
Conseiller.ère technique interne
 
  SAINT-HUBERT
  Temps plein
 
 
Brossard chevrolet buick gmc
Conseiller.ère technique
 
  BROSSARD
  Permanent
 
 
Mazda Gabriel St-Laurent
Réceptionniste
 
  MONT-ROYAL
  Temps plein
 

ARTICLES POPULAIRES