fbpx

Nouveau monde, nouvelles stratégies

Selon M. Akahvan, en ce qui concerne la réaction des concessionnaires à la crise COVID-19, les opinions et les situations sont aussi variées qu'elles le seraient entre les différents responsables des voitures d'occasion dans les différents magasins lorsqu'il s'agit de marques et de modèles spécifiques. (Photo : Templeton Marsh)

Dans le premier des trois webinaires organisés par Templeton Marsh, le conférencier invité Michael McGhee, vice-président senior et chef de division, TD Auto Finance, donne un aperçu des résultats potentiels pour les concessionnaires.

Alors que la crise COVID-19 continue de susciter beaucoup d’incertitude, non seulement au Canada mais aussi dans le monde entier, les concessionnaires sont à la recherche d’informations qui les aideront à naviguer sur ces eaux dangereuses. Afin de les aider, Templeton Marsh a récemment annoncé une série de webinaires portant spécifiquement sur COVID-19 et réunissant des experts et des professionnels de premier plan du secteur, qui se pencheront sur certains des principaux problèmes qui touchent les secteurs de la fabrication et de la vente au détail d’automobiles.

Le 23 avril, le premier de ces webinaires, intitulé “L’impact de la pandémie sur notre industrie”, a eu lieu à 14 heures, heure de l’Est, sous la direction de Samir Akahavan, associé directeur de Templeton Marsh, et avec la participation de Michael McGhee, vice-président directeur et chef de division de TD Auto Finance, en tant que conférencier invité.

Dans une interview accordée au Canadian Auto Journal avant le webinaire, Samir Akahavan a fait remarquer que la situation autour de COVID-19 continue d’évoluer si rapidement, souvent jour après jour et parfois heure après heure, qu’il peut être difficile d’obtenir des informations valables, en particulier avec les nombreuses opinions différentes qui existent.

Des scénarios différents, des comportements différents

Selon M. Akahvan, en ce qui concerne la réaction des concessionnaires à la crise COVID-19, les opinions et les situations sont aussi variées qu’elles le seraient entre les différents responsables des voitures d’occasion dans les différents magasins lorsqu’il s’agit de marques et de modèles spécifiques. Il note que certains concessionnaires semblent capables de résister à la tempête pour les prochains mois, tandis que d’autres paniquent et cherchent des moyens de liquider leurs actifs, même si, à y regarder de plus près, ils ont des bilans solides et, pour le moment du moins, n’ont pas vraiment besoin de paniquer et de réagir à des scénarios “et si”.

En fin de compte, beaucoup de nos clients distributeurs se posent la même question : combien de temps cette situation va-t-elle durer et que dois-je faire pour y survivre ?

— Samir Akahavan, Directeur Associé, Templeton Marsh

Au cours du webinaire du 23 avril, Michael McGhee de la Banque TD a noté que la perturbation économique causée par COVID-19 a suscité beaucoup d’inquiétude tant chez les consommateurs que chez les concessionnaires. En ce qui concerne les consommateurs, il a noté qu’en général, TD Auto Finance reçoit entre 3 000 et 4 000 appels par jour de la part des consommateurs. Depuis que COVID-19 a été lancé, ce nombre est passé à environ 25 000. “Il est clair qu’il y a beaucoup d’anxiété parmi les consommateurs à travers le Canada”, a-t-il déclaré.

M. McGhee a noté que la TD, ainsi que de nombreuses autres banques et prêteurs ont adapté et changé leurs pratiques commerciales pour aider leurs clients consommateurs et concessionnaires.

Faciliter la liquidité

Afin d’apaiser les craintes des concessionnaires, TD Auto Finance a apporté des changements pour les aider à gérer leur trésorerie pendant la crise COVID-19, alors que les liquidités et l’argent liquide prennent de plus en plus d’importance. Ces changements comprennent des reports de produits tels que le financement de planchers, les prêts à terme et les hypothèques jusqu’en mai. “Nous avons travaillé et continuerons à travailler avec nos clients concessionnaires au cas par cas”, a déclaré M. McGhee.

Il a également noté que les programmes d’intervention d’urgence disponibles par le biais du gouvernement du Canada sont quelque chose que les concessionnaires devraient examiner de plus près, s’ils ne l’ont pas déjà fait. Il s’agit notamment du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CEBA) qui offre un prêt de 40 000 dollars sans intérêt, dont 10 000 dollars sont remis si le prêt est remboursé à une date précise. Même pour les concessionnaires qui n’y ont pas droit (le critère est que l’entreprise devait avoir une masse salariale comprise entre 20 000 et 1,5 million de dollars l’année dernière), il existe d’autres programmes tels que le Canadian Emergency Wage Subsidy (CEWS) qui fournit aux entreprises admissibles 75 % des salaires des employés. D’autres programmes sont en cours de déploiement, notamment des prêts à court terme avec des délais de paiement de 18 à 24 mois, tous conçus pour accroître les liquidités en aidant les dépenses d’exploitation pendant la période de fermeture.

En examinant les marchés spécifiques des concessionnaires, M. McGhee note qu’un des secteurs qui a été touché est celui des voitures d’occasion. Les données du Canadian Black Book indiquent une baisse de 15 % de la valeur des voitures d’occasion alors que de nombreuses ventes aux enchères ne fonctionnent pas ou, si elles fonctionnent, à une capacité fortement réduite, avec des volumes réduits jusqu’à 70 % dans certains cas et aucun taux de vente pour les véhicules jusqu’à 90 %.

Comme de nombreuses banques et prêteurs ont également cessé temporairement leurs activités de reprise de possession depuis COVID-19 à la mi-mars, M. McGhee a déclaré qu’au 23 avril, il était encore trop tôt pour dire comment le marché des véhicules d’occasion se comporterait, surtout une fois que les restrictions de verrouillage commenceront à s’alléger.

Une demande en forte hausse ?

On s’attend à ce qu’après la COVID-19, la demande de véhicules d’occasion à bas prix augmente, ainsi que les taux de rendement des locations, et ces tendances combinées continueront probablement à exercer une pression à la baisse sur les prix des voitures d’occasion, au moins à court terme.

Sur le front des véhicules neufs, les constructeurs ont offert et continueront probablement à offrir de généreux programmes d’incitation pour aider les consommateurs à acheter des véhicules et le maintien de taux d’intérêt bas devrait contribuer à encourager la vente de voitures et de camions neufs. La faiblesse des prix du carburant devrait également contribuer à cette évolution, bien que M. McGhee ait fait remarquer que la hausse générale des prix des pick-up et des VUS signifie que, si et quand elle se produira, toute baisse de la demande dans les ventes touchera probablement d’abord les segments à bas prix, car un nombre important de consommateurs auront probablement resserré les cordons de leur bourse pour faire face à leurs propres situations financières personnelles à la suite de la COVID-19. Il pourrait donc falloir plus de temps pour que les ventes de pick-up et de SUV, extrêmement rentables, se redressent complètement.

En outre, M. McGhee a fait remarquer que le fait que le dollar canadien reste relativement faible par rapport au billet vert américain pourrait offrir de bonnes possibilités d’exportation aux concessionnaires et aux entreprises canadiennes – en particulier, comme le prédisent de nombreux analystes – l’économie américaine devrait s’ouvrir plus tôt et peut-être plus rapidement que l’économie canadienne. Cela étant dit, le rythme de la demande américaine dépendra probablement de la façon dont les consommateurs au sud de la frontière auront réussi à surmonter la tempête économique causée par COVID-19.

Changer pour le mieux

“Bien que personne ne sache avec certitude quand cela va se terminer”, a déclaré M. McGhee, “je crois que notre industrie et notre façon de faire des affaires vont changer pour le mieux. De nombreux distributeurs ont déjà apporté des changements à leur activité et ces différents modèles de fonctionnement ont été et resteront la “nouvelle norme”. Au fur et à mesure que nous avançons de l’autre côté de cette crise, ce sont des modèles qui vont probablement se renforcer”. Certains de ces modèles et pratiques comprennent des services de ramassage et de livraison par les concessionnaires ainsi que la possibilité d’effectuer des transactions en ligne et à distance pour les clients qui le souhaitent.

En résumé, M. McGhee a déclaré que “si l’industrie automobile a toujours été confrontée à l’adversité, elle s’est montrée résistante et capable de s’adapter à des conditions économiques changeantes. Non seulement nous sortirons de cette crise COVID-19, mais nous le ferons en tant qu’industrie à la fois plus forte et plus sage”.

 

Catégories : Concessionnaires, Éditorial
Étiquettes :

Articles populaires

Autosphere Mag

AM-Banner.gif

Calendrier

septembre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

14sep(sep 14)9:00 am25(sep 25)9:00 amFormation en estimation du GAA« Estimation des dommages automobiles »

octobre

31aoûToute la journée09octNAPA / XPO MontréalVirtuel

05oct(oct 5)10:00 am07(oct 7)1:30 pmAFLA 2020 Corporate Fleet Conference

07oct(oct 7)11:00 am08(oct 8)6:00 pmExpérience virtuelle CCIF 2020

Nos partenaires

Menu
X